Désaccordée

Tout dans cette couverture invite à l’évasion des sens : le titre comme les premières notes d’une partition qui vous entraîne au loin, le visuel comme un tableau hyper-réaliste au coeur d’une forêt féérique laissant percevoir la respiration de cette jeune fille en train de rêver, le nom de l’autrice – Joanne Richoux – comme une promesse d’un voyage au pays des mots les plus envoûtants où « les effluves s’emboutissent »…

Forcément, on tourne la page et on se plonge dans un univers étonnant, à la découverte de la jeune Violette et ses 17 printemps. Mais je vous préviens, ce livre est totalement happant, dès les premières pages vous serez pris par l’intrigue dans une course poursuite.

Entrons dans le vif du sujet : « Violette est partie en virée avec Maëva, Lucas et Alexis. Direction le château d’eau désaffecté de Saint-Crépin-l’Hermite, un endroit à la mauvaise réputation. Quelques heures plus tard, Violette ouvre les yeux. Elle est couchée face contre terre, au milieu d’une forêt sauvage. Ceux qu’elle rencontre portent des noms bizarres : Dièse, Trille, Sonate… Telle Alice tombée de l’autre côté du miroir, la jeune fille aurait-elle atterri dans un univers à part ? Pourquoi tout le monde la confond avec une certaine Princesse Croche, disparue trois ans plus tôt ? Et qui est Arpège, ce garçon casse-cœur qui la dévisage ? Violette le sent, l’envers de ce décor féérique, c’est un danger de mort. Mais comment retrouver le chemin de la maison ? »

Alors ??? Vous êtes encore là ? Non je ne pense pas, vous êtes parti.e.s chez votre libraire pour connaitre la suite. Et vous avez raison, car cette Violette est une sacrée jeune fille : un personnage vraiment attachant dont on suit les émois au fil des pages, qui se démarque par son humour un peu décalé teinté d’autodérision, où l’on sent sa confiance en elle encore hésitante mais dont les sens s’enflamment et la propulse au-delà de l’imaginable. Et Arpège… Ahhh, quel personnage énigmatique complètement magnétique et déroutant. Désaccordée ? Qui sait finalement si l’harmonie ne va pas se produire… Car justement, il est aussi question de désaccords sociaux et politiques.

Ce roman qui joue sur le champs lexical de la musique, des couleurs et de la végétation va vous emmener aux côtés d’une héroïne espiègle pleine d’audace dans un univers organique fantastique. Sous la plume vive et inventive de Joanne Richoux, Violette vibre intensément, vous embarquant follement et entièrement dans un monde lewiscarrollien très sensuel.
 
Quel souffle, quelle intensité sur la fin. Voilà, totalement happant, je vous l’avais dit. Les émotions sont fortes, le rythme s’accélère comme la respiration de Violette, c’est trépidant. Tel un voyage multisensoriel, tous les sens sont sollicités lors de cette lecture :
– L’ouïe, par les extraits musicaux, les descriptions détaillées des voix des personnages, de leurs inflexions, de leurs mouvements, du décor dans lequel ils évoluent.
– La vue, par tout ce riche univers de couleurs et de matières qui explosent et vibrent.
– L’odorat, convoqué en permanence par les impressions de Violette.
– Le gout, sucré ou métallique, doux et amer, lié à ses bouffées d’air ou ses phases d’apnées.
– Et le toucher, forcément, témoin des émois des personnages, de leur peau qui vibre et qui palpite.
 
L’éditeur parlait de l’ouvrage comme d’un « roman sensuel, musical et exubérant aux parfums envoûtants, une Alice au pays des Merveilles qui aurait rencontré Tim Burton, Lana del Rey et Lolita Lempicka ! » Et bien, en tous cas, Violette et Arpège, tels Juliette et Roméo au pays des Merveilleuses Muses, vont me manquer.
 
Merci GulfStream et Joanne Richoux pour cette découverte.
 

Autrice : Joanne RICHOUX
Edition : Gulf Stream – collection Echos – 288 pages – 16 euros
Année : Septembre 2019

—-

De la même autrice chez Sarbacane : 
– Marquise
– Les Collisions
– Toffee Darling

 

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *