Le fantôme de Carmen

(c) Sarbacane
(c) Sarbacane

Prend garde à toi, si tu ne écoutélis pas ce magnifique conte musical créé par Pierre Créac’h !

Attention, talent ! Attention, magie de la musique et du coup de crayon ! La couverture inspire déjà le respect devant un ouvrage d’une telle qualité… C’est du bel ouvrage, ça Madame !

Plus sérieusement, si vous aimez l’histoire et l’Opéra de Georges Bizet, Carmen, vous allez adorer. Si vous n’aimez pas l’opéra en général, vous allez aimez quand même, c’est obligé. Si vous avez 3 ans ou 83 ans et que vous n’y connaissez rien en musique, vous allez être séduits. Si vous n’aimez pas qu’on vous embarque dans une fabuleuse histoire quasi magique, presque mystique, bercée par l’envoûtante voix de Yolande Moreau, alors là je ne sais pas ce qu’on va faire de vous. Ou alors, vous êtes une tortue sourde ou Bubulle le poisson rouge.

Installez-vous et écoutez bien. C’est l’histoire de Louis, le petit preneur de son du Silence de l’Opéra qui va assister à un spectacle exceptionnel : le célèbre opéra Carmen, à l’Opéra de Paris. Seulement, alors que la répétition générale doit commencer, le voilà confronté à un des fantômes-opéra : une grande madré espagnole qui cherche désespérément les personnages de Carmen.

(c) P. Creac'h
(c) P. Creac’h

Où êtes-vouuuuus ? Petits, petits ! Hou hou !

Ils ont disparus et ce soir n’est pas un soir comme les autres : la famille royale d’Espagne sera dans la salle. C’est une catastrophe. Furieux, le Directeur de l’Opéra menace la fantômatique Madré d’être retirée du répertoire et de retourner à l’Opéra Comique si tout ne rentre pas dans l’ordre d’ici ce soir.

Je suis l’Opéra le plus joué au monde et vous me donner des ordres ? Je fais grève !

Le Directeur est prêt à offrir 6 mois de vacances pour éviter le scandale. Louis et la madré partent alors en quête des personnages perdus. Au fil des pages aux remarquables illustrations à la mine de plomb, les deux amis remontent le cours de l’histoire de Carmen et récupèrent au fur et à mesure les personnages.

Chaque tableau, chaque scène est rythmée par des extraits de l’Opéra qui permettent d’osciller avec grâce entre la magie du conte lu et l’émerveillement de la musique de Georges Bizet. Ce conte est construit comme une véritable enquête pleine de rebondissements, une course poursuite après Carmen et tous les personnages : Micaëla, Don Jose, Escamillo, les enfants-soldats, les brigadiers, les danseuses, le capitaine Zuniga, des chevaux et même un taureau…

L’heure tourne et il manque toujours cette coquine et insaisissable gitane rebelle. Et que ce passe-t-il quand un personnage rencontre son interprète ? Des étincelles !!! C’est souvent drôle, toujours exaltant, tellement entraînant. Un talentueux musicien doublé d’un fabuleux dessinateur, que demander de mieux. Bravo l’artiste, quelle Créac’hivité !

Pour savoir si Carmen acceptera de retourner sur la scène et si l’âme de cet opéra si célèbre resplendira, il faut aller acheter ce livre-écrin de toute urgence. Quelle chance, c’est bientôt Noël.

D’ailleurs, aux petits chanceux qui trouveront un ticket d’or dans leur exemplaire, une soirée à l’opéra leur sera offerte. Savouricieuse idée, M. l’éditeur ! 

dedicace-fantome-carmenPetit bonus pour moi au Salon de Montreuil : une jolie dédicace pour la Licorne à Lunettes !

Clin d’oeil de l’auteur : si vous êtes attentif et un peu curieux, vous chercherez aussi tout au long des pages les petits chats cachés… Malicieux !

Auteur / Illustrateur : Pierre CREAC’H
Edition : Sarbacane – Livre CD – 112 pages – 29,90 euros
Année : Octobre 2016

Du même auteur : 
– Le silence de l’opéra, raconté par Jean Rochefort
– Le château des pianos, raconté par Pierre Arditi.

 

 

 

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *