Interview : Anne Loyer nous parle de la naissance de son roman Car Boy et de ses livres d’enfance

(c) DR
(c) DR

Il y a des livres qui vous marquent et qui vous donnent envie de rencontrer leur auteur, tout de suite, maintenant, comme une urgence. La magie d’Internet permet de le faire, quelle chance ! Anne LOYER a ainsi bien voulu répondre à notre interview et nous livrer l’histoire de la naissance de son nouveau roman Car Boy chez Thierry Magnier Editions ainsi que les souvenirs de ses premières lectures. 


microetlivreLa Licorne à Lunettes : Tout d’abord un immense merci, j’ai intensément aimé vibrer aux côtés de Raphaël, ado froissé propulsé dans cette casse. Ce roman parle de l’adolescence, de ses doutes et de ses espoirs. Une étape de la vie parfois violente, véritable quête d’une identité en devenir. Comment vous est venue l’idée de cette histoire ?
Anne Loyer : Avant même de savoir que Raphaël allait naître sous ma plume, je savais que j’allais écrire un roman ado se passant dans une casse autos. La genèse de l’envie se tient là, dans ce décor particulier qui sert de toile de fond à mon texte. Ces endroits déglingués me fascinent et me hantent depuis longtemps, je savais qu’un jour j’écrirais quelque chose en rapport avec ces pyramides de tôles froissées. Et c’est au milieu de ces carrosseries démolies, de ces destins cassés, que j’ai tissé mon histoire, au fil de la plume, avec le désir de décrire un parcours brisé qui en croiserait d’autres… L’adolescence qui se cherche, se heurte de plein fouet à certaines réalités, me semblait bien correspondre à ce paysage. Et puis au milieu des débris, il y a souvent des trouvailles qui font surface, étonnent et donnent une chance à l’espoir. 

(c) Thierry Magnier
(c) Thierry Magnier

La Licorne à Lunettes : Se mettre à la place d’un adolescent dans l’écriture, cela implique quoi exactement ? Se mettre à la hauteur du personnage, à la hauteur du lecteur cible ?
Anne Loyer : C’est entrer dans le personnage, penser avec lui, prévoir ses réactions… un peu comme un acteur, mais avec des mots qu’on écrits, qu’on va puiser dans notre propre adolescence ou celles qui courent autour de nous… Je pense qu’il suffit d’être à l’écoute, d’avoir de l’empathie, de rester ouvert pour en capter les vibrations et de rester au diapason. La difficulté c’est de conserver quand même une lecture adulte de ces sentiments-là, souvent très forts, afin d’en restituer la vérité. Tout le challenge est là. Et c’est ce qui rend si captivante, si passionnante et si sensible l’écriture d’un roman ado.
 
La Licorne à Lunettes : La couverture rayonne comme l’aube d’une vie ! Comment a été trouvé le titre « Car Boy » ?
Anne Loyer : Le titre m’est venu très vite, dès les premières lignes et assez naturellement. J’ai pensé à cow boy, en le détournant avec le mot qui régit le décor et la ligne conductrice du livre. Raphaël devient un peu le gardien de cet étalage de voitures cabossées. Je trouve qu’il sonne bien et le rendu de ces quelques lettres sur la magnifique couverture de Franck Pellegrino dégage une force formidable ! 

La Licorne à Lunettes : Le roman d’ado prend beaucoup d’ampleur aujourd’hui, plus diversifié, plus qualitatif. Comment percevez-vous cette tendance ? Quels sont les auteurs de référence dans ce domaine, selon vous ?
Anne Loyer : Oui, je pense que le roman adolescent offre aujourd’hui une palette incroyable de styles et de sujets. Tout peut y être abordé sans tabou. On touche à toutes les émotions et toutes les aventures fondatrices des adultes en devenir, c’est exaltant. Les plumes les plus formidables s’y côtoient. Je pense à Clémentine Beauvais, Fred Paronuzzi, Gilles Barraqué, Valentine Goby, Marie-Aude Murail, Xavier Laurent Petit, Anne Laure Bondoux, Eric Pessan, Rachel Corenblit, Rachel Hausfater, Pascale Maret… et tellement d’autres que j’aime lire et découvrir ! Et si elle prend de plus en plus d’importance c’est que les jeunes adultes lecteurs qui arrivent aujourd’hui ont grandi avec une offre classée jeunesse et ado beaucoup plus large que la nôtre et qu’ils souhaitent, à côté de la lecture dite classique ou adulte, continuer à y puiser de précieux moments de lecture !

La Licorne à Lunettes : C’est votre premier roman publié chez Thierry Magnier, comment s’est déroulée cette relation auteure / éditrice ?
Anne Loyer : Merveilleusement bien. Entrer dans cette maison d’édition est pour moi un rêve qui se concrétise. Car grande lectrice de littérature jeunesse, elle possède, à mon sens, l’un des plus beaux, des plus créatifs et des plus exigeants catalogues en jeunesse. Aussi le oui de Soazig Lebail pour Car Boy a été un très grand moment ! Les propositions de corrections ont été particulièrement pertinentes et toujours faites avec un immense respect de mon texte. Une relation auteur/éditeur idéale !

malheurs-sophie
La Licorne à Lunettes : Vous êtes une grande lectrice, une passionnée. Allez hop, retournons quelques année en arrière pour découvrir les petites madeleines de Proust en papier de votre enfance. Quels sont les ouvrages qui vous ont marqué, enfant et ensuite adolescente ?

le poney rouge mon bel orangerAnne Loyer : Enfant j’ai beaucoup aimé les livres de La Comtesse de Ségur, mais également Mon bel oranger de José Mauro de Vasconcelos ou encore Le poney rouge de Steinbeck. En BD je dévorais les Yoko Tsuno et les Spirou et Fantasio… yoko tsuno1

aurelienPlus tard j’ai adoré les livres de Pearl Buck, Zola, Maupassant, Kafka… Le Lion de Kessel et aussi Aurélien de Aragon m’ont profondément marquée. Et tant et tant d’autres que tous les citer serait impossible. J’ai toujours été une grande lectrice !

La Licorne à Lunettes : Allez, un petit scoop, parlez-nous de vos prochains projets ?Centaure sauvage
Anne Loyer : En mars sort un roman ado chez Les Petites Moustaches intitulé Le jour de June. Il relate le destin d’une jeune Londonienne prise dans les tourments de la seconde Guerre mondiale et qui va décider de participer au Débarquement avec les Américains au péril de sa vie. 

En avril, sort le 4e tome de Hisse et Ho, chez Bulles de savon, intitulé Le tableau maudit ! J’y retrouve avec plaisir mes jumeaux matelots pour une nouvelle aventure, entre action et humour, sur les canaux et dans les palais de Venise !


(c) Thierry Magnier

 

 

Lire l’article sur Car Boy en cliquant ici

 

 


Voir le site d’Anne Loyer

 

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *