La pouilleuse

(c) Sarbacane

Besoin d’air !

Je termine à l’instant la lecture de ce roman coup de poing : ma gorge est serrée, mon regard sur la 4e de couverture reste comme bloqué, le malaise qui me prend a un arrière goût nauséeux. Heureusement que c’est une fiction et non un article de presse car comment continuer à espérer dans l’humanité quand on lit ce genre d’histoire d’une violence gratuite aussi glaciale. Inspiré d’un fait divers ? Ok, je vais vomir, je reviens.

C’était le dernier Clémentine Beauvais que je n’avais pas lu, et je crois qu’il va me hanter pendant un certains temps encore…

Cela paraissait commencer en toute légèreté : un matin, 5 élèves d’un lycée parisien chic décident de sécher les cours. Certes, encore une fois. Blasés, imbus d’eux mêmes, indifférents à tout, ce n’est pas un journée de cours off qui changera la face de leur vie. Et pourtant… Il va suffire d’un instant, le croisement de deux trajectoires qui n’avaient aucune raison d’entrer en collision et c’est le dérapage ultime vers le cauchemar. Sur un coup de tête, ils kidnappent une fillette de 6 ans d’origine africaine à l’entrée de la piscine municipale. Elle avait un pou sur la tête et ils vont la bousculer verbalement puis physiquement, pour s’amuser, sans aucune morale ni arrière pensée.

Le récit est porté par l’un des lycéens, David, qui a rejoint la bande récemment. Devant la bande décidée à torturer la gamine, il doute mais ne sait pas vraiment pourquoi il n’intervient pas, cela semble le dépasser. Ils sont peu concernés par leurs actes, ça fait froid dans le dos.

Continue Reading

Rattrapage

Je tourne à l’instant la dernière page de ce monologue déchirant de dureté et de justesse… Une lecture en apnée dans la conscience de cette jeune ado face à son innocence perdue, par sa faute…

Quel goût a le remord selon vous ? Un goût de métal, de nausée acide, de poussière moisie ? Un goût amer sans aucun doute quand votre inconséquence vous a poussé à l’extrême aux dépens d’autrui et que le masque du déni se fissure.

Et c’est justement cette bouffée d’amertume suffocante qui enserre la conscience d’une ado de 17 ans, cette fille jolie, la reine populaire de son lycée, la belle qu’on convoitait et qu’on enviait… Mais « la réalité est toujours décevante » quand elle vous rattrape et vous confronte à votre pire noirceur.

Car voilà, la reine ne brille plus autant, elle a sombré depuis quelques mois, depuis la tentative de suicide d’un élève qu’elle et sa bande de dominants harcelaient pour s’amuser…

Comme elle, il est là, sur ce banc à attendre son tour pour le rattrapage du Bac.

Et en l’apercevant, tout lui remonte. Elle faisait partie de la meute des puissants au Lycée, ceux qui raillaient les moches, les nuls, les méprisables, les inutiles selon eux. À force de brimades sur les réseaux sociaux, ils jouaient de la vanne à grand renfort de photos et vidéos dégradantes, pour le fun, en toute inconséquence, par pure méchanceté gratuite. Diablement réaliste, non ? Mais leur cible favorite, ce garçon silencieux et mal dans sa peau, a fini par craquer en se coupant les veines en cours…

Continue Reading

Valentine ou la belle saison

Coup de coeur pour ce roman haletant, à deux voix, deux narrateurs (intérieur et extérieur) qui se font échos, une soeur et un frère au milieu de leur vie.

Beaucoup de descriptions minutieuses dans ce récit cinématographique empreint de références. Un roman quasiment initiatique où Valentine part en quête d’elle même, en proie à un questionnement intérieur sur le sens de sa vie, et va être confrontée à des bouleversements majeurs jour après jour. Une histoire de famille, une histoire de secrets, une plongée dans l’enfance et ses souvenirs plus ou moins douloureux.

Dévoré en quelques heures… Les personnages, très attachants et empreints de tendresse, évoluent au gré des péripéties auxquelles ils sont confrontés. L’intrigue est finement tissée, avec des rebondissements désarçonnant le lecteur (et quel bonheur !). Le rythme s’accélère progressivement, autour d’un mystère dont la trame se densifie au fur et à mesure que les personnages avancent dans leur « enquête » familiale.

Une touchante histoire de choix de vie comme une ode à la force des liens fraternels.

Esprit de famille, es tu là ?

« À 48 ans et demi, divorcée et sans autre travail que l’écriture d’un manuel sur la sexualité des ados, Valentine décide de s’offrir une parenthèse loin de Paris, dans la vieille demeure familiale. Là-bas, entourée de sa mère Monette et du chat Léon, elle espère faire le point sur sa vie.
Mais à la faveur d’un grand ménage, elle découvre une série de photos de classe barbouillées à coups de marqueur noir. Ce mystère la fait vaciller, et quand son frère Fred débarque, avec son vélo et ses états d’âme, Valentine ne sait vraiment plus où elle en est.
Une seule chose lui semble évidente : elle est arrivée au terme de la première moitié de sa vie.
Il ne lui reste plus qu’à inventer – autrement et joyeusement – la seconde. »

Continue Reading

Un si petit oiseau

Après Sirius de Stéphane Servant et Avril que je ne voulais pas quitter (et qui décante encore compte tenu de la densité du message…), j’ai rencontré Abi : une « môme » d’à peine 20 ans rescapée d’un accident de voiture qui lui prend son bras en l’espace de deux secondes.

Coup de poing direct au coeur en quelques pages.

On s’accroche vite à ce petit bout de femme désorientée, à sa famille bousculée dans son quotidien et entièrement dédiée à la reconstruction du pillier Abi. Mais celle-ci semble sombrer dans l’isolement.

Que lui faut-il pour renaître tel un phénix ? Du temps, de l’humour, de l’amour, du recul, prendre de la hauteur ?

«Elle ferme les yeux, écoute la nuit, elle sent battre le cœur de la Terre, sous elle, celui des hommes, des arbres, des animaux, ce cœur nocturne qui bat depuis le commencement, qui battra après elle. Elle appartient à ce monde immense. Et son bras, peut-être, alors, est dérisoire.»

Besoin de replonger dans une deuxième lecture pour mieux appréhender toute la force de cette déclaration d’amour à la vie.

Continue Reading

Caribou Baby

ABSOLUMENT GÉNIAL ! INCONTOURNABLE ! COMPLÈTEMENT BARRÉ ! JUBILATOIRE !

Un sujet qui désarçonne, une narration endiablée, une écriture fraîche et juste et drôle et addictive et… quel régal !

Beaucoup d’humour et de subtilité. Bref un grand coup de coeur pour cette histoire de famille qui parle d’amour maternel, de lâcher prise, d’acceptation des différences qui nous rendent plus riches et d’amour tout court.

La traduction enthousiasmante (de Clémentine Beauvais of course) me donne une folle envie de dévorer le texte en version orignale… euh originale bien sûr.

 

« Jess  a 17 ans et elle vient d’avoir un bébé. Bon… pas n’importe quel bébé  : un bébé caribou. Personne ne sait comment c’est arrivé. On n’avait rien détecté. Avec Nick, son copain bien humain, Jess apprend à accepter l’absurdité de la vie, à devenir mère, à comprendre que son enfant est un individu, parfois encombrant, mais un individu à part entière. Un être qu’il faut choyer… et savoir laisser vivre et libérer le moment venu. »

Continue Reading