Louise

« Parce que c’était lui, parce que c’était moi »…

Qu’est-ce que l’amitié ? La découverte d’une autre île ? Une rencontre avec un autre soi ? Une route que l’on prend avec son alter ego ? Une épaule pour se reposer, pleurer, se réchauffer ? C’est tout cela. Pas de définition arrêtée, c’est un peu de moi, un peu de l’autre et beaucoup de nous, ensemble.

Louise est fière et forte, comme une petite guerrière… Enfin, c’est ce que les autres croient… Car derrière sa taille imposante et sa longue chevelure, Louise dissimule une grande solitude. Derrière sa carapace de guerrière, Louise se cache pour pleurer et ne trouve de refuge que dans la nature.

Qui savait qu’elle rêvait de fuir en suivant la route des hirondelles ?

La couverture peut intriguer, peut être même inquiéter, comme un tableau post-moderne. Et pourtant, ce très bel album en noir et blanc parle d’un sujet qui préoccupe les petits comme les grands : l’acceptation de la différence et la confiance dans autrui. Prendre le pari que l’autre peut vous aider, vous accepter avec vos différences et vous ouvrir son coeur, quel beau challenge !

Car voilà : Louise rencontre Louise. Si les deux fillettes portent le même prénom, tout les oppose et pourtant le coup de foudre de l’amitié opère, sans avoir besoin de s’expliquer. « Parce que c’était elle, parce que c’était moi »…

Sans que l’on sache pourquoi, elles sont devenues amies.

Au contact de son double, de ce reflet vivant, Louise n’a plus peur du regarde des autres, et se métamorphose. Elle s’ouvre, se confie, partage ses peines et ses joies et se construit.

Ce qui est certain, c’est que depuis pour Louise, le monde est devenu plus doux.

Si le sujet peut paraître classique – la naissance d’une amitié entre enfants – le traité graphique singulier rend la lecture envoûtante. Le récit très épuré, telle une poésie avec des effets d’échos, entre en résonance avec le pouvoir d’évocation des illustrations. J’ai aimé le traité minimaliste façon fusain, en totale harmonie avec la force du message.

Continue Reading

Soir de rage

(c) Nathan

La couverture ne me faisait pas de l’oeil pourtant… Moi, les jeux vidéos, ce n’est pas trop mon truc… Mais le titre clin d’oeil évoquant des souvenirs cornéliens (Orage, ô désespoir 😉 ) m’a donné envie d’entrouvrir le livre et d’en savoir plus sur cette rage. La rage d’Alex, 10 ans, envers son père. 
Peut-on détester son père et plonger dans la haine en quelques minutes ? Tout ça pour une partie de jeu vidéo abrégée un peu trop vite malgré les rappels insistants de l’autorité parentale pour cesser l’addiction qui rend le joueur absorbé sourd au reste du monde ?
Une page, puis une seconde, puis un chapitre… le style est enlevé et vous prend. La tension monte tout comme les pensées négatives de ce jeune Alex débordé par sa colère, enfermé dans sa rancoeur qui le tient dans un mutisme borné. Or, un événement incroyable lors du spectacle où est forcé d’aller Alex avec sa famille va renverser la situation et réveiller le coeur du jeune garçon. Quelque chose de magique 😉

Continue Reading

La couleur du vélo

(c) La Palissade

Voici le deuxième titre de la collection Roman des éditions La Palissade, collection que j’ai découvert avec Gustave et Céleste de Séverine Vidal et Anne-Gaëlle Balpe, dont je vous parlerai très bientôt (un petit bijou écrit à 2 mains).

Nous revoici donc ici avec les auteurs de L’Apachyderme, Sandra le Guen (Maman Baobab pour ceux qui la connaissent) et Thanh Portal, mais cette fois-ci pour une toute autre aventure, plus intimiste.

Il s’agit de l’histoire d’une jeune fille, Anaïs, et de son vélo. Je ne pensais lire que les premières lignes, pour prendre la température et gouter un peu pour voir, et puis… je l’ai dévoré. Preuve parfaite de ce qu’est un bon livre, un livre qui vous prend délicatement par les mains et vous emmène au bout d’une belle histoire.

Continue Reading

Ecumes

(c) Steinkis
(c) Steinkis

Il y a des livres avec lesquels on a rendez-vous, comme une évidence, des chemins qui doivent se croiser, des histoires qui doivent se confronter. Un sujet qui résonne particulièrement profondément.

J’attendais avec impatience son arrivée et pourtant j’appréhendais la rencontre. Serais-je à la hauteur de cette histoire, de ce terrible et déchirant cri de douleur, de cette si violente coupure d’oxygène, de cette troublante et si émouvante confidence ? 

Elles s’aiment et après des années d’attente, d’espoir et de désespoir, un bébé est annoncé. Mais la grossesse est compliquée et le pire arrive.

Les contrastes de la couverture m’avaient déjà fortement touchés. Le silence, tout d’abord, de cette barque terriblement immobile, cette silhouette stoppée dans l’élan, comme un arrêt sur image forcé pour suspendre le temps. Et puis, le vacarme assourdissant des flots et des vents contraires qui monte crescendo, comme une tempête qui gronde, un voyage chaotique vers un horizon semblant inatteignable. Magnétique. Au centre du tableau, la fragilité d’une vie qui peut basculer. Et pourtant cette lumière vive, ce vert intense, comme une aube, l’espoir d’un temps plus clément…

Continue Reading

Car Boy

(c) Thierry Magnier
(c) Thierry Magnier

Il y a des rencontres qui marquent… comme celle avec le dernier roman d’Anne Loyer « Car Boy ».

La lumière de l’aube sur la couverture m’avait déjà séduite, comme une invitation à assister à la naissance d’une histoire hors du commun, à vivre une aventure extraordinaire. Et j’ai ouvert le livre !

Fonce !

Il y a des mots qui vous alpaguent d’un coup, un style, un ton. Comme un coup de foudre. On est pris, on sait qu’on va aimer, qu’on va vibrer.

Continue Reading