Grand Loup et Petit Loup

(c) O. Tallec

Je suis fan des livre audio ! C’est toujours une expérience sensible qui apporte une réelle épaisseur au texte.

Quel plaisir de retrouver en CD Grand Loup et Petit Loup. Je craque pour ces magnifiques contes qui n’ont pas pris une ride.

Ici sont regroupés les trois albums de Nadine Brun-Cosme et Olivier Tallec parus chez Flammarion Jeunesse Père Castor, lus par Laurence Barbasetti et interprétés par une musique originale de Virgil Segal, le tout aux Editions Trois Petits Points.

Tout en illustrant le texte, la musique et les voix prolongent l’émotion. Les compositions au piano, à la trompette, au trombone ou encore à la contrebasse, rythment les histoires.

Continue Reading

Cheval de courses

Cheval de courses, courses à pied, pied à terre… Dès la couverture, la ritournelle revient et j’ai 7 ans… Mais la surprise est un rien plus chouette une fois les premières pages découvertes…

Ah, les jeux de mollets, on nem ça, même hors d’Asie ! Bon, ok, c’est peu cher comme dirait mon cousin de Marseille. Tout le monde n’a pas le talent d’Aurore Petit pour se jouer de la langue française et faire naître sous nos yeux le trait d’humour brillant qui allume la petite lumière à notre dernier étage. Ah, mais oui ! Bien sûr !

Un « Cheval de courses « (au supermarché), une « Femme enceinte » (littéralement ventriloque), un « banc de poissons » (façon Jardin du Luxembourg), une « boîte de nuit » (où les notes de musique sont bien conservées), un « cou(p)s de foudre » (à vous faire perdre la tête)… tout s’éclaire spontanément, comme une évidence. Si je vous dis « Dents de Lait » maintenant, nous la voyez la bobine effrayante de ce « pas-beau » aux quenottes de travers ?

Le système est très simple et surtout très malin : mettre en relation mots et images mais en détournant les expressions courantes et en leur associant une image construite à partir d’un sens littéral ou d’un homophone. Que notre langue est riche et si vivante ! Quelle chance !

Continue Reading

Le Génie de la lampe de poche

« Je m’appelle Vladimir Poulain, j’ai dix ans et je m’apprête à vivre l’été le plus atroce de toute ma vie ». Dès la première ligne, le ton est donné.

Les Vacances de la Comtesse de Ségur, vous voyez ? Classique.

Les Vacances du Petit Nicolas, vous connaissez ? Grand classique.

Les Jolies Colonies de Vacances de Pierre Perret ? Kolossal Klassik !

Et bien celles de Vladimir Poulain… Ça n’a rien à voir !

Jeune garçon intelligent (croisement improbable du Petit Nicolas pour ses réflexions personnelles et d’Agnan pour le look lunettes avec un petit soupçon de Harry Potter), Vlamidir se retrouve propulsé malgré lui dans une galère estivale : Le Camps de vacances « La joie dans les bois ».

Pas d’Hôtel Beau-Rivage, mais un vieux campement coincé entre l’autoroute, l’abattoir et la station d’épuration. Hmmm, du glamour glaglatant d’horreur…

Pas de Monsieur Mouchabière mais un certain Nicolas Fontanelle, le directeur psychopathe de la colonie complètement barré et tyranique (sans doute le fils caché d’Hannibal Lecter et d’Harley Quinn).

QUOI, UNE COLO ? MAIS JE PORTE DES LUNETTES, JE NE PEUX PAS (aurait pu répondre Vladimou). Une colo, le cauchemar de tout enfant introverti non ? Siiiiiiiiiiiii !!! Et c’est sa gentille maman chérie qui lui a réservé cette petite surprise ? Une punition oui !

Continue Reading

Raoul Taffin – Super Héros

CATASTROPHE !!! L’heure est grave, c’est la pagaille, le bazar total, si ça continue comme ça, il va falloir que ça s’arrête !!! « La présidente du gouvernement mondial » vient de lancer le compte à rebours :  Super Raoul doit sauver l’humanité ! Grzittzitt, gruttshhpp, Grouikkmish… Allo ? ALLO ? 

Mais que se passe-t-il donc doudou dis donc ? On est à deux doigts du chaos : IL FAUT SAUVER LE SOLDAT ROOM… Hein ? Euh… IL FAUT SAUVER LA CHAMBRE ! Allez hop, Super Raoul a une heure et pas une minute de plus pour faire de cette mission impossible un succès interplanétaire. Tu connais pas Raoul ? Et, bien, tu vas être servi, moi je te dis. 

Vers l’infini et au-delà ?

Continue Reading

La quête du Preux Chevalier Philibert parti terrasser le dragon pour noyer son ennui

Connaissez-vous le Preux Chevalier Philibert ? Non ? Mais si, celui qui a terrassé le terrible dragon effrayant à l’autre bout du Royaume ! Pas du tout ? Allez, un effort, celui dont le courage n’a d’égal que sa persévérance ! Toujours pas ? 

Bon alors, c’est une chance car il faut IM.PÉ.RA.TI.VE.MENT lire cet album qui combine avec efficacité l’audace du sujet traité par Anne-Gaëlle Balpe (original, drôle et tendre) et le talent fou de Guillaume Plantevin (je suis FAN, je suis FAN, je suis FAN!) qui nous embarque dans son univers graphique si attachant.

Dès la couverture, j’avais entièrement craqué. Rien que le titre est déjà irrésistible : « La quête du Preux Chevalier Philibert parti terrasser le dragon pour noyer son ennui ». Il fallait oser ! Une promesse un peu folle à la Monty Python Sacré Graal, les deux bouilles des protagonistes dont ce dragon en herbe totalement craquounet, cette forêt mystérieuse et ce mouvement en avant : tout invite à ouvrir le livre et se plonger dans l’aventure de ce chevalier un peu hors du commun qui n’a finalement d’autre ennemi à combattre que… son ennui. 

Car voilà, « depuis que le royaume est en paix, plus aucun ennemi digne de ce nom ne pointe le bout de son nez ». Tel Alfred de Vigny dans « Servitude et grandeur militaires » et autres romantiques Lamartine ou Chateaubriand regrettant de ne pas avoir connu LA guerre (oui, je sais, c’est osé comme référence), Philibert s’ennuie à mourir. Et, ni la chasse, ni les joutes contre des mannequins en bois, ni les tournois ne peuvent ranimer la flamme du danger imminent et mettre à l’épreuve son courage. La loose, quoi.

Quand connaîtrai-je à nouveau le danger ?

(c) G. Plantevin

Alors que notre Philibert en était presque à se lancer dans le macramé ou le tricot de cote de mailles végétales, voilà-t-y-pas que la rumeur gronde : UN DRAGON ! AU SECOURS ! Quoi ? Qui ? Où ? Mais c’est pour moi, ça, un dragon !

Allez hop, notre Ivanhoé dépressif saute dans son armure, attrape sa pseudo Excalibur, et direction la grotte où sévit ce terrible monstre. Ça va saigner velu, bébé ! Mais une surprise de taille attend Philibert.

Continue Reading