Elma, une vie d’ours (Tome 1 et 2)

(c) L. Mazé

Depuis la sortie de Nora, je suis une grande fan du travail fabuleux de la talentueuse Léa Mazé. Les Croques Tome 1 sorti l’année dernière promet une suite passionnante, mais aujourd’hui, à l’occasion de la récente sortie du Tome 2 du dyptique Elma, une vie d’ours, je vous parle enfin de mon coup de coeur pour cette petite Elma et son gros Papa Ours.

Dès la couverture du Tome 1, l’émotion vous saisit et vous êtes entièrement captivé par cet univers chromatique si particulier. Ce n’est pas une simple couverture, c’est un tableau, énigmatique, magnétique. La construction graphique de ces deux personnages blottis l’un contre l’autre vous impose le silence et l’admiration. Un clin d’oeil à Klimt ? Quant à la couverture du Tome 2, elle reproduit, comme en miroir, la masse des deux corps pour en faire une fenêtre ouverte, plaçant le lecteur plus en retrait, en voyeur tapi dans la forêt retenant sa respiration pour ne pas alerter les deux complices.

Tout au long des deux albums, le lecteur va être bercé par ces couleurs complémentaires, ce bleu turquoise quasi mystique et cet orangé si réconfortant. Une couleur froide et une couleur chaude, le parfait équilibre, cet équilibre fragile qui semble unir ces personnages terriblement attachants…

Il y a certes deux tomes, mais il s’agit d’une seule histoire, impossible de ne pas les enchainer donc. L’histoire s’ouvre sur une forêt lumineuse, on entend au loin un dialogue entre un enfant et un adulte, le premier veut grimper aux arbres, le second l’encourage tout en le mettant en garde : l’éducation bienveillante en somme. Et dès la 3e page, le ton est donné « que ferais-je, moi, sans toi ?  » Une histoire d’amour donc, entre un père et sa fille : Elma, joyeuse, un peu sauvage et plutôt insouciante, et un Papa Ours qui l’a recueilli et élevé comme son enfant.

Or, ce père affectueux et dévoué cache un lourd secret qu’il ne peut révéler encore. Mais l’heure tourne, 7 années se sont écoulées depuis la naissance de la petite et il est désormais temps d’entamer un long voyage pour rejoindre l’autre côté de la montage. Une menace semble sourdre au coeur de la forêt, non perceptible par la gamine espiègle sous haut protectorat ursin. L’enfant au caractère bien trempé s’interroge, se révolte de devoir avancer sans comprendre, teste l’autorité parentale, boude, ronchonne mais suit toujours ce père guidé par une urgence inquiétante. 

Continue Reading

L’Estrange Malaventure de Mirella

Connaissez-vous la véritable histoire du joueur de flûte de Hamelin ? Sans nul doute que non, on vous a fait croire à une fable bien fade… Or donc, méfiez-vous des contes, la vérité est bien pire…

Retour dans ce Moyen-Âge obscur et à sa langue si chantante. La fabuleuse conteuse Flore Vesco vous ouvre les portes d’Hamelin, cette fameuse et maudite petite bourgade envahie par les rats. La peste rôde…

La scène découvre une jeune porteuse d’eau de 15 ans, Mirella, une enfant perdue (mais pas au pays imaginaire), une miséreuse (plus près d’Esmeralda que de Cosette) qui a le don de voir ce que les autres ne voient pas.

Happé par le rythme effréné de ce récit haletant, entre mystère et fantasmagorie, le lecteur est envoûté par la musique des mots de Flore Vesco, une écriture qui fleure les parfums bruts de cette époque tourmentée. Entre roman initiatique et conte moderne, ce texte vous transporte littéralement au 13e siècle, en immersion totale dans une langue enchanteresse au coeur des plus sombres intrigues.

La force de cet ouvrage tient au rythme de l’intrigue, à la profusion de détails très précis sur les odeurs, les matières, les sensations, l’ambiguité des sentiments. Le choix d’un vocabulaire « version originale » participe à cette plongée fantastique dans le monde médiéval du conte, apportant toujours plus de réalisme dans la fiction. Comme dans chacun de ses romans, Flore Vesco travaille la langue au corps à corps pour en extraire la justesse de la description, jouant entre érudition et jeux de mots (ahh cette eau « courante » 🙂 ), en accordant un soin particulier, une vraie exigence à la narration : un travail d’enluminure ciselé qui fait que ce récit va vous hanter pendant un temps certain. 

