La quête du Preux Chevalier Philibert parti terrasser le dragon pour noyer son ennui

Connaissez-vous le Preux Chevalier Philibert ? Non ? Mais si, celui qui a terrassé le terrible dragon effrayant à l’autre bout du Royaume ! Pas du tout ? Allez, un effort, celui dont le courage n’a d’égal que sa persévérance ! Toujours pas ? 

Bon alors, c’est une chance car il faut IM.PÉ.RA.TI.VE.MENT lire cet album qui combine avec efficacité l’audace du sujet traité par Anne-Gaëlle Balpe (original, drôle et tendre) et le talent fou de Guillaume Plantevin (je suis FAN, je suis FAN, je suis FAN!) qui nous embarque dans son univers graphique si attachant.

Dès la couverture, j’avais entièrement craqué. Rien que le titre est déjà irrésistible : « La quête du Preux Chevalier Philibert parti terrasser le dragon pour noyer son ennui ». Il fallait oser ! Une promesse un peu folle à la Monty Python Sacré Graal, les deux bouilles des protagonistes dont ce dragon en herbe totalement craquounet, cette forêt mystérieuse et ce mouvement en avant : tout invite à ouvrir le livre et se plonger dans l’aventure de ce chevalier un peu hors du commun qui n’a finalement d’autre ennemi à combattre que… son ennui. 

Car voilà, « depuis que le royaume est en paix, plus aucun ennemi digne de ce nom ne pointe le bout de son nez ». Tel Alfred de Vigny dans « Servitude et grandeur militaires » et autres romantiques Lamartine ou Chateaubriand regrettant de ne pas avoir connu LA guerre (oui, je sais, c’est osé comme référence), Philibert s’ennuie à mourir. Et, ni la chasse, ni les joutes contre des mannequins en bois, ni les tournois ne peuvent ranimer la flamme du danger imminent et mettre à l’épreuve son courage. La loose, quoi.

Quand connaîtrai-je à nouveau le danger ?

(c) G. Plantevin

Alors que notre Philibert en était presque à se lancer dans le macramé ou le tricot de cote de mailles végétales, voilà-t-y-pas que la rumeur gronde : UN DRAGON ! AU SECOURS ! Quoi ? Qui ? Où ? Mais c’est pour moi, ça, un dragon !

Allez hop, notre Ivanhoé dépressif saute dans son armure, attrape sa pseudo Excalibur, et direction la grotte où sévit ce terrible monstre. Ça va saigner velu, bébé ! Mais une surprise de taille attend Philibert.

Continue Reading

Le Dragon et la Souris

(c) NuiNui
(c) NuiNui

J’ai découvert cette « petite » pépite dans une librairie italienne, à Alba, l’été dernier : un coup de foudre !

Pour le format tout d’abord, un très grand livre cartonné matelassé où l’on s’engouffre pour s’y cacher et plonger intégralement dans l’aventure.

Ensuite le style des illustrations, très frais, très envoûtant, un brin de douceur de Ernest et Célestine et un soupçon du Souffleur de Rêves de Thierry Prugne.

(c) casterman
(c) casterman

Telle Alice, j’ai littéralement été hypnotisée par la couverture qui m’a dit « ouvre moi » !

Enfin l’intrigue m’a séduite : Rémi, une petite souris téméraire, rêve de remporter la légendaire course volante de la vallée à dos de… dragon. Mais comment trouver un dragon alors qu’il ne reste que 3 semaines avant le départ ?

Continue Reading

Azuro – Sur la piste de Jippy !

Auzou (c)
Auzou (c)

J’avoue, j’ai tout d’abord craqué sur la couverture de ce livre quand je l’ai vu en librairie ! Les couleurs vives et chaleureuses, l’univers graphique tout en rondeur de Jérémie FLEURY quasiment en relief, et ce trognon petit dragon bleu azur qui semblait prendre vie sous nos yeux au fil des pages et qu’on aimerait d’avoir comme copain-doudou.

J’ai ouvert le livre et sur la page de dédicace, j’ai découvert la raison d’être de cet ouvrage : un hommage aux enfants atteints du Syndrome de Williams, une maladie génétique orpheline, leur donnant un faciès d’elfes notamment. Très émouvant. Un beau témoignage sur la différence, le handicap et la tolérance, tout en douceur par les mots de Laurent et Olivier SOUILLÉ.

Azuro n’est pas un petit dragon comme les autres, il n’est pas rouge ou noir mais bleu et il ne crache pas de flammes mais de l’eau. Et la différence n’est pas facile à vivre au quotidien… Je vous invite à aller lire tout d’abord l’album « Azuro Le dragon bleu.

Ce 2e tome commence le jour de l’anniversaire d’Azuro. Mais, celui-ci, trop timide, n’a pas osé inviter ses amis pour le goûter. Et même son meilleur ami, l’oiseau Jippy n’est pas là pour lui gazouiller un chant d’anniversaire à l’oreille. Cette absence anormale inquiète Azuro qui part à sa recherche avec l’aide d’une petite fille, Lily. En cours de route, ils tombent sur une plume de Jippy : une piste ! Mais les animaux qu’ils vont croiser sur leur chemin ne sont pas de bonne augure : méfiant et critique vis-à-vis du petit dragonneau considéré comme monstrueux, horrible et méchant, ils leur annoncent que l’oiseau est poursuivit par un monstre du même acabit. Peu rassurant.

Auzou (c)
Auzou (c)

Heureusement, une grande surprise finale attend Azuro qui peut finalement se réjouir d’avoir les meilleurs amis du monde et une maman en or.

Touchante histoire. Un joli message sur le respect de l’autre et l’amitié.

Ces dragons me rappellent celui de la Belle au bois dormant de Disney forcément mais également celui de l’Histoire sans Fin avec une touche de la Dragonne de Shrek… Un bel univers !

Le titre « Azuro et la sorcière vient de sortir » et, si j’en crois ma corne magique, le 4e tome est en cours de bouclage par Jérémie FLEURY et le scénario du Tome 5 est au bout du crayon des frères SOUILLÉ.

J. Fleury (c)
J. Fleury (c)

 

 

À suivre donc…

 

 

Auteurs : Laurent et Olivier SOUILLÉ
Illustrateur : Jérémie FLEURY
Edition : Auzou – Mes p’tits albums – 32 pages – Env. 6 euros
Année : 2016

Note 14/20


Dans la même collection :
– Azuro, le dragon bleu (1)
– Azuro et la sorcière (3)

Continue Reading