Puisque c’est ça, je pars !

Une scène quotidienne : des enfants au parc qui s’inventent des histoires et leurs mamans qui surveillent, d’un oeil…

« Coooâ coooâ ! » le téléphone de Maman n’arrête pas… la vigilance baisse…

Maman…. MAAAAMAAAAANNNNNN !

Mais la maman de Norma est bien trop occupée par son portable pour écouter sa fille qui a pourtant aussi des tas de choses à lui dire… Quelle époque ! À quoi bon, dans ces conditions, avoir une maman? 

Abandonnée et vexée, Norma boude. Rêveuse et audacieuse, la voici qui décide de partir à l’aventure avec son ami Félix rencontré au détour d’un buisson…

Livrés à eux-mêmes, les enfants s’éloignent et le parc devient la jungle de leur imaginaire… Une jungle où les bêtes étranges rôdent… Le danger guette mais pas trop longtemps. Soudain, Norma s’aperçoit de la disparition de Jojo, son singe en peluche. L’a-t-elle aussi abandonné ? Le regret la ronge, alors vite, il faut partir à sa recherche…

Poésie, aventure et musique des mots pour accompagner les superbes illustrations du maître Yvan Pommaux.

Continue Reading

Il faut sauver la lune

(c) T. Magnier

Attraper un coup de soleil, on connait. Mais un coup de lune ? Si, si, c’est possible. Valentin Duluoz, ce jeune rêveur timide et solitaire, s’en moque. La lune, lui, il l’aime, tout simplement. Elle le captive, elle l’attire, de façon magnétique, comme un refuge. Si bien que cela pose un réel problème à ses parents, des industriels de la cosmétique-minceur trop débordés pour s’occuper de lui, à sa gouvernante qui le tyrannise, à son professeur, et même au président de la république.

Valentin Duluoz n’était pas un enfant comme les autres. Il ne sortait presque jamais de chez lui, n’avait ni visite ni ami, et passait le plus clair de son temps à regarder… la lune ! (…). Un spectacle dont jamais il ne se lassait. À tel point que les rares adultes qu’il croisait le lorgnaient d’un air agacé, lui, le rêveur solitaire.

– Mais enfin ! pensaient-ils. Pourquoi cet enfant perd-il un temps précieux à guetter ce ridicule machin là-haut ? N’aime-t-il pas notre monde ? Est-ce que nous ne l’intéressons pas ? Sans doute est-il bête, tout simplement ! Bête comme ses pieds. Bête comme chou. Bête comme… la lune, tiens, qui le passionne tellement ! Et c’est ainsi qu’était jugé Valentin, sans que personne ne prenne la peine de le comprendre…

Mais voilà qu’arrive une étape décisive dans la vie de Valentin : il fait sa première rentrée scolaire. Un espoir pour sortir de sa solitude ? La confrontation de sa différence avec ses petits camarades va se révéler douloureuse. Ridiculisé à cause de son bégaiement qui le handicape, Valentin se renferme et se réfugie dans l’observation de la lune, encore une fois. Or, son attirance pour l’astre est si contagieuse que les enfants de l’école s’arrêtent pour admirer le croissant, provoquant une pagaille pour l’équipe enseignante.

Continue Reading

Le mystère des Nigmes

(c) école des loisirs
(c) école des loisirs

22h22. Il se passe quelque chose de grave dans le Square Albert-Duronquarré. Vous savez, le square de Georges Lebanc. Mais si ! Rappelez-vous un peu.

Grâce aux souris archivistes, qui notaient tout tous les jours, rien n’était oublié. Seulement là, à 22h22, l’heure est grave : tous les mots de leurs livres ont disparus. C’est la panique ! Urgence, il faut retrouver toutes les lettres !

Qui a fait le coup ? Vu les pattes de mouches  à la place des textes, il n’y a pas d’autres explication ! Et bien pas du tout, les mouches n’y sont pour rien, et le temps tourne. Alors la faute aux bourdons ? Que nenni. Le mystère s’épaissit de minutes en minutes.  À dos de bourdons, les Souris partent à la recherche des mots disparus et questionnent chaque indic sur leur parcours. Un vrai labyrinthe.

Continue Reading

Le jour où j’ai perdu mes Super Pouvoirs

Kaléidoscope (c)
Kaléidoscope (c)

Ahhh, celui-ci j’adore. Un joli cadeau offert par un ami pour Théa… (ok, c’est à Théa, je lui rend).

Bref, cet album est formidable de drôlerie, un rien absurde, je suis fan !

Et si l’ordinaire devenait extraordinaire ? Avec quelques échecs forcément, comme pour tous les génies, il faut du temps pour atteindre le sublime.

Voler nécessite un peu d’entraînement (et hop un saut du lit qui finit paf la tête par terre ou dans le bac à sable), faire disparaître les objets demande une concentration intense (et hop un gâteau au chocolat vaporisé… bon, pour les petits pois, faudra réviser), communiquer avec les animaux requiert une patience extrême (assis, couché ! Non ? Bon, ça marche mieux avec les plantes)…

Le jour où j’ai découvert que je pouvais voler, j’ai compris que je n’étais pas une enfant comme les autres.

Escoffier / Di Giacomo
Escoffier / Di Giacomo

Jusqu’au jour où ces super-pouvoirs vous lâchent d’un coup, sans prévenir, et c’est le drame, le couac, le ouille fatal ! BOBO !

Heureusement que le bisou magique de Maman résout tout… Etrange « je crois bien que ma Maman aussi, elle a des superpouvoirs. » Je fond 🙂

Le texte est court mais ciselé et impactant, d’un humour efficace tout de suite, laissant la part belle aux illustrations qui sont géniales. Un humour presque anglais, à mi-chemin entre l’univers farfelu de Quentin Blake et celui de Ana-Ana ou des Qui-Quoi.

On a tous des superpouvoirs , avec un peu d’imagination… A trouver d’urgence !

Auteur : Michaël ESCOFFIER
Illustratrice : Kris DI GIACOMO
Edition : Ecole des Loisirs – Kaléidoscope – 28 pages – Env. 13 euros
Année : 2013

Note : 18/20

Continue Reading

La tour Eiffel a des ailes !

tour eiffel ailesUn choix qui vient de la découverte de la collection « Petit tandem » en 2001 avec l’ouvrage de Mymi Doinet (déjà) « Vive la pluie » pour une lecture à deux. Une bonne façon de donner le goût de lire, à son rythme, dans un partage de la lecture, chacun à son niveau. L’adulte peur lire toute l’histoire, ou que le texte courant et laisser les bulles à l’enfant.

Licorne cette, mais Parisienne indécrotable, alors toutes les occasions de pouvoir lire une histoire qui met en scène une Tour Eiffel ou les rues de Paris sont bonnes. Et là, quel concept génial d’imaginer que la Grande Dame de fer ne rêve que de se balader. Et hop, avec la magie de Mymi c’est possible. J’adore.

Et le petit plus : subtilement glissé dans le texte, quelques petites infos repères sur la Tour Eiffel. C’est ce que j’aime chez Nathan, on peut prendre du plaisir à lire, mais on peut également apprendre dans ce plaisir de la lecture. 

Avec toute la poésie de l’univers graphique d’Aurelien Débat, on retient tout de même les 324 mètres de hauteur soit environ 64 girafes et son poids d’environ 1500 éléphants. A lire et à relire.

Auteur : Mymi Doinet
Illustrateur : Aurélien Débat
Edition : Nathan Jeunesse – Premières lectures
Feuilleter le livre
Le Blog de l’auteure

Vidéo : Interview sur site Aimer lire avec Nathan

Note : 15/20

Continue Reading