Je n’aime pas Koala

(c) Alice

Un doudou, c’est personnel. C’est comme une brosse à dents, ça ne se prête pas.

Et l’amour pour un doudou, quel qu’il soit, petit ou gros, doux ou pelé, croquignouski ou gerbibeurk, ça ne s’explique pas. L’amour est aveugle, non ?

Et vous ?

Rappelez-vous, ce doudou machouillé que vous avez trainé de pièce en pièce, que vous avez caché dans votre cartable à l’école primaire, oui, celui-là. Celui que vous avez planqué sous le lit quand votre amoureux est venu écouter de la musique chez vous… Vous voyez bien de quoi je parle : ce petit morceau de vous qui a construit votre enfance… Mieux qu’un doudou, c’était un ami.

Bref. 

Et bien, Adam, lui, c’est tout le contraire ! Il n’aime pas cette peluche Koala ! Non mais sans blague, vous avez vu ce trucmuche épouvantable ? Adam n’a pas confiance, ce koala est louche. Regardez ses yeux déjà… Il ne louche pas mais Adam le sent bien, Koala l’épie où qu’il aille. Il lui a même chipé son goûter. Mais personne ne le croit ! Les adultes ne le comprennent pas. 

Tous les soirs, avant d’aller au lit, Adam suit le même rituel : il prend son bain, il enfile son pyjama, il se brosse les dents… et il essaye de se débarrasser de Koala.

Chaque jour, il tente bien les stratagèmes les plus fous pour l’éloigner, mais quoi qu’il fasse, il se retrouve collé à cette bestiole effrayante à la fourrure hirsute. Ça ne peut pas durer !

Continue Reading

Le monstre du lavabo

(c) La Palissade

Glouuuuhhhhh glouuuuh glouuuuu glouuuu….

Youhou ! Y a quelqu’un ?

Vu le bruit d’écoulement dans le lavabo, il y a un monstre qui gémit, c’est certain ! 

Allez, avouez, vous l’avez déjà ressenti ce petit frisson de terreur en imaginant qu’une bestiole bien étrange pouvait surgir du tuyau et vous avaler tout cru ?

Non ? Mon oeil, les enfants autour de vous me l’ont dit, foi de Licorne !

Et bien c’est exactement ce que Mila, un petit bout de jeune fille curieuse et intrépide, est en train de se demander : « où va l’eau de la baignoire ? »

Un genre de question tout à fait irrépressible comme « d’où vient le vent? » et qui laisse souvent les grandes personnes dans l’expectative tant ils sont déconnectés de leur imaginaire d’enfance…

Et s’il était en train de remonter dans l’immeuble par le tuyau…

« Elle va dans les tuyaux puis ça descend dans les égouts qui traversent la ville, et ça rejoint le fleuve, puis la mer« , explique sa maman.

Voilà une réponse bien rationnelle mais avez-vous déjà vu des monstres avaleurs d’eau au bord de la mer ? Non ? Alors le mystère reste entier, le monstre se cache quelque part dans les canalisations de l’immeuble. Mais où ? 

Au 1er, chez Madame Miossi, la fée du logis ? Non, ça sent la javel, une odeur qui repousse les montres forcément. Au 2e, chez Monsieur Albatin, le sorcier qui fait des potions magiques dans sa salle de bain ? Non, le monstre se sera méfié. Au 3e, chez la famille Antiferm dont les enfants hurlent à tue-tête ? Non, le montre n’est pas si téméraire…

Donc, cela signifie bien que le monstre est chez Mila, au 4e et qu’il la guette…

Résolue à tirer cette affaire au clair, la petite fille tente une expérience : elle lâche une balle dans le tuyau. Elle n’a plus qu’à la suivre pour savoir où se cache ce monstre du lavabo. Malin ! 

Continue Reading

Les aventures d’Enola et les animaux extraordinnaires (T.4) – Le yéti qui avait perdu l’appétit

(c) Ed. de la Gouttière

Héhé le voici chez nous le Tome 4 des aventures d’Enola, la jeune vétérinaire toujours prête à soigner les animaux extraordinaires, accompagnée de son fidèle félin Maneki.

Habilement conçu par les talents de Joris Chamblain (oui, oui, « Les Carnets de Cerise », c’est lui, mais également « Sorcières Sorcières » et le dernier bijou « Journal d’un enfant de lune ») et mis en images par Lucile Thibaudier, aux Éditions de la Gouttière.

Après les gargouilles malades d’amour, les licornes qui se rebellent, le kraken qui avait mauvaise haleine, le duo part sur les traces du Yéti qui semble avoir perdu l’appétit…

Un voyage au pays du mystérieux abominable homme des neiges, dans des paysages aux couleurs contrastées (blanc immaculé, bleu glacier éclatant, bravo pour le travail de la coloriste Camille, c’est magnifique !)

On dirait que notre jeune Enola grandit d’album en album, un peu comme Cerise…

Continue Reading

Grand Loup et Petit Loup

(c) O. Tallec

Je suis fan des livre audio ! C’est toujours une expérience sensible qui apporte une réelle épaisseur au texte.

Quel plaisir de retrouver en CD Grand Loup et Petit Loup. Je craque pour ces magnifiques contes qui n’ont pas pris une ride.

Ici sont regroupés les trois albums de Nadine Brun-Cosme et Olivier Tallec parus chez Flammarion Jeunesse Père Castor, lus par Laurence Barbasetti et interprétés par une musique originale de Virgil Segal, le tout aux Editions Trois Petits Points.

Tout en illustrant le texte, la musique et les voix prolongent l’émotion. Les compositions au piano, à la trompette, au trombone ou encore à la contrebasse, rythment les histoires.

Continue Reading

Cheval de courses

Cheval de courses, courses à pied, pied à terre… Dès la couverture, la ritournelle revient et j’ai 7 ans… Mais la surprise est un rien plus chouette une fois les premières pages découvertes…

Ah, les jeux de mollets, on nem ça, même hors d’Asie ! Bon, ok, c’est peu cher comme dirait mon cousin de Marseille. Tout le monde n’a pas le talent d’Aurore Petit pour se jouer de la langue française et faire naître sous nos yeux le trait d’humour brillant qui allume la petite lumière à notre dernier étage. Ah, mais oui ! Bien sûr !

Un « Cheval de courses « (au supermarché), une « Femme enceinte » (littéralement ventriloque), un « banc de poissons » (façon Jardin du Luxembourg), une « boîte de nuit » (où les notes de musique sont bien conservées), un « cou(p)s de foudre » (à vous faire perdre la tête)… tout s’éclaire spontanément, comme une évidence. Si je vous dis « Dents de Lait » maintenant, nous la voyez la bobine effrayante de ce « pas-beau » aux quenottes de travers ?

Le système est très simple et surtout très malin : mettre en relation mots et images mais en détournant les expressions courantes et en leur associant une image construite à partir d’un sens littéral ou d’un homophone. Que notre langue est riche et si vivante ! Quelle chance !

Continue Reading