La nuit de Berk

(c) Pastel

Tiens, tiens, tiens… Qui vient donc pointer le bout de son bec dans l’obscurité de cette grande couverture ? Ne serait-ce pas notre canard-doudou fétiche, Berk ? 

Mais si, c’est bien lui, mais chuuuuuttttt, ne faites pas de bruit, car il parait qu’il s’est passé quelque chose de bien étrange, dans la classe, la nuit. C’est Berk qui l’a raconté. Un truc terrible, encore une fois.

Berk a été oublié à l’école, dans la caisse à doudous. Prenant son courage à deux pattes, il part se balader avec Croc, un sac-à-dos qui était également resté là. Mais il fait bien noir dans la classe de la maîtresse, heureusement qu’il a trouvé une lampe… À deux, on a moins peur, c’est sûr, se disent-ils pour se rassurer. Mais un bruit inquiétant les poursuit dans l’ombre, un bruit qui fiche drôlement la trouille…

SPROUITCH ! SPROUITCH !
Berk a chuchoté : « On dirait plutôt des ogres qui mâchouillent, ou des sorcières qui bidouillent. »

Les ombres de la classe sont terrifiantes. D’un seul coup, CLAC ! Il fait tout noir. Et ce bruit qui fait de plus en plus peur… Mais que va-t-il se passer ? Des monstres vont surgir pour les croquer, c’est sûr, pensent-ils…

Et alors ? Et bien, alors il faudra aller acheter l’album pour connaître la fin…

Ce qu’on aime :

  • l’humour et la tendresse qui se dégagent de ces personnages toujours aussi attachants,
  • le grand format qui permet de s’immerger complètement dans l’univers de Berk,
  • le principe de double page où l’illustration a la part belle et le texte s’invite, complice, pour accentuer le suspens,
  • les cadrages, tantôt gros plan, tantôt plan large, pour rythmer la narration,
  • le contraste des couleurs et les jeux de lumière qui amplifient le frisson lors des rebondissements.

Sors-nous de là, Berk ! On va être écrabouillés, mâchouillés et bidouillés !

Un conseil : fabriquer une cabane avec des draps et des coussins, éteindre la lumière, prendre sa petite loupiote pour éclairer les pages une à une et lire l’histoire en chuchotant. Frissons et crises de fous rires garantis !

Bonus pour les plus attentifs : de jolis clins d’oeil à des personnages effrayants bien connus, issus notamment des univers de Grégoire Solotareff, Maurice Sendak, Tomi Ungerer et Magali Bonniol, et même… un certain Mange-doudous bien ventru. Sacrée frousse, nom d’une Cornebidouille 😉

Encore une fois, un très bel album que nous offre Julien Béziat, aux portes de l’enfance, de ses peurs et de ses rêves, tout en douceur, tendresse, humour et poésie.

Un très grand merci aux Editions l’école des loisirs / Pastel pour la réception de cette petite douceur dont on ne se lasse pas.

Un régal à lire et à relire en famille, sous la couette la nuit, en chuchotant à la lueur de la lampe de poche pour se faire gentiment frissonner.

 

 

 


Auteur/ Illustrateur : Julien BEZIAT

Edition : Pastel – Ecole des loisirs – Album – 40 pages – 13,50 euros
Année : Août 2018

———————

Du même auteur/illustrateur : 

– Le Mange-doudous (chroniqué ici)
– Alors, ça roule ?
– Le bain de Berk (chroniqué ici)
– Mäko

 

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *