Boucle d’or et les trois ours

Père castor (c)
Père castor (c)

Le classique des classiques !

Allez, avouez, vous aussi vous l’avez dans votre bibliothèque ! Mais moi, mon édition date de… 1975,  offerte pour mes 2 ans… Et j’en ai rachetée une pour Théa, forcément… Chacun son édition, non mais ! Rien n’a changé, tant mieux, c’est beau de transmettre un bout de patrimoine !

Ahhh l’univers de Gerda Muëller et la typo classique façon livre d’apprentissage de la lecture « Je veux lire » ! Je suis fan, c’est vraiment une petite madeleine de papier que j’aime à redéguster régulièrement comme Roule Galette.

Continue Reading

Azuro – Sur la piste de Jippy !

Auzou (c)
Auzou (c)

J’avoue, j’ai tout d’abord craqué sur la couverture de ce livre quand je l’ai vu en librairie ! Les couleurs vives et chaleureuses, l’univers graphique tout en rondeur de Jérémie FLEURY quasiment en relief, et ce trognon petit dragon bleu azur qui semblait prendre vie sous nos yeux au fil des pages et qu’on aimerait d’avoir comme copain-doudou.

J’ai ouvert le livre et sur la page de dédicace, j’ai découvert la raison d’être de cet ouvrage : un hommage aux enfants atteints du Syndrome de Williams, une maladie génétique orpheline, leur donnant un faciès d’elfes notamment. Très émouvant. Un beau témoignage sur la différence, le handicap et la tolérance, tout en douceur par les mots de Laurent et Olivier SOUILLÉ.

Azuro n’est pas un petit dragon comme les autres, il n’est pas rouge ou noir mais bleu et il ne crache pas de flammes mais de l’eau. Et la différence n’est pas facile à vivre au quotidien… Je vous invite à aller lire tout d’abord l’album « Azuro Le dragon bleu.

Ce 2e tome commence le jour de l’anniversaire d’Azuro. Mais, celui-ci, trop timide, n’a pas osé inviter ses amis pour le goûter. Et même son meilleur ami, l’oiseau Jippy n’est pas là pour lui gazouiller un chant d’anniversaire à l’oreille. Cette absence anormale inquiète Azuro qui part à sa recherche avec l’aide d’une petite fille, Lily. En cours de route, ils tombent sur une plume de Jippy : une piste ! Mais les animaux qu’ils vont croiser sur leur chemin ne sont pas de bonne augure : méfiant et critique vis-à-vis du petit dragonneau considéré comme monstrueux, horrible et méchant, ils leur annoncent que l’oiseau est poursuivit par un monstre du même acabit. Peu rassurant.

Auzou (c)
Auzou (c)

Heureusement, une grande surprise finale attend Azuro qui peut finalement se réjouir d’avoir les meilleurs amis du monde et une maman en or.

Touchante histoire. Un joli message sur le respect de l’autre et l’amitié.

Ces dragons me rappellent celui de la Belle au bois dormant de Disney forcément mais également celui de l’Histoire sans Fin avec une touche de la Dragonne de Shrek… Un bel univers !

Le titre « Azuro et la sorcière vient de sortir » et, si j’en crois ma corne magique, le 4e tome est en cours de bouclage par Jérémie FLEURY et le scénario du Tome 5 est au bout du crayon des frères SOUILLÉ.

J. Fleury (c)
J. Fleury (c)

 

 

À suivre donc…

 

 

Auteurs : Laurent et Olivier SOUILLÉ
Illustrateur : Jérémie FLEURY
Edition : Auzou – Mes p’tits albums – 32 pages – Env. 6 euros
Année : 2016

Note 14/20


Dans la même collection :
– Azuro, le dragon bleu (1)
– Azuro et la sorcière (3)

Continue Reading

Le Souffleur de Rêves

Gautier-Langereau (c)
Gautier-Languereau (c)

« Au nord de Venise, cernée par la lagune, s’étendait l’île de Murano. (…) Les gens venaient du monde entier, car on y soufflait aussi le verre. Dans la chaleur des flammes, les maîtres verriers rivalisaient d’adresse pour façonner au bout de leur sarbacanes, appelées « cannes à vent », des vases et des bijoux étonnants ».

Et si, par magie, un malheureux apprenti souffleur de verre dont la carrière fut brisée à quinze ans devenait un mystérieux fabriquant de rêves des enfants ?

Ce conte initiatique est fabuleux : on suit le parcours extraordinaire de Zorzi Ballari, cet orphelin devenu par accident le danseur boiteux, le « Ballarino », renié par ses pairs et méprisé de tous mais qui s’accrocha à son propre rêve : souffler le verre. Chaque nuit, il se glissait dans les ateliers déserts pour apprendre et « à force de persévérance, son souffle devint si délicat et si précis qu’il s’étira comme un soupir ».

T. Prugne (c)
T. Prugne (c)

Ce très grand livre pourrait faire partie de la catégorie des Beaux Livres tant les illustrations sont sublimes. Les paysages vénitiens sont divinement rendus, les couleurs chaudes et lumineuses transcendent les émotions, les contrastes ombres/jours sont envoutants : des tableaux de maître à chaque page dans lesquels on aime à se perdre et à rêver de glisser sur l’onde de la lagune à la recherche des bulles de verres féériques.

L’histoire est captivante, un conte pour petits et grands où la réalité côtoie le merveilleux, le style est poétique, doucement rythmé comme une petite musique intérieure, un peu méditative. Vous ne ressortirez pas de ce livre intact, tant la magie opère efficacement. C’est profondément touchant.

T. Prugne (c)
T. Prugne (c)

 

Alors, si certains soirs le sommeil peine à venir, sache que, tout près de Venise, quelqu’un souffle toujours des rêves. Et que pour les faire venir à toi, il te suffit de songer fort à lui.

 

 

Vous vouliez offrir un bijou rare ? Courrez acheter ce « bel ouvrage », une pure rêve-meille.

😉

Auteur :  Bernard VILLIOT
Illustrateur : Thibaut PRUGNE
Edition : Gautier – Languereau
Année : 2015

Note : 16/20

Ecouter la chronique de Denis Cheissoux sur France Inter « L’as-tu lu mon p’tit loup? »

Continue Reading

Le Mange-doudous

L'école des loisirs
L’école des loisirs

« Gare à vous les doudous ! Si jamais vous n’êtes pas sages, le Mange-Doudous viendra vous croquer tout cru ». Voici la recommandation de votre pitchoune avant de partir à l’école, une fois qu’il aura lu ce livre. Une version du Croque-Mitaine pour doudous. Il fallait y penser.

Imaginez un peu le cauchemar de ces doudous : laissés seuls après le départ de l’enfant, une chose bizarre est entrée dans la chambre et a avalé Lapinot d’un seul coup. Horreur ! Et cette chose a pris la forme de Lapinot.

Pastel (c)
Pastel (c)

Elle ne s’est pas arrêtée là et à dévoré ensuite Poulette, Cochonet, Morse, Pingouin… Un vrai carnage ! Et maintenant elle ressemble à un peu de tous ces doudous.

Vous ne me croyez pas ? C’est Berk, le vieux doudou-canard machouillé baveux du narrateur qui me l’a raconté.  Même après avoir avalé la moitié des doudous de la chambre, le Mange-doudous avait toujours faim… Il fallait faire quelque chose avant qu’il ne reste plus personne. Mais qui pourrait oser se confronter à cet horrible doudouvore ? Seul Berk le canard le sait…

Un de mes derniers « coup de coeur » : pour le trait tout d’abord. Les

Pastel (c)
Pastel (c)

illustrations sont magnifiques, on est tout de suite plongé dans un univers magique et un peu inquiétant. Est-ce qu’il n’y a pas plus effrayante chose qu’un monstre sorti de nulle part qui viendrait dévorer tous les doudous des enfants ? Stephen King sort de ce doudouvore ! Heureusement, l’histoire est tendre et drôle ce qui atténue l’angoisse… Et en plus du jeu sur les couleurs (1 couleur par doudou), on s’amuse à retrouver les doudous cachés ainsi que chaque détail du doudou avalé qui se retrouve sur la silhouette de ce croqueur blanc.

Auteur/illustrateur : Julien BEZIAT
Edition : L’école des loisirs – Pastel
Année : 2013

Note : 15/20


Voir ci-dessous l’interview vidéo de Julien BEZIAT (Chaine L’école des loisirs) qui explique l’origine du Mange-doudous !

Continue Reading