Tokoyo – Le tombeau du serpent de mer

Vous aimez les belles histoires d’aventures et de courage aux temps des samouraïs où une jeune héroïne dépasse ses peurs pour le bien commun ? Moi aussi ! Et ma licornette aussi !

Alors entrez vite dans l’univers de Tokoyo, une petite fille déterminée à braver les pires dangers pour sauver son père.

L’histoire de Tokoyo est une légende japonaise peu connue, mais cette jeune guerrière aventurière est largement reconnue pour sa bravoure et sa force. 

Fille d’un samouraï, Tokoyo a grandi dans un petit village de pêcheurs. Un jour, un grand drame s’abat sur sa famille : accusé par un félon jaloux d’avoir empoisonné le Seigneur de Guerre en place, son père est banni sur les Îles Oki : un territoire éloigné, sauvage et entouré de monstres légendaires.

Tokoyo n’écoute que son amour pour son père et décide de tout quitter pour partir à sa recherche. Le voyage rempli d’embûches se révèle une véritable quête initiatique pour cette jeune combattante. En effet, comme dans toute bonne légende, le protagoniste est très vite confronté à son pire ennemi, que ce soit un danger réel ou ses propres peurs intimes.
Arrivée aux abords des Îles Oki, Tokoyo s’interpose, telle la femme providentielle, au sacrifice humain prêt à être fait au nom du monstre Yofune Nushi, un serpent de mer terrorisant les habitants. Pour ramener la sérénité dans le village, elle relève le défi et neutralise la bête, après un combat sous-marin au péril de sa vie.

Tombeau du Serpent de Mer. Il désigne la fin du règne de la terreur – et célèbre le fait qu’un fille puisse faire la différence en ce monde.

Ce joli conte pourrait paraître classique mais le traitement illustratif de cet album très coloré renvoit à celui du dessin animé, s’inspire du rythme de la BD et du Manga, ce qui lui donne une touche très moderne. 

Avec la mort du monstre disparait le sort maléfique jeté au Seigneur. Celui-ci gracie le père de Tokoyo et l’adoube, elle, Samouraï. Les retrouvailles sont intenses et, dès lors, nait la légende.

Je suis sans doute de parti pris (si peu, si peu), mais quand il s’agit d’une héroïne qui peut faire la différence et changer le cours des choses, je me dis que c’est toujours ça de pris et qu’on pourrait donner au sens de Chevalière bien plus que celui d’une grosse bague brillante 😉

 

Auteure : Catherine KHOO
Illustratrice : Teressa ONG

Edition : Des Ronds dans l’O – Album – 32 pages – 12 euros
Année : Juillet 2017

 

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *