La Société des Pépés à Adopter

ÉMILIE CHAZERAND JE TE AIME TROP, TU ME DÉSOPILES GRAVE !

À lire de toute urgence, vos zygomatiques me diront merci ! Voici donc LA SOCIÉTÉ DES PÉPÉS À ADOPTER de la truculente fabricante de bonheur en pages, l’irrévéren-délicieuse Emilie Chazerand et de sa complice au coup de crayon bien barré qui te croque une brochette de personnages gratinés, la magistrale Joelle Dreidemy. Le tout concocté sous la houlette flamboyante du sarbacanien Tibo Berard

Prête, prêt pour le fatal pitch ? C’est parti :  « Sérieuse Dauphin est une enfant délaissée mais ultra-gâtée par des parents super riches mais super absents. Il n’y a qu’une chose qu’ils n’ont pas pensé à lui offrir : un pépé. Alors Sérieuse veut un pépé. C’est là sa dernière lubie, son caprice absolu. Heureusement pour elle, la Société des Pépés à Adopter a exactement ce dont elle rêve. »

Alors…

Merci pour ces moments de rires explosifs qui surgissent à toutes les pages,

Merci pour le regard illuminé (parfois halluciné) de ma fille m’écoutant lire à haute voix les élucubrations de Sérieuse et de son vieux fripon frippé d’Aimé Durillon, et leurs dommages collatéraux alentour,

Continue Reading

La rivière à l’envers – Tome 1 et 2

Un grand plaisir de retrouver l’univers de ce roman captivant et si marquant.

Dans le premier volume, Tomek nous entraînait dans son incroyable quête : trouver la rivière Qjar et son eau qui empêche de mourir. Nous marchions avec lui sur les pas de Hannah.

Cette fois-ci, c’est Hannah elle-même qui raconte son voyage sur la vertigineuse Route du Ciel, puis à travers le désert. Son récit nous fait découvrir des contrées nouvelles, mais on y retrouve aussi des paysages connus comme la forêt de L’oubli, l’océan…

Pour sauver sa passerine bleue, Hannah va entreprendre la plus grande aventure de sa vie.

L’avez-vous lu? Version roman ? Version bd ? Version lue ? Version théâtre ?

Continue Reading

Jules et le renard

Après le magnifique « Le secret du rocher noir », nouveau coup de coeur pour le nouvel album toujours aussi magique de Joe Todd Stanton !

Captivant, émouvant et plein de tendresse !

L’univers graphique rappelle évidement Miyazaki, mêlant humour et mystère, pour un conte teinté de poésie et de message philosophique…

Merci et bravo et encore merci à l’école des loisirs pour la découverte de cet album !

Résumé : « Jules le souriceau vivait tout seul dans son petit terrier et il aimait ça. Il échappait ainsi à tous ceux qui voulaient le croquer, sous la terre ou en surface : hibou, taupe, blaireau, chien, lapin, fermière. Mais la vie est pleine de surprises. Un jour, parce qu’il a eu pitié d’un renard très rusé, mais surtout affamé, Jules finit par devenir… non ! pas sa proie. Beaucoup mieux que ça ! »

 

Continue Reading

Cette année j’ai cantine !

« Ok c’est la rentrée, mais quoi, qu’est-ce que j’entends : il faut que j’aille manger à la cantine maintenant ? Parce que je suis un grand ? Mouais, ça sent l’entourloupe ça… Mes parents ne voudraient-ils pas se débarrasser de moi ? Parce que je sais ce que l’on raconte sur le réfectoire, c’est L’HORRRREURRRRRR !

Vous tremblez, vous aussi ?  »

Mais bon, le jeune brin de garçon – héros de ce délicieux et très digeste album – n’est pas un dégonflé, il va accepter sa nouvelle mission : combattre le « monstre mythologique » CANTINOZAURUS TERRIFICUS (ben la cantine quoi…)

Au fil des pages, notre petit aventurier imagine qu’il va être confronté à toutes les pires situations possibles, tout droit véhiculées par un certain imaginaire collectif : on est enfermés dans une salle sombre, on doit avaler des serpents bouillis, on vous force à vider les assiettes, on mange des gratins d’animaux tout bizarre (du dauphin en gratin, oui oui, du gratin dauphinois exactement… terrible)…

Continue Reading

Me fais pas rire !

Non mais quelle couverture ! Et quel titre ! Tout invite à tourner les pages pour découvrir pourquoi ces deux armures tapent la discute au coeur d’une salle de musée.

La raison de leur dialogue : l’arrivée d’une nouvelle armure auprès d’eux, qui va être installée au fur et à mesure, au fil des double pages.

Et c’est parti pour une série de railleries, de quolibets de tout acabit envers cette pauvre carcasse métallique en reconstruction. Le nouveau dérange les deux compères, il gêne leur complicité, et surtout il est si ridicule : à chaque morceau assemblé, la tête de turc en prend pour son grade, mais ne peut rien dire (le heaume n’étant pas encore accroché).

Les deux drôles se gaussent de leurs moqueries, toujours plus cruelles, toujours plus acerbes au point de prendre un terrible fou rire…

Plus ils sont méchants, plus ils en rient… Plus ils rient, plus les parties de leurs structures tremblent… « Me fais pas rire ! » s’alarme l’un des deux, hilare des mauvaises blagues balancées par le chevalier de la vanne !

Mais rira bien qui rira le dernier…

Continue Reading