Le voleur d’anniversaire

Milan (c)
Milan (c)

Un grand personnage avec une sorte de canne qui va dans la chambre des enfants la nuit ? Non, ce n’est pas le Bon Gros Géant malgré l’actualité. C’est VICTOR !

Je vous le présente : Victor est un monstre, bon d’accord ça commence mal pour lui, mais attention Victor est un monstre délicat, il ne sort jamais sans s’être parfumé d’essence de rose… Mais voilà, Victor a un terrible secret de méchant monstre : à la nuit tombée, alors que les enfants dorment, il vient avec sa paille magique et il vole les anniversaires des enfants en les aspirant.

NOOOOON ???

C’est terriiiiiiible, ce n’est pas possiiiiiible, c’est inadmissiiiiible me direz-vous. Je suis bien d’accord.

F. Pillot (c)
F. Pillot (c)

Et le pire du pire, c’est que, n’ayant plus d’anniversaires à fêter, les enfants ne grandissent plus et sont « condamnés à avoir toujours avoir le même âge, à ne jamais devenir adultes. »

Comme ça sur le papier, ça peut paraître tentant pour des vieilles Licornes comme moi, mais imaginez un peu : impossible de réaliser ses rêves les plus fous et, surtout, être obligés d’aller à l’école TOUTE SA VIE ! (Horreur, malheur, ça hurle dans les chaumières).

Ce ne fut pas du goût de Bastien, 8 ans, qui en surprenant Victor un soir, décréta carrément : « Ce n’est pas très gentil de voler les anniversaires des autres (…) Pourquoi tu fais ça ? »

Et là, tout chavire, le Monstre se confie à ce petit bout de bonhomme qui n’a peur de rien et lui avoue en pleurant à chaudes larmes que ses parents ne lui souhaitaient pas son anniversaire et donc qu’il n’avait jamais reçu de cadeau. Et voici notre Bastien, qui comme tous les petits enfants touchés par la douleur d’un autre, lui offre naturellement un de ses doudous pour le réconforter.

Je t’en offrirai un tous les ans à partir d’aujourd’hui.

Comblé par cet amour qui lui manquait tant, Victor souffle dans sa paille magique et rend à tous les enfants leurs anniversaires… Ce qui provoque quelques surprises !

F. Pillot (c)
F. Pillot (c)

Outre l’histoire tendre qui m’a touchée, cet échange d’amour, cette acceptation de la différence, l’écoute et le partage qui rendent l’autre meilleur – des thèmes privilégiés chez les frères SOUILLÉ comme dans Azuro ou Moi, Ernest – , j’ai été profondément émue par la chaleur des images de Frédéric PILLOT, le célèbre papa de Lulu Vroumette.

J’avais déjà bien sûr craqué pour ces personnages en rondeurs et forts en couleurs autour de la petite Tortue de Daniel Picouly, univers que j’ai ensuite aimé retrouver chez Thérèse Miaou et Raoul Taffin (bientôt sur le blog…). Ces petits bonhommes au nez rond, aux yeux comme des agathes sont particulièrement attachants. Ce Pauvre Monstre Victor ressemble à un gros nounours qu’on a envie de serrer sur son coeur.

Une jolie histoire de sentiments doux et purs.

Et cerise sur le gâteau, j’ai eu la chance de rencontrer Laurent et Olivier SOUILLÉ qui m’ont très gentiment dédicacé le livre.

O. Souillé (c)
O. Souillé (c)
L. Souillé (c)
L. Souillé (c)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Auteur : Laurent & Olivier SOUILLÉ
Illustrateur : Frédéric PILLOT
Edition : Milan – Mes Albums – 32 pages  – 9,90 euros
Année : 2014

Note : 16/20


Des mêmes auteurs :
– Azuro
– Moi, Ernest

Du même illustrateur :
– La collection de Lulu Vroumette avec Daniel Picouly chez Magnard Jeunesse
– La collection Thérèse Miaou et Raou Taffin avec Gérard Montcomble chez Milan Poche

 

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *