Il était trop de fois

il-etait-trop-de-foisEnvie d’une petite dose d’humour tout de rose vêtue ? Non ce n’est pas une fraise Tagada, c’est l’une des dernières petites friandises des Editions Thierry Magnier : Il était trop de fois, illustrée par le génial et talentueux Ronan Badel.

Mais il était trop de fois quoi ?

inter1-il-etait-trop-de-foisC’est l’histoire d’un loup, grand et méchant… Et tout irait bien dans le meilleur des mondes des méchants loups, si le lecteur (ou l’éditeur 😉 ) ne mettait pas dès la deuxième page son petit grain de sel.

Non ! Pas de loup ! (…) Pourquoi pas un gentil chien très mignon ?

inter2-il-etait-trop-de-fois2Et voici notre bête féroce qui laisse la place à un petit caniche… rose. Ok, là c’est sûr, ça va dégénérer. Dès lors s’enchaîne une série de rebondissements pour satisfaire l’un après l’autre les « désirs » du lecteur.

NON, pas de pigeons à dévorer (et les microbes!). NON, pas de bonbons (mauvais pour les dents !). NON, pas de carnages (c’est trop violent) : une bonne soupe de navet à partager en animaux, c’est bien mieux. Ouhla effectivement, on est bien loin du Grand Méchant Loup assoiffé de sang de Petit Chaperon Rouge ou de dodus cochons…

inter3-il-etait-trop-de-fois3Tout tendrait à satisfaire les caprices de ce lecteur un peu trop présent si la flatulente conséquence d’une soupe au navet n’allait pas tout faire « exploser ».

STOP ! Les caca-pipi-prout dans les histoires, ça suffit (…) ! Creusez-vous un peu la cervelle quand même !

Continue Reading

L’oeil du loup

PKJ (c)
PKJ (c)

Merci, merci et re-merci à Anne-Sophie ! Comment aurais-je pu passer à côté de ce livre. Un Petit Prince revisité, une histoire d’amitié et de confiance, unique, entre un enfant d’Afrique et un loup du Grand Nord.

C’est l’histoire d’un face à face, un jour, dans un zoo, entre deux êtres, de part et d’autre de la grille qui les sépare. Une histoire d’amitié qui naît, une confession intense dans le silence, l’un après l’autre… Quelle émotion, un vrai coup de coeur !

Un œil jaune, tout rond, avec, bien au centre, une pupille noire. Un œil qui ne cligne jamais. C’est tout à fait comme si le garçon regardait une bougie allumée dans la nuit ; il ne voit plus que cet œil : les arbres, le zoo, l’enclos, tout a disparu. Il ne reste qu’une seule chose : l’œil du loup…

Continue Reading