Les loyautés

Je suis une grande fan de lecture à voix haute et donc de livre audio.

Dans mon parcours découverte de Delphine de Vigan (never too late), un grand coup de coeur pour ce roman/nouvelle polyphonique qui place au centre de l’intrigue le secret d’un jeune garçon en 5e, face à la solitude, la quête d’identité et le vertige de l’abandon.

Deux narratrices internes, une enseignante et une mère, deux points de vues extérieurs sur ce garçon et son copain, une descente aux enfers vertigineuse qui glace le dos.

Un ouvrage qui parle des douleurs de l’adolescence, cette période charnière où l’on peut marcher en équilibre sur le fil-frontière entre l’enfance et le monde des adultes.

Un rythme haletant et une intrigue sensiblement déroutante.

Un ouvrage qui pourrait se trouver en littérature jeunesse, si tant est qu’il y ait une différence avec la littérature vieillesse.

« Chacun de nous abrite-t-il quelque chose d’innommable susceptible de se révéler un jour, comme une encre sale, antipathique, se révélerait sous la chaleur de la flamme ? Chacun de nous dissimule-t-il en lui-même ce démon silencieux capable de mener, pendant des années, une existence de dupe ? « 

——-

Autrice : Delphine de VIGAN
Edition : JC Lattès – 208 pages – 17 euros
Année : Janvier 2018

 
Continue Reading

Pull

(c) C. Lebourg

Malheur, Pull a commis une chose terrible !

Deux secondes à fureter dans la gare pour un petit pipi et le chien a perdu Francis. Pull s’en veut d’avoir abandonner son maître et, pour tenter de le rattraper, il se met à galoper derrière un train qui le mène… dans une petite gare de banlieue, à la campagne.

Heureusement la petite troupe canine autour de Groucho le recueille et lui redonne au fur et à mesure le goût de vivre.

Le vieux train décrépi devient sa nouvelle demeure, où il apprend la vie en collectivité. Mais chaque jour, il repart à la recherche de Francis, avec ce sentiment coupable d’être entièrement responsable de cette séparation. Malheureusement, ce n’est pas concluant, et malgré l’aide de ses nouveaux camarades du refuge, il doit se rendre à l’évidence : Francis ne reviendra pas. Il découvre alors que l’amitié est une force qui peut réchauffer le coeur, surtout autour d’une tarte aux poireaux-jus de poubelle.

Quelle délicate manière de parler de l’abandon de nos meilleurs amis l’été avant les vacances en imaginant que ce sont eux qui ont perdus leurs maîtres par inadvertance… Un joli clin d’oeil pour sensibiliser les plus jeunes à la responsabilité d’avoir un animal de compagnie.

Encore une fois, le travail sur les couleurs et la lumière des aquarelles de Claire Lebourg est magnifique, plein de douceur, empreint de poésie agrémenté d’une touche d’humour. Les expressions de cette brochette de chiens perdus sont brossées avec tendresse, les rendant très attachants. Une histoire de toutous un peu cabossés par la vie mais aux grands coeurs.

Un album comme une fable sur la force de l’amitié et l’esprit de famille, celle que Pull s’est choisie. 

 
Continue Reading

La pouilleuse

(c) Sarbacane

Besoin d’air !

Je termine à l’instant la lecture de ce roman coup de poing : ma gorge est serrée, mon regard sur la 4e de couverture reste comme bloqué, le malaise qui me prend a un arrière goût nauséeux. Heureusement que c’est une fiction et non un article de presse car comment continuer à espérer dans l’humanité quand on lit ce genre d’histoire d’une violence gratuite aussi glaciale. Inspiré d’un fait divers ? Ok, je vais vomir, je reviens.

C’était le dernier Clémentine Beauvais que je n’avais pas lu, et je crois qu’il va me hanter pendant un certains temps encore…

Cela paraissait commencer en toute légèreté : un matin, 5 élèves d’un lycée parisien chic décident de sécher les cours. Certes, encore une fois. Blasés, imbus d’eux mêmes, indifférents à tout, ce n’est pas un journée de cours off qui changera la face de leur vie. Et pourtant… Il va suffire d’un instant, le croisement de deux trajectoires qui n’avaient aucune raison d’entrer en collision et c’est le dérapage ultime vers le cauchemar. Sur un coup de tête, ils kidnappent une fillette de 6 ans d’origine africaine à l’entrée de la piscine municipale. Elle avait un pou sur la tête et ils vont la bousculer verbalement puis physiquement, pour s’amuser, sans aucune morale ni arrière pensée.

Le récit est porté par l’un des lycéens, David, qui a rejoint la bande récemment. Devant la bande décidée à torturer la gamine, il doute mais ne sait pas vraiment pourquoi il n’intervient pas, cela semble le dépasser. Ils sont peu concernés par leurs actes, ça fait froid dans le dos.

 
Continue Reading

Rattrapage

Je tourne à l’instant la dernière page de ce monologue déchirant de dureté et de justesse… Une lecture en apnée dans la conscience de cette jeune ado face à son innocence perdue, par sa faute…

Quel goût a le remord selon vous ? Un goût de métal, de nausée acide, de poussière moisie ? Un goût amer sans aucun doute quand votre inconséquence vous a poussé à l’extrême aux dépens d’autrui et que le masque du déni se fissure.

Et c’est justement cette bouffée d’amertume suffocante qui enserre la conscience d’une ado de 17 ans, cette fille jolie, la reine populaire de son lycée, la belle qu’on convoitait et qu’on enviait… Mais « la réalité est toujours décevante » quand elle vous rattrape et vous confronte à votre pire noirceur.

Car voilà, la reine ne brille plus autant, elle a sombré depuis quelques mois, depuis la tentative de suicide d’un élève qu’elle et sa bande de dominants harcelaient pour s’amuser…

Comme elle, il est là, sur ce banc à attendre son tour pour le rattrapage du Bac.

Et en l’apercevant, tout lui remonte. Elle faisait partie de la meute des puissants au Lycée, ceux qui raillaient les moches, les nuls, les méprisables, les inutiles selon eux. À force de brimades sur les réseaux sociaux, ils jouaient de la vanne à grand renfort de photos et vidéos dégradantes, pour le fun, en toute inconséquence, par pure méchanceté gratuite. Diablement réaliste, non ? Mais leur cible favorite, ce garçon silencieux et mal dans sa peau, a fini par craquer en se coupant les veines en cours…

 
Continue Reading

Le jour J

Nestor avait peur avant même de naître… Alors forcément affronter la vie n’allait pas être simple pour lui, même pour apprendre la base : voler.

Cet ouvrage, à mi-chemin entre album et BD, est tout simplement GRANDIOSE en termes de narration et les illustrations aux crayons de couleurs sont absolument désopilantes. Courrez tout de suite l’acheter (sinon je boude !)

Pitchons, pitchons un peu  : un parcours initiatique chaotique mais très tendre pour apprendre à affronter ses peurs et vivre les choses en les expérimentant : « la réalité sera toujours plus facile en la vivant ».

C’est drôle, c’est juste, c’est frais, c’est à ne pas rater ! (Enfin ce n’est que mon avis mais courrez dévorer ce bijou, je l’ai déjà dit non ?).

La confiance, ça se gagne, la confiance en soi, ça se cultive dès le plus jeune âge. Alors believe you can fly 😉 et L’aventure, c’est l’aventure, mon poussin !

 
Continue Reading