Le Jardin, Paris

Dès la parution en teasing des premières planches, j’avais suivi de près la sortie de ce roman graphique dont le style graphique m’avait envouté. Et c’est un grand coup de cœur.

Dès la couverture, vous êtes plongé.e dans les années 20, à Paris. Cette lampe Art déco et la lumière derrière le rideau de velours rouge annoncent la couleur et le sujet. Un cabaret nommée « Le Jardin » où toutes les femmes portent un nom de fleur et ont chacune une place particulière.

Cette silhouette en coulisses, un brin timide mais déterminée, est celle de Rose, un jeune garçon de 19 ans qui va se lancer sur les planches. Car, comme toutes les filles qu’il fréquente depuis sa naissance au cabaret dirigé par sa mère, Rose veut danser et se produire sur scène devant un public, c’est plus fort que lui et il est doué.

Si la renommée du « Jardin » n’est plus à faire, le talent de Rose est vite remarqué et devient l’attraction principale. Bien entourée par les Fleurs, Rose baigne dans une ambiance familiale, chaleureuse et protectrice. La solidarité est naturelle.

Quand Rose danse, il n’est pas « lui » ou « elle », c’est au-delà de cela, Rose emporte dans ses mouvements l’âme du public qui est touché par tant d’émotions, et particulièrement Aimé. Le « petit bourgeon » est en train d’éclore et c’est émouvant.

Quel plaisir de retrouver le travail tout en finesse de Gaëlle Geniller (24 ans !!!), qu’on avait découvert avec « Les fleurs de grand frère ». Beaucoup de thèmes communs : le respect de la différence, l’acceptation de soi, la fragilité et la force de caractère des êtres en devenir, toujours avec tendresse et bienveillance. Ici, il n’est jamais question de voyeurisme ou de sexualité, ce n’est pas là le sujet. À travers les yeux de Rose, on y perçoit la condition des femmes, leur souhait d’émancipation dans une société qui impose un cadre, le fait de choisir ou non une orientation, la curiosité, l’amitié, l’affection, l’amour et la liberté de choisir ce que l’on veut faire et être dans la vie.

Et quel travail sur la lumière et la couleur ! La qualité de l’impression sert magnifiquement cet univers où la beauté est partout, architecture, peinture, mode, musique, arts décoratifs. Un travail remarquable où l’on peut prendre le temps de découvrir ces personnages attachants et les voir évoluer, dans leur cœur comme dans l’espace !


Autrice / Dessinatrice / Coloriste : Gaëlle GENILLER
Edition : Delcourt, 224 pages, 25,50 euros, EAN 9782413022534
Année : Janvier 2021


De la même autrice/dessinatrice :
Les fleurs de grand frère, 2019, Delcourt.

 

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *