Le monstre du lavabo

(c) La Palissade

Glouuuuhhhhh glouuuuh glouuuuu glouuuu….

Youhou ! Y a quelqu’un ?

Vu le bruit d’écoulement dans le lavabo, il y a un monstre qui gémit, c’est certain ! 

Allez, avouez, vous l’avez déjà ressenti ce petit frisson de terreur en imaginant qu’une bestiole bien étrange pouvait surgir du tuyau et vous avaler tout cru ?

Non ? Mon oeil, les enfants autour de vous me l’ont dit, foi de Licorne !

Et bien c’est exactement ce que Mila, un petit bout de jeune fille curieuse et intrépide, est en train de se demander : « où va l’eau de la baignoire ? »

Un genre de question tout à fait irrépressible comme « d’où vient le vent? » et qui laisse souvent les grandes personnes dans l’expectative tant ils sont déconnectés de leur imaginaire d’enfance…

Et s’il était en train de remonter dans l’immeuble par le tuyau…

« Elle va dans les tuyaux puis ça descend dans les égouts qui traversent la ville, et ça rejoint le fleuve, puis la mer« , explique sa maman.

Voilà une réponse bien rationnelle mais avez-vous déjà vu des monstres avaleurs d’eau au bord de la mer ? Non ? Alors le mystère reste entier, le monstre se cache quelque part dans les canalisations de l’immeuble. Mais où ? 

Au 1er, chez Madame Miossi, la fée du logis ? Non, ça sent la javel, une odeur qui repousse les montres forcément. Au 2e, chez Monsieur Albatin, le sorcier qui fait des potions magiques dans sa salle de bain ? Non, le monstre se sera méfié. Au 3e, chez la famille Antiferm dont les enfants hurlent à tue-tête ? Non, le montre n’est pas si téméraire…

Donc, cela signifie bien que le monstre est chez Mila, au 4e et qu’il la guette…

Résolue à tirer cette affaire au clair, la petite fille tente une expérience : elle lâche une balle dans le tuyau. Elle n’a plus qu’à la suivre pour savoir où se cache ce monstre du lavabo. Malin ! 

Et c’est parti pour une course-poursuite à travers les étages de l’immeuble, chez les différents voisins de Mila. Le monstre ne se laisse pas dénicher aussi facilement que l’on pourrait l’imaginer et la jeune aventurière va devoir ruser pour le débusquer, jusqu’au trou noir de l’égout… Que va-t-il arriver ? 

Pour le savoir, il va falloir aller acheter le livre ! Niark, niark, c’est cruel, non ? Je suis une monstrueuse glougouteuse moi aussi… 

Un concept très original que cet album haut en couleurs, et haut tout court ! En effet, le format vertical est absolument adapté à la narration, on peut suivre étape par étape le parcours de cette petite fille curieuse, étage par étage, jusqu’à la source du monstre…

Le texte accompagne au fur et à mesure le cheminement de Mila, accélérant ainsi le rythme du récit, assez jubilatoire pour le lecteur. 

Les pages sont construites avec un effet de symétrie verticale : en haut de la page, l’univers réel de Mila, et en dessous, l’univers imaginaire du monstre à qui il arrive beaucoup de choses désopilantes.

Le choix des couleurs vives, quasiment uniquement primaires – rouge, jaune, bleu – renforcent le contraste entre la réalité et la fiction ainsi que la vivacité des situations.

Ce monstre est bien inquiétant mais sa rencontre avec Mila va changer le cours des choses.

Au final, une histoire originale pleine d’humour et de poésie, avec une bonne dose de suspens…

Un bon cocktail qui fait de ce livre une friandise qu’on déguste avec grand plaisir ! 

 

Autrice : Anne FERIGNAC
Illustrateur : Aviel BASIL
Edition : La Palissade — pages  – euros
Année : Mars 2018

Du même illustrateur : 
– La maitresse n’a plus de voix avec Ghislaine Biondi chez Milan
– Le rire avec Brigitte Balmes chez Milan

 

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *