Le jour où j’ai perdu mes Super Pouvoirs

Kaléidoscope (c)
Kaléidoscope (c)

Ahhh, celui-ci j’adore. Un joli cadeau offert par un ami pour Théa… (ok, c’est à Théa, je lui rend).

Bref, cet album est formidable de drôlerie, un rien absurde, je suis fan !

Et si l’ordinaire devenait extraordinaire ? Avec quelques échecs forcément, comme pour tous les génies, il faut du temps pour atteindre le sublime.

Voler nécessite un peu d’entraînement (et hop un saut du lit qui finit paf la tête par terre ou dans le bac à sable), faire disparaître les objets demande une concentration intense (et hop un gâteau au chocolat vaporisé… bon, pour les petits pois, faudra réviser), communiquer avec les animaux requiert une patience extrême (assis, couché ! Non ? Bon, ça marche mieux avec les plantes)…

Le jour où j’ai découvert que je pouvais voler, j’ai compris que je n’étais pas une enfant comme les autres.

Escoffier / Di Giacomo
Escoffier / Di Giacomo

Jusqu’au jour où ces super-pouvoirs vous lâchent d’un coup, sans prévenir, et c’est le drame, le couac, le ouille fatal ! BOBO !

Heureusement que le bisou magique de Maman résout tout… Etrange « je crois bien que ma Maman aussi, elle a des superpouvoirs. » Je fond 🙂

Le texte est court mais ciselé et impactant, d’un humour efficace tout de suite, laissant la part belle aux illustrations qui sont géniales. Un humour presque anglais, à mi-chemin entre l’univers farfelu de Quentin Blake et celui de Ana-Ana ou des Qui-Quoi.

On a tous des superpouvoirs , avec un peu d’imagination… A trouver d’urgence !

Auteur : Michaël ESCOFFIER
Illustratrice : Kris DI GIACOMO
Edition : Ecole des Loisirs – Kaléidoscope – 28 pages – Env. 13 euros
Année : 2013

Note : 18/20

 
Continue Reading

Les mystères du Grand Hôtel : L’affaire du diamant bleu

Hatier (c)
Hatier (c)

Vous l’aurez remarqué, j’aime bien les baby-polars… les livres d’enquêtes, quoi, d’énigmes, de suspens… Et bien, dans la série, je vous présente les TIP-TOP, de vraies graines d’agents secrets. TIP pour : Théo, Inés et Pétronille, les trois enfants de Monsieur Lagarrigue,  cuisinier au Grand Hôtel, accompagné de leur fidèle waston à quatre pattes : Top, le chat « super espion payé en caresses et sardines ».

Dans ce 5e opus qui vient juste de sortir, la fratrie se retrouve au coeur d’une histoire de vol de diamant. Indices, suspects, filatures, micro caché, ils tentent de remonter la piste du voleur mais leur fétiche félin manque à l’appel. Compliqué pour retrouver le coupable sans l’aide du flair de ce matou malicieux. Mais c’est sans compter sur la ténacité des trois enfants qui finissent par confondre le malfaiteur (on s’en doutait un peu, si, si).

Tiptaptop ! T-Théo, I-Inès, P-Pétronille ! Tiptoptap ! Tope-là, tape ! Les TIP sont au top !

Cyrielle (c)
Cyrielle (c)

Le vocabulaire est simple, comme la syntaxe, permettant une lecture autonome pour les plus de 8 ans. L’intrigue est bien construite, pas trop compliquée ni trop naïve.

J’ai néanmoins une petite préférence pour le 1er opus « Les Tip-Top et les plans secrets » où pour trouver certains indices, il faut user d’un miroir pour retranscrire le message codé, simple mais ingénieux.

Ça marche toujours de devoir sortir sa loupe pour voir un détail sur une photo ou de chercher dans le reflet de la glace le mot mystère.

Cyrielle (c)
Cyrielle (c)

 

Côté illustration, l’univers de Cyrielle, et son inspiration un peu manga, fonctionne bien et rend les personnages attachants.

 

On aimerait que le chat TOP rencontre Watson, le chat de Scarlet et Jean-Pat, celui de Mirette, pour aller boire un bol de lait chez Tuffy… On peut rêver 🙂

 

Auteur : Christine PALLUY
Illustratrice : Cyrielle
Edition : Hatier Jeunesse – Poche – 48 pages – 5 euros
Année : 2016

Note 15/20

 


Dans la même collection :
Les Tip-Top et les plans secrets
– Qui a enlevé Odilon ?
– Les Tip-Top et les tableaux volés
– L’énigme du flan empoisonné

 
Continue Reading

Roule galette…

Flammarion
Flammarion

Je pense que ce livre fait partie des petites briques qui ont construit mon enfance, il me semble encore l’entendre me la faire raconter. Je l’ai gardé, mon édition date de 1950… étonnant. Et, comme la fourmi (à corne) n’est pas prêteuse (trop longtemps de ses livres), je l’ai racheté pour Théa.

Flammarion
Flammarion

L’édition n’a pas pris une ride, et c’est tant mieux. J’aime notamment la typographie classique, celle de mon premier livre de lecture « Je veux lire » (que j’ai gardé aussi, oui j’ai un côté conservateur de fossiles rares).

Hachette
Hachette

je veux lire inter

 

 

 

 

 

 

Flammarion
Flammarion

J’aime bien sûr l’histoire de cette coquine de galette qui, bien trop fière d’elle et un peu naïve, se fait croquer par le rusé renard, et également la petite comptine qui reste…

Je suis la galette, la galette, je suis faite avec le blé ramassé dans le grenier. On m’a mise à refroidir mais j’ai mieux aimé courir ! Attrape moi si tu peux.

 

 

Un grand classique pour les plus jeunes.

Raconté par : Natha CAPUTO

Illustrateur : Pierre BELVES
Edition : Flammarion – Les Albums du Père Castor
Année : 1950

Note : 15/20

 
Continue Reading

La girafe, le pélican et moi

Gallimard (c)
Gallimard (c)

Depuis quelques jours, il se passe des choses étranges dans l’ancienne boutique de bonbons dont rêve Billy, un petit garçon d’environ 8 ans… Des bruits de travaux épouvantables, des meubles qui passent par les fenêtres. Et si ce magasin fabuleux était enfin rénové et réouvert ? Et bien, non. Le Gang des Laveurs de Carreaux vient de s’y installer. Ah.

Comme dans toutes les aventures fantastiques de Roald DAHL, les personnages d’apparence ordinaire se révèlent magiques : une Girafe au long cou télescopique, un Pélican au bec escamotable qui sert de réservoir à eau, et un petit Singe agile et bien malin, forcément. Les trois amis expliquent à Billy (qui comprend très bien leur langage) qu’il faut vite qu’ils trouvent des carreaux à laver pour gagner de l’argent pour leur nourriture. Mais attention, pas n’importe quelle nourriture, des noix pour le Singe, du saumon pour Pelly le Pélican et des fleurs rose-mauve de l’arbre drelin-drelin pour la Girafe… très rares et très chères… Heureusement, le vieux grincheux Duc de Hampshire veut les embaucher pour nettoyer rien moins que les 677 vitres de son Château.

Et commence alors une incroyable aventure pleine de rebondissements farfelus comme toujours, sortis tout droit de l’imaginaire de Roald DAHL, si bien illustrées par son fidèle Quentin BLAKE. Une histoire haletante, des jeux de mots, des petites chansons / comptines comme souvent dans ses livres, comme dans l’Enorme Crocodile, qu’on aime à répéter comme une formule magique, en espérant être projeté dans le livre pour vivre encore plus intensément ces drôles d’aventures.

— La mer est bien loin, approuvai-je. Mais il y a un poissonnier dans notre village.
— Quoi ?
— Un poissonnier.
— Qu’est-ce que c’est ? demanda le Pélican. J’ai entendu parler de poissons rouges, de poissons-chat, et même de poissons-scie mais jamais de poissons niais.

