Chaque jour Dracula

(c) Delcourt

Les histoires de vampires, ça vous fait peur ? Et si justement, cette histoire là, celle du petit Dracula, nous racontait l’histoire d’une autre peur ? Une peur viscérale, difficile à nommer, une peur honteuse qu’on cherche à étouffer pour essayer de survivre : la peur de la violence des autres à son endroit. 

C’est exactement le sujet que Loïc Clément et Clément Lefèvre nous présente dans cette bande dessinée pleine de tendresse et d’émotions : le harcèlement scolaire. Il fallait oser et c’est réussi, on est touché.

Et si un livre, une BD avec ses images qui montrent sans toujours nommer, permettait d’ouvrir la discussion sur un sujet grave et trop souvent tabou ?

L’acceptation de la différence, le respect d’autrui, le vivre ensemble, des notions parfois abstraites du quotidien de nos bambins : la cour de l’école peut vite devenir un enfer pour les plus fragiles, ou du moins, les plus sensibles.

(c) Delcourt

Et si donc, une figure de l’épouvante telle que Dracula, cet être impressionnant, cachait l’histoire d’un enfant maltraité par ses petits camarades ?  L’adorable petite bouille de ce petit être à la peau diaphane nous emporte dans un univers loin des images grandguignolesques. Il s’agit d’un conte fantastique, certes, mais teinté d’une réalité tout aussi effroyable, car malheureusement, ces situations arrivent très fréquemment autour de nous.

On suit donc le parcours du jeune Dracula face aux brimades quotidiennes d’une petite bande de brutes sans coeur et sans courage. Chaque jour, le petit vampire part à l’école la boule au ventre, il ne comprend pas pourquoi les autres s’acharnent sur lui, et personne ne semble voir la violence gratuite dont il fait les frais. Certes, il est différent mais est-ce une raison suffisante pour qu’il subisse ce harcèlement constant ? Comment y remédier ? Le premier réflexe est de s’enfermer dans le silence.

Le mutisme est parfois une façon de laisser le mal à l’extérieur.

Mais la douleur s’intensifie. Un soir, il franchit le pas et en parle à son père. Celui-ci, après avoir encaissé le coup de cette révélation qui le culpabilise, tente de lui conseiller de réagir avec plus d’intelligence que ses bourreaux.

(…) ceux qui ricanent des autres sont souvent au fond d’eux des gens malheureux.

  

Mais ce n’est pas suffisant et le retour de bâton est encore plus terrible, au point que Dracula ne veut plus aller à l’école. Une sonnette d’alarme pour son père. Il faut changer de tactique afin de sauver son enfant de cette torture : lui redonner confiance en lui.

(…) l’aider à croire en lui pour qu’il puisse se défendre tout seul.

C’est alors que le livre prend toute sa force : c’est un pont, entre les enfants et les adultes, une occasion de libérer la parole sur un sujet qui touche au plus profond de son être.

L’univers graphique est soigné, tout comme le travail sur la lumière afin de traduire les différentes émotions des personnages. Un sujet grave traité avec subtilité et à hauteur d’enfant.

Scénario : Loïc CLEMENT
Dessins & Couleurs : Clément LEFEVRE
Edition : DELCOURT Jeunesse– BD – 40 pages  – 10,95 euros
Année : Avril 2018

—————-

Du même auteur : 
– Chaussette illustré par Anne Montel chez Delcourt
– Le voleur de souhaits illustré par Gatignol chez Delcourt
– Les jours sucrés illustré par Anne Montel chez Dargaud
– Le temps des mitaines (T1 et 2) illustré parAnne Montel chez Didier Jeunesse

Du même dessinateur : 
– L’épouvantable peur d’Epiphanie Frayeur de Gauthier chez Editions Soleil
– Susine et le Dormeveil de Enna chez chez Editions Soleil

 

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *