Les larmes de l’assassin

La rencontre avec cet ouvrage tient à l’intervention de Anne-Laure Bondoux lors de la soirée virtuelle de lancement du guide En quête d’un grand peut-être de Tom et Nathan Lévêque.
Tous les formats qui peuvent donner aux plus jeunes l’envie d’entrer en lecture sont les bienvenus. Et la BD ou le roman graphique en font partie.

Thierry Murat repart du texte pour y apporter son ressenti, sa lumière. Sans rien connaître de l’histoire de Paolo et d’Angel, je me suis laissée porter par l’univers graphique de cette contrée aride, presque hostile, au sud extrême du Chili.

Entre ombre et éblouissement, le décor planté par Thierry Murat saisi dès les premières planches. On suit la route de ce petit Paolo arraché à l’enfance par la brutalité d’un homme énigmatique, qui n’a pas d’autre choix que de survivre à ses côtés. Les jours ocre et terre de sienne chassent les nuits bleu ardoise.

Et toujours cette voix, ce narrateur intérieur qui revient sur cette relation étrange en train de se tisser entre les deux personnages. Deux solitudes qui s’accrochent l’une à l’autre, malgré la peur et le danger, malgré la noirceur du coeur de l’un et les rêves de liberté de l’autre. Deux vies que tout devrait opposer, liées pourtant comme les deux bouts d’une même histoire, la fin de l’un, le début de l’autre.

Un roman graphique qui touche au coeur, interroge, secoue et laisse l’impression d’avoir fait un bout de chemin auprès des personnages, bercé par les souvenirs de cet enfant déraciné.

Continue Reading

Malgré tout

Deux amoureux marchant sur un pont, abrités par leurs parapluies, dans une bulle… L’histoire d’une rencontre, comme l’annonce la couverture. En y regardant de plus près, le décor est trouble, l’image est un reflet. Il faut retourner le livre pour distinguer la partie nette qui est reflétée. Est-ce le reflet d’une réalité ou celui d’un rêve inaccessible ? Tout le principe de la narration propose de répondre à cette question, en remontant l’histoire à l’envers, à rebours, depuis la fin…

L’album s’ouvre sur le chapitre 20, déconcertant et intrigant, d’une efficacité redoutable pour piquer la curiosité. Dès la première planche : c’est un coup de foudre. Ces regards intenses nous accrochent direct pour un voyage qui sera tumultueux, entre deux rives, deux destins que tout devaient rapprocher et pourtant…
Ana, une sexagénaire dynamique, ex-maire fraichement à la retraite après avoir servi corps et âme sa ville.
Zeno, un séduisant libraire-chercheur scientifique aux tempes argentées, voyageur libre et passionné par les étoiles.
Le compte à rebours est lancé au fil des chapitres pour comprendre l’origine de cet amour et les obstacles que ces deux âmes sœurs ont croisés sur leurs chemins entrecroisés.

L’intrigue est ciselée, les dialogues justes. Dès le début, les voix des deux personnages s’incarnent et l’on suit leur parcours comme dans un film.
Le trait est dynamique, la construction en 6 cases systématiques donne la cadence, les cadrages proposent des angles mettant toujours le lecteur au plus près de ces deux êtres inexorablement attirés l’un par l’autre malgré la distance, au cœur de leurs échanges et de leurs confidences intimes. Tout est choisi avec minutie, force détails, un travail sur les couleurs très réussi.
Distances, vies opposées, choix personnels, malgré tout, l’amour palpite. Une histoire d’attraction, une course l’un vers l’autre, où le temps s’étire mais ne se rattrape pas, quoique…

Continue Reading

Cocteau, l’enfant terrible

Repérage en librairie pour cette magnifique BD biographie sur Jean Cocteau.

Écrivain, cinéaste, poète ou encore dessinateur, Jean Cocteau (1889-1963) semble avoir eu mille vies. Retour en détail sur la trajectoire d’un enfant terrible…

« Laureline Mattiussi et François Rivière mêlent éléments biographiques et évocations oniriques de Jean Cocteau et de son œuvre aux multiples dimensions. Cocteau est un esthète d’une rare intensité, bouleversé par les avant-gardes de son époque : Richard Strauss, Picasso ou encore le jeune Raymond Radiguet, que Cocteau porte à bout de bras. Les amours, les excès, les bons mots et l’œuvre protéiforme de Cocteau se retrouvent dans cette biographie en noir et blanc au trait puissant et évocateur. »

Continue Reading

Radium Girls

Depuis quelques temps, cette BD réalisée aux crayons de couleurs dans 2 tons de camaïeu violet et vert me faisait de l’œil. Le sujet m’interpellait également.
Tout le monde associe le radium à Marie Curie et son mari, et la vulgarisation de l’origine de cette découverte avait été brillamment faite au théâtre avec « Les palmes de Monsieur Schultz »,  mais peu de récits témoignent des conséquences de l’utilisation de ce nouveau matériau.

Plongée dans les États-Unis des années 1920, où l’élément miracle baigne l’Amérique de son aura phosphorescente. On va suivre le destin de Edna, Grâce, Katherine, Mollie, Albina et Quinta dans leur atelier où elles peignent minutieusement des cadrans de montre avec cette peinture si spéciale qui permet de lire l’heure dans le noir.

Une peinture qui s’avère toxique, mortelle.

Complète immersion dans cette période des années folles où le sujet de la condition féminine est bouillonnant : accès au travail, libertés, droit de vote, sexisme, puritanisme. Beaucoup de messages traversent le récit au-delà du témoignage du destin de ces femmes condamnées à leurs dépends, inscrivant ainsi cet album dans l’actualité.

Continue Reading

Falalalala

Hep, psttt, toi là-bas ! As-tu fait ta lettre au Père Noël ? Pas encore ? Trop tôt ? Je ne crois pas, mon ami.e. Il n’est jamais trop tôt pour faire une lettre au Père Noël de la Vie ! Car c’est exactement ce que le dernier roman Falalalala de Emilie Chazerand me donne envie de faire, une fois la dernière page tournée. (Non mais ce titre !! Non mais cette couverture !! Non mais cette écriture de ouf !! Non mais merci de tout ça !! Non mais cours acheter ce livre !!) 

Car ce livre est une ode à la vie, à profiter de chaque seconde, de ceux qu’on aime, nos proches et nos moins proches, ceux qui arrivent et ceux qui partent. Et tout ça dans une explosion de rebondissements désopilant-émotionnants totalement jouissifs (si, si). En un mot : « Fantastibuleux » !

Alors voilà, oui, ce roman est de toute beauté et de grande nécessité ! Nom d’un Bredele, j’ai savouré chaque friandise mises en mots par la fabuleuse Dame Emilie. Et ce fut un régulier lâché de commentaires vocaux pour mon entourage (famille et/ou baignoire) pendant ma lecture : des « nooon, mais elle ose, c’est trop bon » fourrés d’éclats de rire, des « oh mais oui » fulgurants au rythme de chaque punchline feudartifiesque et des « eh beh c’est malin tiens » aux lèvres serrées et menton tremblotant, touchée par une émotion brute qui m’a serré le coeur.

On ne peut pas résumer l’histoire en quelques lignes (parce qu’il faut courir acheter ce roman pour le dévorer, on te dit !) mais on peut t’allécher, lectrice, lecteur… Car tu vas vivre des émotions fortes aux-côtés de la famille Tannenbaum, et tout particulièrement de Richard, 19 ans, seul « grand » d’une famille composée de « petites » personnes aux tempéraments « XXL » avec en tête de liste, Bettina, Fritzi, Katinka, Zella, Leni, Herta et… Ludovika ! Accroche-toi, car c’est parti pour plus de 400 pages de folies montagnerussiennes auprès de gens normalement bizarres et bizarrement normaux. Alors préviens ton coeur (et tes zygomatiques), ça va secouer chéri.e.s !

Continue Reading