Continue Reading

Lily a des nénés (Tome 1)

(c) geoff

Grandir, qu’est-ce que ça veut dire ?

Cette couverture avec ce ciré jaune et ce bonnet rouge, le tout sur ce maigrichon petit bout de fillette m’a attrapé le regard direct. Le titre énigmatique aussi forcément. Mais c’est surtout le traité graphique des pages comme des tableaux aux pastel gras qui m’a captivé.

SUB-JU-GUÉE !

« Lily a 10 ans. Elle habite un petit village de Bretagne, avec son frère jumeau Titouan. Juste au-dessus de chez eux habite Joshua, un garçon inaccessible dont Lily essaye d’attirer l’attention. Mais la jeune fille a un autre secret : peu à peu, elle découvre qu’elle n’est plus tout à fait une enfant… »

Le thème : le passage de l’enfance à la puberté, l’attirance magnétique et inexplicable des debuts de l’adolescence, et cette question d’identité qui se dessine malgré soi.

Le travail sur la lumière et les couleurs bord de mer est fabuleux. On est dans un univers de peinture bien plus que de la BD. Les tons orageux aux contours flous créent une atmosphère très particulière, parfois troublante, parfois rassurante, jamais neutre et c’est ce qui séduit. 

Et c’est un premier ouvrage… Tome 2 à paraître en fin d’année.

Continue Reading

Renversante

« Formidable ce livre ! Il fallait oser ! Il faut le mettre en les mains de tous les jeunes garçons, mais aussi et surtout, des jeunes filles ! Relations fille/garçon, un sujet d’actualité qui a besoin d’être animé au quotidien pour que flamme du « vers toujours plus d’égalité chaque jour » ne s’éteigne pas… »

« Ahlala, toi et ton hominisme ! C’est pas un peu exagéré quand même ? Ça va là, c’est pas si pire comme situation. Y a pas mort d’homme non plus, hein ? Comment ça si ? Ah oui, pas faux. Et de qui c’est ce bouquin ? Hmm, Florent Hinckel ? Ah ouais forcément, il prêche pour sa paroisse… Hein ? Florence, avec un E ? Ah bon ? Bah si c’est un livre écrit par une autrice, faut voir, y a p’tet du vrai là-d’dans. Vas-y mon Pépette, fais voir deux secondes… » 

Dans le monde de Léa et de son frère jumeau Tom, le féminin l’emporte sur le masculin… Logique, c’est hystérique… euh historique. Les noms de rues et d’établissements scolaires, les grands noms de la littérature, des arts, des sciences et de la politique sont… des femmes. C’est ainsi depuis la nuit des temps, la femelle est supérieure au mâle.

Mais le père des enfants veut les éveiller à la condition masculine et ses inégalités qu’il dénonce au quotidien, un combat souvent considéré comme ridicule.

Continue Reading

par la forêt / par le lac

(c) Rouergue

Un grand coup de coeur pour ces deux nouvelles en miroir pleine de poésie et de profondeur. L’écriture est fluide, comme une respiration, invitant à la méditation, et happant le lecteur de façon magnétique, comme une voix intérieure.

Choisir de prendre le chemin de la forêt ou celle du lac…  qu’importe, la route mène au même endroit : cette magique et mystique Colline aux Lézards.

En quelques lignes, le voyage commence auprès de ce jeune garçon amérindien dont la quête est de voir naître le printemps, d’assister au réveil du soleil, une tâche quasi sacrée confiée aux hommes du village.

Et sur sa route, à travers la forêt ou via le lac gelé, il va croiser l’oiseau et le coyote, deux rencontres qui le pousse à s’interroger sur l’essentiel. Les bruits et les silences de la nature l’accompagnent dans sa quête.

Un écho aux croyances animistes, à la force animale de cette nature qui peut donner la vie comme la reprendre en un instant, le temps d’un vol d’oiseau, d’un regard de coyote apeuré, d’un murmure d’arbre ou d’une fissure dans la surface gelée du lac.

Un beau labyrinthe où la surprise n’est pas la où on l’attend.

« À la fin de l’hiver, un jeune Indien décide de marcher jusqu’au sommet de la Colline aux Lézards. Quel chemin va-t-il prendre ? Celui qui passe par la forêt ou par le lac ? Deux chemins pour deux aventures où la nature et les animaux réservent bien des surprises à l’apprenti chasseur. »

Auteur : Alex COUSSEAU
Editeur : Editions du Rouergue – Collection Boomerang – 64 pages – 6,50 euros
Année : Janvier 2019

Continue Reading