Un si petit oiseau

Après Sirius de Stéphane Servant et Avril que je ne voulais pas quitter (et qui décante encore compte tenu de la densité du message…), j’ai rencontré Abi : une « môme » d’à peine 20 ans rescapée d’un accident de voiture qui lui prend son bras en l’espace de deux secondes.

Coup de poing direct au coeur en quelques pages.

On s’accroche vite à ce petit bout de femme désorientée, à sa famille bousculée dans son quotidien et entièrement dédiée à la reconstruction du pillier Abi. Mais celle-ci semble sombrer dans l’isolement.

Que lui faut-il pour renaître tel un phénix ? Du temps, de l’humour, de l’amour, du recul, prendre de la hauteur ?

«Elle ferme les yeux, écoute la nuit, elle sent battre le cœur de la Terre, sous elle, celui des hommes, des arbres, des animaux, ce cœur nocturne qui bat depuis le commencement, qui battra après elle. Elle appartient à ce monde immense. Et son bras, peut-être, alors, est dérisoire.»

Besoin de replonger dans une deuxième lecture pour mieux appréhender toute la force de cette déclaration d’amour à la vie.

Continue Reading

Caribou Baby

ABSOLUMENT GÉNIAL ! INCONTOURNABLE ! COMPLÈTEMENT BARRÉ ! JUBILATOIRE !

Un sujet qui désarçonne, une narration endiablée, une écriture fraîche et juste et drôle et addictive et… quel régal !

Beaucoup d’humour et de subtilité. Bref un grand coup de coeur pour cette histoire de famille qui parle d’amour maternel, de lâcher prise, d’acceptation des différences qui nous rendent plus riches et d’amour tout court.

La traduction enthousiasmante (de Clémentine Beauvais of course) me donne une folle envie de dévorer le texte en version orignale… euh originale bien sûr.

 

« Jess  a 17 ans et elle vient d’avoir un bébé. Bon… pas n’importe quel bébé  : un bébé caribou. Personne ne sait comment c’est arrivé. On n’avait rien détecté. Avec Nick, son copain bien humain, Jess apprend à accepter l’absurdité de la vie, à devenir mère, à comprendre que son enfant est un individu, parfois encombrant, mais un individu à part entière. Un être qu’il faut choyer… et savoir laisser vivre et libérer le moment venu. »

Continue Reading

Les riches heures de Jacominus Gainsborough

(c) R. Dautremer

Toute une vie entre les pages.
Intense contemplation de cet univers si émouvant.
Grandiose. Palpitant. Sensible.

« Je voulais dire quelque chose de simple, comme la vie. »    

Le vernissage de l’exposition chez Babelio était fabuleux, un voyage au coeur de l’univers de cette grande artiste ! Un fourmillement de détails pour mettre en vie toute la grande famille de Jacominus… Des originaux dans lesquels on se perd, entièrement captivé par le décor fantastiquement émouvant. Quelle chance !

« En douze scènes de genre traversées par les saisons, ponctuées de trois pêle-mêle et d’une dizaine de portraits du héros à différents âges, voici le récit d’une vie. Ses petits riens, ses grands moments, ses joies, ses peines, ses doutes, ses épreuves… Avec, au final, la chance d’avoir été aimé et le bonheur de contempler, au crépuscule de son existence, ses amis fidèles, Policarpe, César, Agathon ou Byron, sa compagne Douce la bien nommée et ses petits-enfants autour de soi. (…) Une fresque unique pour parler à tous du bonheur d’être en vie. »

Continue Reading

Calpurnia T.1

(c) Rue de Sevres

Une jolie adaptation du roman de Jaqueline Kelly avec un trait sensible et un travail sur la lumière subtil.

Si le style illustratif peut surprendre et inquiéter à la vue de la couverture, il ne faut nullement s’y fier, l’univers de ce roman graphique est fabuleux et vous plonge au coeur de l’univers poétique de cette jeune Calpurnia, amoureuse de la nature et dont la curiosité est au service de la science.

Une ode à la liberté et à l’amour de la nature.

« Calpurnia Tate a onze ans. Dans la chaleur de l’été, elle s’interroge sur le comportement des animaux autour d’elle. Elle étudie les sauterelles, les lucioles, les fourmis, les opossums.

Continue Reading

Tu cherches l’embrouille, Nina Panzanouille !

Avec un soleil pareil ce samedi (surtout à Paris mais pas que), on se serait cru en plein mois de juillet… Un mois de juillet, au bord de l’eau par exemple ? Sur un yatch ? Pourquoi pas, surtout si c’est pour suivre les aventures d’une petite jeune fille éprise de liberté née sous les mots de Mymi Doinet et sous les pinceaux de Clotka.

Un prénom : Nina. Un nom : Panzanouille. Tout un programme ! Et pas toujours rigolo quand on est l’héritière des plus grands fabricants de pâtes au monde et qu’on n’a le droit de ne rien faire (z’avez capté l’indice ;-)) Sur le bateau, Nina rêve de liberté et, alors que ses parents font la sieste, elle « se jette à l’eau », dans tous les sens du terme : un plouf dans la mer et hop direction l’Aventure… 

Il se passe enfin quelque chose de palpitant dans ma vie !

Mais notre jeune intrépide se retrouve vite dans les embêtements car elle joue les aventurières un peu inconscientes. Heureusement, elle va trouver sur son chemin une famille du Cirque haute en couleurs où chaque membre a un langage bien à lui, une jolie manière pour l’autrice qui aime tant tricoter les mots pour des jeux linguistiques qui interpelleront les 7-9 ans.

On retrouve ici encore tout le travail de Mymi Doinet pour offrir aux plus jeunes lecteurs une histoire au vocabulaire accessible, à l’intrigue originale avec ce petit rien de farfelu qui leur plait. L’héroïne prend des initiatives face aux situations compliquées dans lesquelles elle se retrouve.

Comme pour tous ces formats de Premiers Romans, avec une grande typographie, des chapitres courts et des mots adaptés, les jeunes lecteurs peuvent lire un livre en entier, tout seul. Un des plus beaux cadeaux quand on commence à se plonger dans la lecture, avec plaisir.

Continue Reading