Nous sommes l’étincelle

« Tu sais, on dit que quitter l’enfance, c’est perdre ses utopies… Devenir raisonnable. Moi je crois que c’est l’inverse. C’est plutôt les choisir. »

Ce n’est pas un livre, c’est un appel d’urgence, un cri du coeur, un électrochoc nécessaire pour les esprits qui pensent que ce n’est pas grave, que la situation n’est pas si catastrophique, que « y a pas morts d’hommes hein »… Si justement, l’avenir de l’homme est en danger, son humanité, ce qui le définit comme faisant partie d’un tout, d’un ensemble où tout est possible du moment qu’on essaye ensemble, cet élan est en danger.

Il était une fois l’espoir… Et cet espoir prend naissance au coeur d’un monde à quelques années de nous où la jeunesse refuse la société que leur laissent les adultes. Autour d’un petit groupe, la sécession s’organise, abandonnant les villes pour reconstruire ailleurs, au coeur de la nature pour réinventer la vie.

C’est l’histoire de conquérants inspirés, Antigone, La Houle, Pibe, Jay, Allis, Adam, Montana, Dan, Judith, ceux avant eux et ceux après eux qui allument le feu d’un autre possible, d’un autre destin. Ils rêvaient d’un monde plus beau, plus pur…

Le récit est haletant, comme un road trip nécessaire, une quête où chaque minute compte, comme chacun des instants clés qui ont construit la genèse de ces personnages. On s’attache à eux en quelques pages, très fortement incarnés, on suit leur parcours sinueux, complexe, parfois dangereux, suspendus à leur courage et à leur foi. On les perd puis on les retrouve à différentes étapes de leurs vies, chacun et ensemble. Une famille. Un souffle puissant. Une énergie révolutionnaire.

La construction narrative est époustouflante, pas une minute Vincent Villeminot ne lâche son lecteur, il le prend pas la main, par l’esprit, par le coeur et il l’emmène dans un voyage qui secoue. Le rythme est intense, la musique des mots envoûtante, les strates de l’histoire judicieusement entremêlées et les sensations décuplées car chaque odeur, chaque couleur, chaque son, chaque matière est subtilement retranscrite pour dire ce monde alarmant. Une écriture poétique et organique, comme dirait Bob & Jean-Michel.

Au fil des pages, l’intrigue se resserre et vous courrez comme eux vers l’essentiel. Tout prendra sens… Hâtez-vous d’ouvrir ce livre car on ne peut résumer une telle expérience de lecture !

Maintenant assis sur la plate-forme au soleil, l’ermite parcourait les pages d’un livre publié trente-sept ans plus tôt et qu’il connaissait par cœur. On le voyait marmonner à voix basse comme s’il le récitait. Peut-être le faisait-il, d’ailleurs. Le livre disait qu’il fallait quitter les villes, qu’on se retrouverait dans la forêt, qu’on inventerait des vies neuves, possibles, des vies joyeuses et âpres et libres. Avait-on réussi ? Songeait-il aux échecs ?”
Extrait page 32 (Do not count on us)

Végétal parmi les végétaux, l’ensemble avait pris une couleur de silence.

Les arbres sombres autour et au-dessus de lui sont graves, ils ont cette dignité hautaine de vieux juges qui ne s’inclineront plus.

Seulement des rumeurs qu’on laissait circuler, tout autour, pour effrayer, parce que la peur cruelle qu’on inspire est le meilleur garant de la puissance qu’on exerce.

Auteur : Vincent Villeminot
Edition : Pocket Jeunesse  – 512 pages  – 18,80 euros
Année : Avril 2019

—-

Voir l’interview de Vincent Villeminot sur son ouvrage : 

Du même auteur : 
– Ciao Bianca (à paraitre 23 aout) – Fleurus
– Kong Kong (bd) – Casterman
– Fais de moi la colère (Adulte) – Les Escales
– La brigade de l’ombre (2 tomes) – Casterman
– Les Pluies (2 tomes ) – Fleurus
– U4 – Stephane – Nathan
– Hôte des Frissons (5 tomes) – Nathan
– Réseau(x) (2 tomes) – Nathan
– Samedi 14 novembre – Sarbacane
– Le copain de la fille du tueur – Nathan
– Instinct (3 tomes)  – Pocket Jeunesse
– Ma famille normale – Nathan
– La confrérie des âmes – Plon

 

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *