Le plus petit yack

Ça floconne par chez vous ? C’est aussi le cas au sommet des monts enneigés où vit Gertie, une petit yack blottie contre son troupeau. Avec sa laine épaisse et bouclée sur le dos, Gertie ne craint pas les tourbillons de flocons glacés, ni de déraper sur le verglas glissant, elle a tout d’une grande, semble-t-il.

Or, Gertie ne l’entend pas de cette oreille, elle ne veut plus être le minuscule yack à la traine, elle veut GRANDIR et prendre de la hauteur. TOUT DE SUITE ! Même si sa mère lui explique qu’un jour, oui, elle sera grande, qu’il ne faut pas être pressé mais profiter de ces moments précieux où on est petit, Gertie ne veut plus attendre ! Alors programme GRANDEUR : vitamines, entrainement sportif, lectures intensives. Mais pas le moindre signe de croissance. Et si elle ne grandissait jamais et restait une mini-yack toute sa vie ?

Alerte ! Le troupeau déboule en panique. Une mission d’urgence que seule une petite yack légère et agile peur accomplir : sauver Achille coincé au bord du gouffre ! Le cœur de Gertie se gonfle d’espoir, va-t-elle enfin pouvoir réaliser de grandes choses ?

Continue Reading

Les Beaux Etés (T1 à 5)

J’avais tellement aimé « Malgré tout » que j’avais envie de mieux connaître le travail de Jordi Lafebre.

Alors direction vacances estivales avec la truculente famille Faldérault, pour une plongée dans la vie, la vraie, de ceux qui attendent avec impatience cette pause bien méritée après une année de travail.

1973, 1969, 1980… On remonte le temps en grimpant avec Pierre, Mado, Julie-Jolie, Nicolas, Louis et Pépète dans leur 4L rouge Estérel destination le Sud depuis la Belgique.

Références musicales, littéraires, politiques jalonnent les aventures de cette famille hyper attachante, sur un rythme de flash backs réguliers où tous leurs souvenirs de vacances sont évoqués, souvent rocambolesques. C’est drôle, un brin décalé comme on aime. De l’amour, de l’amitié, des frères et soeurs soudés mais qui se charient, des parents toujours aussi amoureux et taquins et une brochette de personnages secondaires brossés avec humour mais bienveillance.

Les expressions des personnages sont croquées avec force minutie, les cadrages donnent du rythme à la narration et le travail sur la lumière est magnifique. J’ai aimé me retrouver comme une petite souris au coeur de cette famille qui s’aime si fort et qui garde toujours le sourire.

A déguster sans modération !

Continue Reading

Filles de la Walïlü

Je sème les livres que j’aime un peu partout et c’est toujours un plaisir qui réchauffe le coeur quand ma Licornette passe la main sur une couverture, retourne le livre pour en déguster le résumé et l’ouvre pour s’y plonger.

Le choix du jour se porte sur ce formidable roman de Cécile Roumiguière (sorti en février 2020) dont l’écriture me transporte à chaque fois, dans cette forêt où plane la Walïlü, auprès de Albaan, Lana, Soriane, Nanna, à Ann-ville, sur la presqu’île de lurföll où les femmes gouvernent.

Je me souviens encore de ce dernier moment d’échanges organisé par L’ecole des loisirs où l’autrice nous présentait son roman… Vivement les prochaines rencontres.

« J’attends que la littérature m’ouvre des portes, des forêts. C’est ce que j’essaye de faire : créer ces petites bulles pour réfléchir et permettre de trouver ses propres réponses. » Cécile Roumiguière

Continue Reading

Proxima du Centaure

Il faut rendre à César ce qui n’appartient pas d’autres, donc merci à Julia Thevenot (allezvousfairelire) pour ce paragraphe lu il y a maintenant un temps certain dans un de ces fameux billet « C’est le 1er, je balance tout ».

En effet, le pitch est simple et brutal : Wilco, 15 ans, aime celle qu’il a nommée « Apothéose » et la regarde passer tous les matins sous ses fenêtres jusqu’au jour où il tombe. Bilan : tétraplégique et amoureux.

La couverture m’avait, à sa sortie, mal renseignée, je pensais à un roman de science-fiction… Argh que j’étais bien cruche-nouille, me direz-vous (ou pas).

Car pas de voyage dans l’espace dans ce récit vif, drôle, bouillonnant de survie sauf dans l’espace mental du narrateur qui vous alpague dès les premières lignes et vous prend par le cœur jusqu’à la dernière ligne. Il ne faut pas trop en dire car le parti pris est fort et la voix mentale de Wilco, ses pensées, ses sensations, ses rêves, ses fantasmes, ses souvenirs, ses espoirs, ses amis, ses parents, sa sœur vont vous transporter au-delà de ce que vous pouviez imaginer.

Continue Reading

Inséparables

Il y a toujours un peu de Pico Bogue en nous, il faut juste prendre le temps de le laisser s’exprimer. Et vous verrez, c’est lumineux !

Totalement fan de ce gentil trublion qui me tire à chaque planche un sourire ou un rire tant les situations croquées avec talent et bienveillance par Alexis Dormal sont justes.

Les mots de Dominique Roques dans la bouche de cet enfant plein de répartie fusent et nous éclairent toujours un peu plus sur la langue et les relations humaines. C’est subtil, drôle et les personnages terriblement attachants.

Dans ce tome XII sorti en septembre, on y retrouve la bande de Pico avec un coup de projecteur sur Charlie, qui rêve d’avoir toujours le bon mot comme son copain. Amitiés, vie familiale et questions philosophiques, la lecture de ces planches invite à la réflexion, et toujours avec intelligence et humour.

À lire et à relire sans modération. Ainsi que tous les albums de Ana-Ana et les 2 tomes de l’étymologie avec Pico Bogue (sur ma liste de Noël 😉).

Évidement, une excellente idée de cadeau en cette fin d’année.

Continue Reading