Le petit arbre qui voulait devenir un nuage

(c) FP

N’avez-vous jamais eu l’impression, en regardant attentivement le ciel, que les cimes des arbres discutaient avec les nuages ? Que le bruit du vent dans les feuilles, cette valse énigmatique des cumulus étaient autant de signes d’un dialogue permanent entres les éléments ? 

Moi si. Et je ne suis pas la seule, car c’est exactement ainsi qu’est née la nouvelle histoire écrite par Agnès Ledig, un jour de promenade avec son chien sur un plateau. Un petit nuage posé au-dessus d’un arbre solitaire paraissait converser avec lui. 

Que se disaient-ils ?

L’un accroché à la terre, enraciné et ne pouvant voyager. L’autre bousculé par l’air, en perpétuel mouvement et ne pouvant se poser un peu. Un dialogue s’ouvre, chacun cherchant sa place, chacun envieux l’un de l’autre. Une amitié en train de naître ?

(c) A. Ledig

De cette contemplation a surgit un court poème en alexandrin d’une grande densité, déclencheur de fortes émotions. Un joli petit OVNI dans l’écriture sensible d’Agnès Ledig ? Sans doute non.

Il est ici question d’acceptation de soi et surtout d’amitié. Le petit nuage fait prendre conscience à l’arbre que sa situation n’est pas si terrible, que son horizon n’est pas morne et fermé, s’il prend la peine d’ouvrir les yeux pour voir la beauté autour de lui et sa situation confortable. « J’avais envie de transmettre aux enfants un message : qu’il est important d’être soi et de se rendre compte de la chance qu’on a. » explique Agnès Ledig.

Ma prairie est jolie, mais vraiment je m’ennuie,
Je me sens prisonnier, je voudrais m’évader.
Comme tu n’as pas le choix, regarde autour de toi : 
La nature, sa beauté, c’est ça, ta liberté !

(c) F. Pillot

Ecouter un extrait : 

Au fur et à mesure, les deux amis que tout oppose commencent à s’apprivoiser et sentent qu’ils ont besoin l’un de l’autre. Mais le vent menace de séparer les deux âmes soeurs. Alors ils se font une promesse qui les laissera heureux et légers.

Tu me raconteras les volcans, les marées, 
Et tu me donneras un bout de liberté.
Je t’offre mes voyages, tu me fais exister,
C’est un joli marché, en conclut le nuage.

Une première tentative très réussie dans l’univers Jeunesse (comme quoi la frontière entre les deux mondes n’est qu’une légende…) tant la force des mots, leur musicalité, résonne en parfaite harmonie avec le pouvoir d’évocation des émouvantes illustrations de Frédéric Pillot. Comme une évidence. (Je vous ai déjà dit que j’étais fan, non ? Bon alors je le redis, mais encore plus FORT : cet homme a de l’or dans les doigts !)

Un univers empli de tendresse, comme toujours chez Frédéric Pillot, dont on ne se lasse jamais du plaisir de se perdre dans les détails de chaque image, dans l’épaisseur de chaque décor. Le travail sur la lumière est encore une fois envoûtant, les pinceaux du maître sont magiques…

Et quand ils se mélangent, évoquant leur vie,
Les rêves qui les démangent, ils sont tous deux ravis.

Les doubles-pages à fond perdu alternent les points de vue de l’arbre et celui du nuage, le texte se faisant discret, comme pour ne pas déranger les deux amis. On aurait aimé que le format carré soit encore plus grand pour profiter de la beauté des illustrations mais l’idée est que les plus petits puissent manipuler eux-même cet écrin de tendresse. Alors on rêve de la prochaine exposition de Frédéric Pillot afin de pouvoir voir en vrai et en grand ces chef-d’oeuvres.

Un album précieux à mettre entre toutes les mains pour le plaisir des yeux et le bonheur du coeur ! 

(c) F. Pillot

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cadeau bonus : une double dédicace d’Agnès Ledig et Frédéric Pillot rencontrés au SLPJ93 en novembre.  

(c) FP

 

 

 

 

 

 

 

 

Auteure : Agnès LEDIG
Illustrateur : Frédéric PILLOT
Edition : Albin Michel Jeunesse – Album cartonné – 28 pages – 11,90 euros
Année : Novembre 2017 

 

————–

Voir un interview TV d’Agnès Ledig et Frédéric Pillot sur la sortie de leur album (en cliquant ici)

————–

De la même auteure : 
– Marie d’en haut – Pocket
– Juste avant le bonheur – Albin Michel
– Pars avec lui – Albin Michel
– On partira plus tard – Albin Michel
– De tes nouvelles – Albin Michel

Du même illustrateur (bibliographie sélective) :
– Les souvenirs du vieux chêne par M. Rovere chez Milan
– La collection Lulu Vroumette avec Dianel Picouly chez Magnard Jeunesse
– Lulu et le cheval qui danse (chroniqué ici)
– Lulu et la nuit des sept contes (chroniqué ici)
– Les deux tomes des Aventures de Little Piaf avec Daniel Picouly chez Albin Michel 
– La boîte à cauchemars avec Michel Piquemal chez Milan
– La série Raoul Taffin avec Gérard Moncomble chez Milan
– La série Thérèse Miaou avec G. Moncomble (chroniqué ici)
– La série Edmond le chien avec Thibault Guichon chez Magnard Jeunesse
– Le voleur d’anniversaire avec L. et O. Souillé (chroniqué ici) chez Milan
– Blart, chroniques d’un crétin trouillard qui devait sauver le monde chez Milan

 

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *