La Palisse

Un poème chanté de Bernard de La Monnoye (17e siècle) remis en lumière par Andrea Tullio Canobbio et illustré par Sergio Olivotti publié par une maison que je découvre : les éditions Chocolat ! Jeunesse

Le pitch de cet album ovni totalement délicieux aux illustrations pleines de malice :
« Tout le monde connaît les « Vérités de La Palisse », ces déclarations si banalement évidentes qu’elles en sont risibles. Certains savent que ces Lapalissades » viennent du Seigneur de La Palisse, qui fut un maréchal de François Ier. Ce qu’on sait moins, c’est qu’il n’a jamais prononcé une seule lapalissade de toute sa vie, et que le lien entre ce maréchal prestigieux et ces stupides évidences repose sur une ridicule erreur de lecture. Et ce qu’on sait encore moins, c’est que le poète dijonnais Bernard de La Monnoye, au 17e siècle, a nourri cette joyeuse farce avec une chanson en vers, étonnamment moderne et savoureusement drôle. Andrea Tullio Canobbio a exhumé cette vieille chanson, en a sélectionné les meilleurs vers, illustré par Sergio Olivotti. »

Continue Reading

Dagfrid – À poils

Quelle joie de retrouver ce petit bout de viking au caractère bien trempé !

Dagfrid n’est pas une jeune viking comme les autres. Très peu pour elle l’idée de se couler dans le moule de la tradition et elle ne mâche pas ses mots pour dire ce qu’elle pense (enfin la plupart du temps).

Toujours désireuse de voir du pays, parce que le sien l’ennuie un peu (il faut bien l’avouer) et qu’elle rêve grand, Dagfrid ne dissimule pas sa joie à l’annonce du mariage de sa cousine Helda… au Groenland ! Un mariage viking, c’est déjà quelque chose, mais un voyage pour rejoindre cette famille exilée, ça promet d’être mouvementé. Enfin, du changement !

Mais entre un père malade en bateau, un frère mutique en pleine crise d’adolescence, une mère aux petits soins qui joue les couturières et coiffeuses malgré elle et une grand-mère qui ne voyage pas sans son armure de combat, même rouillée, la traversée n’est pas de tout repos.

Continue Reading

L’histoire incroyable

Un 18e tome paru ! Si c’est pas une incroyable nouvelle ça !

Du bonheur en pages, absolument !

Revoici la jolie bouille taquine d’Ana Ana toujours aussi bien entourée de sa tribu de doudous complètement craquants.

Quoi, que dis-tu Goupille ? Tu te baignais dans la mer et tu as reçu une grosse vague sur la tête ? Tu as avalé tout l’océan ? Et ensuite, que s’est-il passé ? Noooon, c’est pas possible !!!!

De doudou en doudou, l’histoire se « répète » (ou presque) pour arriver jusqu’aux oreilles d’Ana Ana. Mais, hum hum, il semble que le récit initial se soit un peu (beaucoup) transformé au fur et à mesure des versions des doudous. L’effet papillon, vous connaissez ? Et bien là, c’est l’effet doudou. Toujours plus désopilant à chaque version !

Continue Reading

Fin d’été

En ce dernier jour d’été, comment ne pas avoir envie de prolonger un peu ces instants de plaisir, et convoquer la douceur et presque insouciance qui nous a bercé ces dernières semaines.

Sur la couverture, le doute plane pour les rêveurs gourmands de délassement : est-elle en train d’ouvrir ou de fermer le parasol ? L’impression l’emporte sur le temps, comme une plongée dans un tableau. Tout reste encore possible tant que le livre n’est pas ouvert. J’aime cette idée qu’à cet instant, le lecteur dans l’expectative peut encore imaginer que les vacances commencent. Tout ici évoque le bonheur de l’enfance, ces petits instants magiques qui nous construisent.

Et puis, forcément, on tourne les pages pour se plonger dans cet univers aquarellé aux teintes lumineuses qui étire les dernières heures des vacances. Et si ce n’était pas encore fini ? Certes, ce sont les derniers instants, il faut ranger, fermer les valises comme les volets, dire au-revoir aux voisins en serrant un peu les dents pour ne pas verser une larme, car on ne sait pas quand on reviendra. Et puis prendre la voiture et la route.

Continue Reading

Même pas en rêve

C’est le grand jour, Pascaline ! La rentrée à l’école ! Comment ça « même pas en rêve » ? Ouhla, ça commence mal, on dirait.

Attention : gros craquage pour cette bouille trognonne et grognonne, cette petite pipistrelle de 3 ans nommée Pascaline au caractère bien trempé qui a décidé de ne pas rentrer en classe comme tout le monde. Non mais !

Oui, oui, on connait la chanson, on y apprend plein de nouvelles choses à l’école. Oui, oui, on se fait plein de nouveaux copains. Oui mais non, même pas en rêve Pascaline ira à l’école. Et puis d’abord ses doudous sont d’accord. Pas la peine d’insister. « MÊME PAS EN RÊVE » hurle-t-elle. Oups, elle a crié si fort que ses parents en sont tout ratatinés. Si petits comme des cacahuètes que Pascaline a une idée bien malicieuse : allez hop, elle les cache sous son aile et direction l’école, puisqu’ils y tiennent tant. Ah, on va bien rigoler, tiens !

Mais pas si simple de participer aux activités, de pouvoir manger tranquillement à la cantine ou de tenter de faire une petite sieste quand on a ses parents entre les pattes, enfin entre les ailes. Au fur et à mesure de la journée, les autres enfants si tristes le matin ont retrouvé leur sourire. Mais l’heure des parents arrive, que va-t-il se passer pour Pascaline ? Va-t-elle devoir rentrer toute seule chez elle et continuer à devoir emmener ses parents à l’école tous les jours ? Hmmm, j’ai bien une petite idée, moi, et vous ?

Continue Reading