La fin de l’histoire

Imaginez un peu… Il était une fois le jour du Congrès Annuel des Fins des histoires…

Ce n’est pas le meilleur des débuts d’histoire, ça ?

Je suis sûre que ça vous titille la pupille et que votre cerveau s’est déjà branché en mode : ENCORE, ENCORE !

Alors, d’accord, je vous emmène entre les lignes de ce fabuleux petit bouquin, pas si petit qu’on croit, et tout droit sorti de l’imaginaire débordant de la talentueuse et joueuse de mots, Christine Naumann-Villemin.

À ce rassemblement, des Fins de toutes sortes se retrouvent : la joyeuse Apïende tout de rose vêtue, les jumeaux Toutébien et P’titcoeur très propres sur eux, Na! – la fameuse fin où la laide devient belle car elle le valait bien -tenant par la main l’adorable « Toupiti retrouva sa môman et ils se firent un grosgros câlin ».

 

 

 

 

 

 

Mais également les Fins sérieuses de livres pour adultes, prenant des airs mystérieux en buvant des verres d’encre de Chine, entre elles, un peu pimbêches il faut bien l’avouer.

Au programme des conférences très intéressantes (et terriblement d’actualité) comme « Soyons tolérants avec les auteurs » et « Première page, amie ou ennemie ? » 😉

Mais voilà que soudain, une Fin pas comme les autres débarque dans un vacarme terrible. Une fin un peu molle, un peu affreuse, un peu gluante et… C’EST LE DRAME !

Continue Reading

Mercredi à la librairie

Et pourtant c’était dimanche…

Encore une petite pépite qui va rejoindre ma bibliothèque après un passage à la librairie Le Divan Jeunesse (Paris 15e).

En quelques pages, Olivier Tallec sait créer un univers captivant, où la lumière feutrée et les ombres complices participent à l’émotion du texte. Cette bulle, un peu hors du temps, que représente la librairie, abrite des instants précieux. Un cocon doux duquel on ne veut pas sortir. Les différents tons de bleus alternés mêlent nostalgie et espoirs. La librairie vue comme un refuge, un sésame vers l’imaginaire, un puits de connaissance, un lieu sacré…

À la librairie se croisent des lecteurs en tous genres, jeunes lecteurs avides de découvertes et lecteurs aguerris à la recherche de la référence ultime.

Ici, il s’agit d’une histoire d’amitié silencieuse, autour d’une même passion, la lecture. Une jeune lectrice croise chaque semaine un vieux monsieur toujours plongé dans le même livre d’Histoire.

Continue Reading

Clodomir Mousqueton

Nathan (c)
Nathan (c)

Forcément avec un prénom pareil, Clodomir, ça m’a tapé dans l’oeil ! Figurez-vous que ce fut un roi des Francs, oui Madame, et qu’il signifie « Glorieux et Grand », et que son papa, ce n’était rien moins que Clovis (le type qui a eu un souci avec un pot de fleurs vers Soissons, à ce qu’on m’a dit). Alors moumoute hein… Et ce nom : Mousqueton, ça sent que ça va rester accroché à ses principes non ? Bon je m’égare… Mais pas tant que ça. Clodomir n’aime pas ses voisins, ni leurs enfants, il n’aime rien, ni personne, sauf son jardin, son fauteuil et sa télé… Ouf, il y a de l’espoir alors ! 

Ho, sacréboudiu de bouloche en poil, qui ose me déranger…

Un vieillard acariâtre, renfrogné et très bougon… Tiens, tiens, on dirait un personnage tout droit sorti de l’univers des méchants vilains de Roald Dahl, et on s’en réjouit. Car face à autant de méchanceté, la pureté du petit Marcel, un enfant qui entre par effraction dans la vie du grognon, fonctionne comme un électrochoc. Au coeur de la dispute : un livre, arrivé par mégarde chez Clodomir et non chez Marcel.

Avec ce livre, expliqua le petit d’une voix étouffée, moi, je peux m’aérer la tête…
Et puis, je peux voyager avec ce livre, aller très loin

Et voilà, le papi fait de la résistance : il ne veut pas rendre le livre à l’enfant, car il semblerait qu’il prenne finalement goût pour ce genre de nourriture spirituelle… Après quelques accrochages et une chute dans le fumier, ils vont faire la paix. Et voici le petit Marcel qui fait la lecture au pépé grincheux, et ça lui plait ça à notre ronchon Clodomir…

Continue Reading

Moi, Albert détestateur de livres

(c) Frimousse
(c) Frimousse

Peut-on aimer d’amour les livres davantage que son enfant ? Impossible me direz-vous ! Et pourtant, c’est ce pense Albert. Et ça ne lui plait pas, mais pas du tout, du tout !

Dans sa famille, tout le monde adore les livres : sa mère en dévore jusque dans son bain, son père en avale 23 par mois avec tout plein de mots et jamais d’image, sa sœur déguste les aventures de son héroïne même au petit-déjeuner. Ils ont l’air de se nourrir que de livres ! Des Foliovores !

Continue Reading

Interview : Audrey, blogueuse-booktubeuse-bibliovore du « Souffle des mots », nous parle de sa passion

audrey-le-souffle-des-mots

Vous la connaissez peut-être, Audrey est une dévoreuse de livres. Elle anime le blog « Le souffle des mots » et également une chaine YouTube où elle partage avec ses « fans » ses coups de coeur Lecture. Booktubeur, kesako ? La Licorne à Lunettes à voulu en savoir un peu plus sur cette nouvelle tribu des Croqueurs de Books sur la toile. Rencontre avec une passionnée de la lecture quelques jours avant le Salon de Montreuil…

Continue Reading