La nuit de Berk

(c) Pastel

Tiens, tiens, tiens… Qui vient donc pointer le bout de son bec dans l’obscurité de cette grande couverture ? Ne serait-ce pas notre canard-doudou fétiche, Berk ? 

Mais si, c’est bien lui, mais chuuuuuttttt, ne faites pas de bruit, car il parait qu’il s’est passé quelque chose de bien étrange, dans la classe, la nuit. C’est Berk qui l’a raconté. Un truc terrible, encore une fois.

Berk a été oublié à l’école, dans la caisse à doudous. Prenant son courage à deux pattes, il part se balader avec Croc, un sac-à-dos qui était également resté là. Mais il fait bien noir dans la classe de la maîtresse, heureusement qu’il a trouvé une lampe… À deux, on a moins peur, c’est sûr, se disent-ils pour se rassurer. Mais un bruit inquiétant les poursuit dans l’ombre, un bruit qui fiche drôlement la trouille…

SPROUITCH ! SPROUITCH !
Berk a chuchoté : « On dirait plutôt des ogres qui mâchouillent, ou des sorcières qui bidouillent. »

Les ombres de la classe sont terrifiantes. D’un seul coup, CLAC ! Il fait tout noir. Et ce bruit qui fait de plus en plus peur… Mais que va-t-il se passer ? Des monstres vont surgir pour les croquer, c’est sûr, pensent-ils…

Continue Reading

Le monstre du lavabo

(c) La Palissade

Glouuuuhhhhh glouuuuh glouuuuu glouuuu….

Youhou ! Y a quelqu’un ?

Vu le bruit d’écoulement dans le lavabo, il y a un monstre qui gémit, c’est certain ! 

Allez, avouez, vous l’avez déjà ressenti ce petit frisson de terreur en imaginant qu’une bestiole bien étrange pouvait surgir du tuyau et vous avaler tout cru ?

Non ? Mon oeil, les enfants autour de vous me l’ont dit, foi de Licorne !

Et bien c’est exactement ce que Mila, un petit bout de jeune fille curieuse et intrépide, est en train de se demander : « où va l’eau de la baignoire ? »

Un genre de question tout à fait irrépressible comme « d’où vient le vent? » et qui laisse souvent les grandes personnes dans l’expectative tant ils sont déconnectés de leur imaginaire d’enfance…

Et s’il était en train de remonter dans l’immeuble par le tuyau…

« Elle va dans les tuyaux puis ça descend dans les égouts qui traversent la ville, et ça rejoint le fleuve, puis la mer« , explique sa maman.

Voilà une réponse bien rationnelle mais avez-vous déjà vu des monstres avaleurs d’eau au bord de la mer ? Non ? Alors le mystère reste entier, le monstre se cache quelque part dans les canalisations de l’immeuble. Mais où ? 

Au 1er, chez Madame Miossi, la fée du logis ? Non, ça sent la javel, une odeur qui repousse les montres forcément. Au 2e, chez Monsieur Albatin, le sorcier qui fait des potions magiques dans sa salle de bain ? Non, le monstre se sera méfié. Au 3e, chez la famille Antiferm dont les enfants hurlent à tue-tête ? Non, le montre n’est pas si téméraire…

Donc, cela signifie bien que le monstre est chez Mila, au 4e et qu’il la guette…

Résolue à tirer cette affaire au clair, la petite fille tente une expérience : elle lâche une balle dans le tuyau. Elle n’a plus qu’à la suivre pour savoir où se cache ce monstre du lavabo. Malin ! 

Continue Reading

Mon stress monstre

(edl)

La frousse, la trouille, les miquettes, les jetons, les chocottes, les foies, les grelots… Ça vous parle à vous ? Parce que question peur, Max, il en connait un rayon, lui, et pas qu’un peu. D’ailleurs, il l’affirme haut et fort : « Moi, Max, je n’ai pas peur de le dire : j’ai peur. Le roi du stress, le prince de l’angoisse, ne cherchez pas : c’est moi. » Tiens, tiens… ça me rappelle quelqu’un… vaguement hein… (non pas que moi, j’ai des noms…)

Bref, dans la vie de ce jeune garçon de 10 ans, rêveur et nerveux, une peur indicible a pris bien trop de place et cela ne peut plus durer : il lui faut un remède. Devant cette urgence, un matin au petit-déjeuner à l’heure où la tartine tente le plongeon du 10m avec effroi, Max décide de s’ouvrir (non pas les veines) et d’en parler à ses parents. Mais voilà, quand on est considéré par ses géniteurs comme « un stressé de la vie depuis sa naissance », pas commode d’être écouté sérieusement, ils dédramatisent toujours tout. Surtout avec des parents à fond dans leur travail, dont les mains se sont transformées en smartphone à force de les tripoter en permanence et qui sont obnubilés par les devoirs. Passeraient-ils à côté de leur enfant ?

– Si tu travailles d’arrache-pied, m’assure mon père, tu iras loin, toi aussi.
Cette histoire de pieds arrachés m’a longtemps, elle aussi, paru mystérieuse. Et contradictoire avec le fait d’aller loin. 

Max a du mal à se concentrer, il a la tête ailleurs, il pense à des choses, des choses préoccupantes. Son monde est peuplé de monstruosités en tous genres, de questions apparemment insolubles sur le sens de l’univers, et il n’arrive pas à en parler. Même à l’école, c’est la catastrophe dès qu’il tente de se confier. Et dès que la nuit arrive, le cortège d’Angoisse & Cie se pointe sous la forme de sanglots terrifiants venant du grenier. Rien à voir avec une question d’isolation défectueuse, Max est persuadé que ce sont des fantômes. Son imagination lui jouerait-elle des tours ? 

Continue Reading

Jour de piscine

Ecole des loisirs (c)
Ecole des loisirs (c)

La jeune Lapinoute est bien inquiète car tous ses copains sont terroreffrayés à l’idée de plonger aujourd’hui à la piscine. Chacun y va de son angoisse personnelle car sauter du grand plongeoir, « tout le monde sait que ça fait peur à tout le monde. » Attention à la panique générale !!!

C’est épouvantabominaterrifiantissime

« C’est vraiment terrible? Mais pourquoi donc ? » demande Lapinoute qui n’a jamais sauté. Les pires choses peuvent vous arriver comme : « se raplaplater la boite à pouett » dit le chien, « glaglater de partout » tellement c’est haut explique la girafe, « regarder  tout en bas, ça fiche les chocottes » raconte le mouton, « sauter c’est carrément flapflippant » ajoute l’ours, « c’est d’en avoir ras la poche » précise le kangourou. Mais le truc qui fait le plus peur au cochon et qui lui fait « flageoler le jambonneau », c’est de perdre son maillot (ce que l’on comprend bien, ouhlala c’est hontirougissifiant, ça !)

Mais Lapinoute va vite se rendre compte que c’est l’imagination des copains qui est énormifiante et non le plongeoir.

On adore l’humour de ces nouveaux adjectifs mots-valise inspirés sans doute du monde du Bon Gros Géant de Roald Dahl et tout droit sortis de l’univers un peu foufou de Christine Naumann-Villemin. L’auteure de Gloups, de Princesse Coquette et autre Nina, Rikiki, et Sorcière Rabounia, sait encore une fois trouver le ton pour nous faire rire et dédramatiser cette première expérience aquatique qui a dû en faire frémir plus d’un…

On y retrouve avec plaisir le génial coup de crayon de la maman du Loup qui voulait changer de couleur, Eléonore Thuillier. Vraiment craquant !

A lire en famille sans modération, en mettant le ton pour FAIRE VRAIMENT PEURRRRRRRRR !!!

Auteure : Christine NAUMANN-VILLEMIN
illustratrice : Eléonore THUILLIER
Edition : L’école des loisirs – Collection Les Lutin – 34 pages – 5 euros environ
Année :  2012

Note : 16/20


Du même auteure :
– Princesse Coquette, Princesse Copine en chef, Princesse réclame…
– Gloups, Yéti, Rikiki, La sorcière Rabounia…
– La Tétine de Nina, Nina a un petit frère, Nina veut un animal, Un amoureux pour Nina, Un petit frère pour Nina…
– Thomas n’a peur de rien, Le plus grand chasseur de loups de tous le temps
– Salomé veut une histoire

De la même illustratrice :
– La collection de Loup et notamment Le Loup qui voulait changer de couleur, Le Loup qui enquêtait au musée…
– La Princesse Rosebonbon, Le Grand Lapin Blanc, La boîte au trésor…

 

Continue Reading