Cinémonstres : Menace d’outre-espace

Sarbacane
Sarbacane

Le célèbre réalisateur Harry Hausen et sa fille Brooks sont de retour ! Au pays des gla-gla, au pays des Glaçons de l’Espace… La Menace rode (et elle a une sale tête, c’est moi qui vous le dit).

Le pitch : un M.E.N.I. (Machin Etrange Non Identifié) vient de s’écraser sur une base militaire au nord de l’Alaska. Après un temps de sidération intersidéral, le professeur Peekaboo flanqué du Colonel Stan O’Attention et de son aide de camp Jenny Harsh (qui a perdu son sourire et son sens de l’humour au fond d’une crevasse sans doute) décident de ramener le vaisseau très spécial pour l’étudier. Ils avaient bien besoin d’un phénomène parano-normal de ce genre alors que l’arrivée du Maître de la Pellicule est imminente !

Dans ce 2e opus des Cinemonstres, on retrouve toute la fameuse équipe de tournage autour du colérique et broyeur-mixeur de mots, le terrorrible Harry Hausen, les comédiens Edward Braveheart au coeur d’artichaut et Rose Glamour qui veille au grain des écarts du « playboy du permafrost », Brooks qui mène l’enquête malgré le stalactite qui lui pend au nez et son fidèle Pikwik, un coquin amateur de singeries en tous genres (forcément, un ouistiti).

On se gèle les cacahuètes.
Et comment ! Le climat n’est pas clément

Tout irait bien dans le meilleur des mondes enneigés (où le jour ne semble jamais vouloir se lever), si le propriétaire du-dit vaisseau n’était pas décidé à ne pas se laisser barboter son appareil sans réagir : une rencontre du 3e type (le type à tentacules baveuses notamment) qui va bouleverser le tournage, flanquant panique et trouille à toute la fine équipe. Mais Brooks est sur le coup !

Quelque chose d’énigmatique se trame en Arctique !

cinemonstres-t2_p12-13

On a volé la pellicule ! Comment tourner ? Tout le monde s’active pour résoudre le mystère mais les disparitions mystérieuses des membres de l’équipe s’enchaînent, à commencer par celle d’Edward aux mains transies d’amOUUUUUr pour Calamity Jenny, la majorette à qui on ne compte pas fleurette.

On se replonge avec bonheur dans l’univers détaillé et haut en couleur de Laurent AUDOUIN, on aime à retrouver les personnages qui ont été plantés dans le premier tome « La créature du lagon maudit ». Les inspirations des films de série Z y sont légion avec quelques petits détails qui me font penser à Mars Attak, Independance Day et Alien bien sûr… mais aussi l’angoisse terrible de… Scoubidou, toujours présente. C’est là le plaisir du décalage des situations rocambolesques. Le trait est pointu, toujours le souci du moindre petit détail qui donne à cette fiction toujours plus de réalité !

Bon sang, babouin borné ! Il faut lui ôter le bandeau de la bouche !

Côté texte, J’ADORE toujours autant la verve pétillante de Stéphane TAMAILLON, c’est précis, impactant, toujours drôle, malin, judicieux et fort en allitérations, je déguste chaque phrase avec plaisir. De la poésie au service de l’humour pour les petits (et les grands aussi). Quelques références enfouies qu’on aime débusquer comme ce clin d’oeil à Robin des Bois de Walt Disney « ‘Pique-nique douille, c’est toi l’andouille » ou « tous sur le vilain pas beau » (Le CroqueMonstre Show ?), ou encore des répliques qui deviendront cultes, j’en suis sûre comme :
– « Notre extra-terrien est un Marsouin »
– « ça ne va pas être aisé-vident »
– « surpris, le sosie semble indécis »
– « ça castagne dans la cambuse : y a des casseroles qui volent, des plats qui planent et des cris qui crispent ».

Chaque situation est plantée avec force détails : lieux, actions, sons, décors et émotions des personnages sont subtilement décrites, on s’y croit ! Un vrai scénario de film (ça tombe bien) avec des gros morceaux de suspens et des rebondissements (boing, boing), on a froid pour eux et peur aussi (si si).

cinemonstres-t2_p26-27-1024x691

J’aime particulièrement les attaques de début de chapitres sur cette angoisse interminable quant à la levée du jour… qui ne poindra jamais son nez. C’est hilarant !

8h28. Le jour s’est lev… Ah ? En fait, non.
14h32. Un cri retenti dans la nuit ! Euh ? Le jour ? On ne sait plus avec cette satanée obscurité lumineuse !

Ahhh ce « clair obscur » tant aimé ! Je LIKE !

Et puis arrive la fameuse rencontre avec Zork, l’alien en panne, terrien de force en attendant de réparer son astronef. La fine équipe va finir par tout mettre en oeuvre pour renvoyer sur sa planète la bébête intergalactique pas si féroce que ça.

Allons sur Mars à Pâques !

Le couple AUDOUIN/TAMAILLON fonctionne toujours aussi bien. Vivement le 3e Opus ! Mon petit doigt m’informe en direct que le texte est bien avancé… Dans quelle contrée incroyable se déroulera la prochaine aventure « fantasthmatique » de Harry Hausen et de sa fille Brooks ? Restez connectés au Blog, dès qu’on a un indice, on vous alerte ! 🙂

dedicace-menace-outre-espaceEncore un grand merci à Laurent qui a eu la gentillesse de me dédicacer l’album lors d’une séance de signature à la Librairie Le Divan Jeunesse (Paris 15e).

 

Auteur : Stéphane TAMAILLON
Illustrateur : Laurent AUDOUIN
Edition : Sarbacane
Année : Septembre 2016

Note : 16/20

 

 

Plein-les-mirettes-sur-TF1-avec-Laurent-Audouin_referenceLire l’interview de Laurent AUDOUIN

 

 

ST (c)
ST (c)

Lire l’interview de Stéphane TAMAILLON

 

 

 


Du même couple Auteur / Illustrateur :

Sarbacane (c)
Sarbacane (c)

Cinémonstres : La créature du lagon maudit
– Cinémontres : Menace d’Outre-Espace

Du même illustrateur, Laurent AUDOUIN :
Les enquêtes de Mirette et Jean-Pat de Fanny JOLY
– Les aventures fantastiques de Sacré-coeur
Les apprentis-chercheurs

 

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *