Stéphane Tamaillon nous parle de son nouveau roman « La Team Sherlock » – T.1 Le mystère Moriarty

ST (c)

Témoin de l’agression d’un pensionnaire par une créature surnaturelle dans le pensionnat du Collège de Compte de Phénix où elle vient d’arriver, Célandine est bien décidée à mener son enquête, avec l’aide de ses amis, Haruko et Alejandro. Son intuition et sa perspicacité vont être mis à rude épreuve, mais La Team Sherlock est en marche.

À l’occasion de la sortie de son nouveau roman, Stéphane TAMAILLON a accepté de répondre à nos questions indiscrètes sur son travail d’écriture. Plongée en eaux troubles au coeur de la naissance de ce thriller palpitant.

 

 
La Licorne à Lunettes : La Team Sherlock est le premier tome d’une nouvelle série. Pouvez-vous nous raconter un peu l’histoire de la naissance de cette aventure, comment vous est venue l’idée ?
Stéphane Tamaillon : J’avais l’envie de jouer avec la mythologie de Sherlock Holmes, dont je suis un grand fan, mais sans écrire un pastiche et en l’ancrant dans la modernité en mettante en scène des héros auxquels les jeunes lecteurs puissent s’identifier. Une idée a commencé à germer. Des enfants qui posséderaient chacun une des qualités du grand détective consultant et qui, ensemble, formerait la Team Sherlock. Quant à l’intrigue du premier tome, sans rien révéler, la figure du Comte de Saint-Germain me fascine.

(c) Seuil

La Licorne à Lunettes : Celandine et Haruko sont des héroïnes qui n’ont pas froid aux yeux et qui se complètent bien. J’avoue un gros coup de coeur pour Haruko, son style et ses répliques à la fois cinglantes et rebelles. Quelles ont été vos sources d’inspiration pour ces personnages au caractère bien trempé ?
S. T. : Quand j’écris une histoire, mes personnages sont toujours un reflet de ma personnalité, ou de celui que j’aimerais être. Haruko, c’est mon côté rebelle. On aimerait tous avoir sa répartie, être parfois capable de briser les règles. Celandine est plus sage, plus réfléchie, Alejandro, timide et maladroit.

La Licorne à Lunettes : Quel est le moment du livre que vous préférez et pourquoi ?
S. T. : Ce n’est pas le plus spectaculaire, mais j’aime beaucoup la rencontre entre Celandine et Haruko. Elle m’est venue très naturellement.


La Licorne à Lunettes : Le livre est dédié à Sir Arthur Conan Doyle, un bel hommage. En tant que fan du duo Holmes et Watson, quel est l’ouvrage du talentueux auteur que vous préférez et pourquoi ?

S. T. : Il y en a beaucoup. J’affectionne particulièrement « le Chien des Baskerville » que j’avais d’abord découvert par le film de Terence Fisher pour la Hammer. « Une étude en rouge » compte également parmi mes favoris, pour la rencontre entre Holmes et Watson.

La Licorne à Lunettes : Si vous rencontriez Celandine, Haruko et Alejandro, quels conseils leur donneriez-vous pour leurs prochaines aventures ?
S. T. : Je n’en aurais pas vraiment à leur prodiguer. Ils sont très autonomes. Parfois, ils prennent les rênes et m’entraînent dans des directions insoupçonnés, m’obligeant à modifier mon récit.

La Licorne à Lunettes : Le récit est très étayé de références historiques et scientifiques, comment s’est passé le travail d’écriture, était-ce une trame très construite en amont ou les péripéties et les traits de caractère des protagonistes sont apparus au fur et à mesure que les mots se posaient sur la page ?

S. T. : Je suis comme un trapéziste dans un spectacle de cirque, je répète énormément mon numéro et je ne travaille jamais sans filet. La documentation est essentielle dans un projet comme celui-ci. Généralement, je développe un synopsis très précis, puis un séquencier avant de me lancer dans l’écriture à proprement parler.

La Licorne à Lunettes : Un petit scoop pour nos lecteurs ? Quand pourrons-nous retrouver la Team Sherlock ? Et quels sont vos autres projets en cours ?
S. T. : Les lecteurs devraient retrouver la Team dans une nouvelle aventure avant l’été 2018. Pour ceux qui ont lu le premier tome, ils y découvriront le frère d’Haruko, Ikumi, dont il plusieurs fois été question dans le Mystère Moriarty. Trois autres publications sont également prévues, mais du côté BD. Les deux premiers albums de Liloo, fille des cavernes, une série jeunesse préhistorique aux éditions Frimousse, avec Pierre Uong au dessin, et Neige Noire, un thriller adulte dessiné par Thierry Chavant ayant pour décor la campagne de Russie de 1812, à paraître chez La Boîte à Bulles.

 

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *