Tosca des bois (T.1 et 2)

Une héroïne qui n’a pas froid au yeux, au milieu du Moyen-Âge, dans une Italie plongée dans les guerres entre grandes cités et seigneurs assoiffés de pouvoir ? 

Et bien direction Tosca des Bois ! Ce petit minois coquin aux grands yeux bleus va vous séduire par son caractère rebelle et son courage.

Orpheline, ce Robin des bois féminin est une jeune fille d’environ 12 ans, casse-cou et débrouillarde, qui vit cachée avec son frère musicien Rinaldo au coeur des forêts de Toscane.

Avec sa fronde, son arc, ses flèches et accompagnée de son fidèle faucon Argo, elle prend toujours le parti du plus faible quitte à se fourrer dans des situations plus invraisemblables les unes que les autres ! Et elle n’a pas sa langue dans sa besace ! Pour survivre, les deux enfants enchaînent travaux occasionnels et petits larcins par Tosca, au grand dam de son frère qui rêve de vivre de sa poésie et de sa musique.

Le Tome 1 présente le contexte et les personnages que l’on va avoir plaisir à suivre pendant plusieurs aventures. Lors d’une expédition dans le château de Castelguelfo, les deux orphelins rencontrent Lucilla, la fille unique du duc, qui seule, s’ennuie prodigieusement. L’arrivée des deux ados va changer le cours de sa vie, beaucoup plus qu’elle ne l’imaginait. Aidé par Frère Cosino et aux côtés de Tosca et Rinaldo, Lucilla découvre le plaisir grisant de l’aventure et de la liberté… Mais le complot rôde autour du château, et elle pourrait bien faire une jolie proie pour les ennemis de son père.

Continue Reading

Le Musée imaginaire de Jane Austen

C’est encore une fois la couverture de ce grand format propre à ces imposants textes illustrés qui m’a fait de l’oeil. Et quelle rencontre !

« Viens te perdre dans l’imaginaire de cette grand autrice romantique, viens de retrouver dans ces évocations d’un monde sublimé et pourtant riche de contrastes » ai-je entendu le livre me murmurer quand j’ai ouvert la première page.

Une très belle surprise car la fluidité de la narration fonctionne comme une discussion, entre le narrateur, le lecteur et les personnages contemporains qui se promènent dans les allées des livres de Jane Austen.

Une bien belle balade que cette flânerie sensorielle entre les « pièces » de ce musée imaginaire. Une lecture comme une promenade en bonne compagnie où les souvenirs évoqués des oeuvres de Jane Austen opèrent selon une mélancolique et touchante confession, et toujours avec une douceur bienveillante. Une déclaration d’amour de Fabrice Colin à cette autrice qu’il admire tant et dont il sait transmettre la passion et le talent.

Un voyage paisible entre amis, à une allure presque nonchalante, dans des paysages aux couleurs vives peints à l’acrylique, notamment ces bleus lumineux et ces roses si chaleureux, que l’artiste peintre a voulu rendre au plus près de la réalité de l’époque.

 

 

 

 

 

 

Continue Reading

Le Monde de Milo

Retour de bibliothèque oblige, la fournée BD a été copieuse.

Parmi les bonnes pêches de la journée, ce tome 1 du Monde de Milo tant scruté du regard depuis quelques temps…

Et hop, une immersion rapide et profonde dans cet univers qui rappelle Miyazaki, forcément. Avec cet équilibre entre un monde fantastique souvent effrayant et des dialogues à hauteur d’enfant, où le surnaturel est vite intégré dans le quotidien des personnages…

Une intrigue très palpitante et des personnages vraiment attachants. Et un travail sur la lumière particulièrement pointu, où l’inquiétant tourne autour du comique souvent. Les éléments fantastiques arrivent très vite dans la narration, mais naturellement, ce qui fait que ce monde parallèle est vite accepté par les personnages plongés dedans malgré eux.

Vivement que je rattrape mon retard car le Tome 5 est déjà sorti…

Continue Reading

Rat et les animaux moches

Alors là, c’est un grand coup de coeur et c’est surtout sur les conseils de l’éminente Lucie Kosmala que je me suis plongée dans ce gros ouvrage BD ALBUM TEXTE ILLUSTRÉ (je ne sais pas trop comment le définir finalement). 

Car comme ça, euh comment dire, je n’étais pas trop attirée par l’univers de la couverture : sombre, intrigant, typo un peu repoussante… Ben forcément, pour parler d’animaux moches, c’est plutôt bien vu.

Et alors là, dès la première page, la magie du conte opère, car c’est exactement cela : un conte un peu fantastique avec des tous les ressorts du conte classique, dans un univers noir et blanc où le jeu sur les ombres et lumière est poussé au paroxysme. Et carrément bien ! 

Au final, une étonnante rencontre entre Rat – chassé de chez les humains – et ces autres rejetés, ces animaux qui font un petit peu peur et qui ne sont pas dans les canons de beauté classiques.

Tendresse et humour pour ces relations d’amitié et de solidarité qui se tissent entre les uns et les autres. Car Rat s’est donné une mission : leur retrouver chacun une maison où ils seront heureux.

Les illustrations épurées à l’encre de chine sont d’une force incroyable. C’est tout bonnement génial et très original !

Et en plus tu en as pour ton argent, ami lecteur, amie lectrice, une histoire de plus de 200 pages qui se lit comme une BD avec toute la magie et la tendresse d’un beau conte (moderne) en format grand album. Oui un objet hors du commun, tout à fait ! Et pour notre plus grand bonheur !

Continue Reading

Enfances

Imaginez que vous puissiez avoir la chance de croiser Confucius, Marie Curie, Saint Nicolas, Anne Franck, Rudolf Noureev, Frida Kahlo, Eve, Krishna, Hokusai, Alan Turing ou le fils de Guillaume Tell notamment, dans une même journée et qu’ils vous confient chacun un moment de leur enfance… Quelle chance non ?

C’est le challenge qu’ont réussi à relever deux monstres sacrés de la littérature, deux « albumistes » un peu alchimistes, Marie Desplechin et Claude Ponti, en réalisant avec amour et à hauteur d’enfant ce recueil d’enfances de personnalités connues et moins connues.

Pour une première collaboration, c’est une réussite, au point de se demander : « mais pourquoi ce livre n’existe-t-il pas depuis 15 ans ? » Les deux univers se marient parfaitement, en totale complémentarité, une belle aventure à quatre mains selon les auteurs eux-mêmes.

Chacun à sa place, petite ou grande, réelle ou légendaire, tous ont un jour changé la vie des gens, et le monde dans lequel nous vivons. Comme vous le faites, ou comme vous le ferez, vous aussi, un jour.

Le format est simple : 62 portraits, sous forme de double page présentant à gauche la version « mots » et à droite la version « images ». Un album donc et c’est ce qui nous plait. Une pleine double page pour s’immerger dans la vie de ce « quelqu’un », familier ou non de votre univers, comme un voyage autour du monde.

Continue Reading