Et si après un coup d’éclat et de gloire, la boutique de bonbons merveilleux et plus étonnants les uns que les autres renaissait grâce à Billy ? Et si, comme par hasard, on pouvait y trouver « des coquefusées électriques qui font dresser les cheveux sur la tête, des gobigoulettes , des Zutzutes (…) des bise-glottes, des claque-palais, des caraboules, des berlificots, des pastibeugales, sans oublier les succulents bonbons de la chocolaterie Wonka. Par exemple, les célèbres dragées arc-en-ciel »… Joli clin d’oeil… Billy connait-il Charlie ? Et vous ? Si non, courrez vite lire « Charlie à la Chocolaterie » après avoir lu celui-ci. On est vite en manque…

Auteur : Roald DAHL
Illustrateur : Quentin BLAKE
Edition : Gallimard Jeunesse – Folio Cadet – 68 pages  – Env. 9 euros
Année : 1985

Note : 16/20

«J’essaie d’écrire des histoires qui les saisissent à la gorge, des histoires qu’on ne peut pas lâcher, c’est ma passion. Car si un enfant apprend très jeune à aimer les livres, il a un immense avantage dans la vie. Ce que je raconte dans mes livres n’a aucune importance et ne sert strictement à rien. Mais si, après avoir lu une de mes histoires, l’enfant dit : “Quel livre génial, j’adore les livres”, alors j’ai gagné!» Roald DAHL

Feuilletez le Petit Quotidien Edition spéciale sur Roald Dahl : 100 ans cet année !

 
Continue Reading

Chat-bouboule 2

M. Lafon (c)
N. Jomard (c)

Vous connaissez sûrement le magnifique blog « Petit précis de grumeautique » de la talentueuse et désopilante Nathalie JOMARD, notre Bouffon national. Sinon, cliquez tout de suite (mais revenez ici ensuite, hein ? D’accord ? Oui, vous êtes d’accord. Merci bien).

Bref, dans ce 2e opus, Chat-Bouboule revient, encore plus gros et machiavélique. Si il peut être souvent malmené et traumatisé par la fratrie de grumeaux avides de tester les pires expériences sur cette grosse boule de poils sédentaire (la boule, car les poils, eux, aiment voyager), il sait se défendre et terrorise les nuits de ces pauvres parents qui n’ont pas mérité ça, non vraiment. Les piranhas à côté, ce sont des poissons clowns.

Le félin über-charismatique de la république-bananière-et-autoproclamée-du-grumeauland est de retour !

Je ne peux pas mieux parler de ces chroniques extra-poilantes que l’auteure elle-même : « Résolument adipeux, brillamment machiavélique, furieusement gourmand, éminemment pileux et irrémédiablement gaffeur, notre prédateur de salon préféré, équipé de son fidèle et indéfectible croupion-star, nous entraîne dans de nouvelles aventures totalement inédites et garanties 100 % poils sur le canapé. »

N. Jomard (c)
N. Jomard (c)
N. Jomard (c)
N. Jomard (c)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rebref, on aime, on adore, on surlike. C’est toujours drôle, piquant et parlant de vérité. Un style inimitable (et tous les copieurs, on vous crotte-de-nize à donf !). Chaque expression est jubilatoire : ahh ce regard de consternation ou de furie contôlée, ahh ce chignon ! Ce chignon a fait « acteur studio » où je ne m’y connais pas.

Mon rêve : que Nathalie Jomard rencontre Sylvie Testud et que ces deux génies nous « pondent » un ouvrage de mésaventures déjantées délicieusement auto-dérisionnelles (Si, on peut le dire, je viens de l’inventer, na!). Ahh on a le droit de croire au Père Noyel non ?

Auteure / Illustrateure : Nathalie JOMARD
Edition : Michel LAFON – Jungle – 96 pages. Env. 13 euros (ça les vaut, grave !)

Année : 2016

Note : 16/20

N. Jomard (c)
N. Jomard (c)
N. Jomard (c)
N. Jomard (c)

De la même auteure :
– Le Petit Grumeau illustré (1 et 2)
– Chat Bouboule

 

 
Continue Reading