Sans armure

« Ta voix qui se tait, 
…c’est ma vie qui se défait. »

Un réplique hurlée qui cingle « Tu ne comprends rien ! », une porte qui claque, et les murs semblent s’écrouler autour de Yannick. Sidérée par la violence de la séparation brutale, elle ne comprend pas en effet.

Un amour brisé, le silence de Brune, insupportable.

Et le récit va emporter alors la lectrice/ le lecteur dans un tourbillon de souvenirs qui retracent la rencontre entre ces deux jeunes femmes, leurs enfances, leurs traumatismes, à travers la voix de Yannick qui continue de parler à Brune. Comme si ce dialogue intérieur était la seule possibilité de garder le lien, si vital. Un récit qui court comme la narratrice vers celle qu’elle aime, pour la retrouver coûte que coûte.

Tout part justement de la voix, de celle de Brune à la radio : un coup de foudre auditif pour Yannick qui tombe amoureuse de ce timbre qui la fait vibrer. Une voix qui fait du bien. « Et quand j’enlève mes écouteurs, j’arrache un peu de ta voix sur ma peau ».

La force de ce texte tient au rythme insufflé par la narratrice qui ne s’arrête jamais de parler à son amour parti. Des phrases courtes comme autant de pulsations. Un flux continu comme un massage cardiaque indispensable, pour le tenir encore en vie, ce fragile et pourtant si intense amour.

Mais il y a la détresse de Brune dans ce monde aux bruits et aux douleurs qui la déchire, elle,  l’hypersensible, l’émotive sans filtre, la différente comme elle se définit. Yannick la découvre derrière son masque. Ayant alors confié sa fragilité, Brune est sans armure. Mais toute la force d’amour et la douceur de Yannick ne suffisent pas. « J’ai tellement cru me mes bras seraient assez forts pour toi… »

Continue Reading

Son héroïne

Quel talent pour dire en quelques mots subtils la force destructrice de l’emprise ! Un tour de force déjà brillamment réussi avec le précédent « Des Astres ».

Toute la puissance de ce court récit happant tient à la construction du caractère des personnages et de l’intrigue. On ne se méfie pas, on se laisse entrainer, par innocence, comme Jessica qui ne voit comment Rosalie s’insinue progressivement dans sa vie. C’est froid de machiavélisme inconscient car certes la prédatrice a choisi sa proie, mais c’est pour son bien, pour la sauver : la mission d’une vie. Et la mécanique pour atteindre son but est bien huilée.

Tour à tour dans l’esprit des deux protagonistes qui se découvrent et s’entrechoquent, le lecteur / la lectrice suit le cheminement par ressentis interposés, lui donnant à voir les deux côtés du miroir, impuissant.e face à la toxicité de la relation qui est en train de se mettre en place. L’obsession de Rosalie, sa Jessica, son « héroïne », dans tous les sens du terme.

C’est troublant de justesse, glaçant de réalité. Un cauchemar éveillé dont on voudrait extraire Jessica. Une lecture en apnée, écoutée en mode audio pour plus d’immersion dans le texte, et qui vous prend telle une vrille, creusant profondément pour s’enfoncer insidieusement dans les limbes de la folie. Coup de cœur !

Continue Reading

PLS

Ah, il était attendu ce nouveau roman de Joanne Richoux…

Heureuse de retrouver la musique envoûtante des mots de cette autrice sensible qui sait si bien retranscrire les émotions, les sensations, les tiraillements de l’âme de ces ados qui se frottent au crépis de la vie. « T’es beau, mon rein. » Rien que ça, la force de cet incipit qui vous propulse dans un monde à part et pourtant terriblement réaliste. C’est le monde de Sacha, lors de cette soirée d’Halloween chez lui où il navigue entre soeur jumelle Angie, la fille qu’il aime et ses amis du lycée. De pièce en pièce, il traîne sa mélancolie et noie ses démons dans l’alcool… Entre les ombres qui rôdent et la luminescence de certains êtres magnétiques, le lecteur suit Sacha dans sa descente en mode Spleen, parmi les silhouettes fuyantes, ces invités plus ou moins connus et appréciés, tiraillé entre l’image de soi à donner et la vérité qui cogne contre sa boite crânienne.


C’est le monde du bouillonnement des corps, des jeux de regards, des attirances bouleversantes et des plaisirs furtifs, au plus cru des mots, au plus près de ces grands ado presque adultes, en proie à une solitude collective, toujours en quête de sensations fortes et souvent prêts à tout. Un bad trip ? Pas pour le lecteur qui est totalement happé par l’univers de ces personnages diablement attachants, effrayants parfois, qu’on veut tour à tour protéger et secouer pour les raisonner. « C’est au degré de conneries de certaines phrases qu’on mesure combien quelqu’un nous plait ». Et l’amour ? Il est là, présent à chaque page, comme une urgence, il transpire sous toutes ces formes, sous tous ces questionnements, sous tous ces tâtonnements. Un roman noir aux reflets vibrants d’éclats, une plume vive, inventive qui trouve les accords parfaits pour faire sonner les mots de façon organique, pour déclencher chez le lecteur des sensations tactiles, olfactives, sonores. Chaque chapitre se clôt sur un morceau de musique et cette playlist rythme la narration pour immerger toujours plus le lecteur dans l’univers

Continue Reading

Cheval Océan

Quel coup à l’estomac…

Je cherche encore mon souffle en refermant la dernière page de cette nouvelle qui me vrille le cœur. En quelques pages, la voix d’Angela m’a emportée avec elle sur cette plage, face à cet océan tumultueux, fougueux témoin du basculement de sa vie.

Un silence qui hurle à faire saigner, un cri étouffé qui résonne encore, une douleur sourde qui enferme les mots alors qu’il faudrait rugir pour que cela n’arrive plus. Dans quel monde vivons nous pour que l’enfance et son insouciance soir fauchées en quelques minutes par les plus abjectes. 

D’une seule voix, Stéphane Servant nous livre la confession de cette jeune fille entre deux mondes, celui de ses rêves d’enfance  et celui des cauchemars de sa réalité. Entre deux rives, elle dérive. La fureur de l’océan, le lieu du rendez vous qu’elle s’était donné de rejoindre en mémoire de sa grand- mère, lui ouvre ses bras, tragiquement. L’espoir d’un nouvel envol…

Un récit d’une féroce envie de vivre malgré tout. 

Continue Reading

Les loyautés

Je suis une grande fan de lecture à voix haute et donc de livre audio.

Dans mon parcours découverte de Delphine de Vigan (never too late), un grand coup de coeur pour ce roman/nouvelle polyphonique qui place au centre de l’intrigue le secret d’un jeune garçon en 5e, face à la solitude, la quête d’identité et le vertige de l’abandon.

Deux narratrices internes, une enseignante et une mère, deux points de vues extérieurs sur ce garçon et son copain, une descente aux enfers vertigineuse qui glace le dos.

Un ouvrage qui parle des douleurs de l’adolescence, cette période charnière où l’on peut marcher en équilibre sur le fil-frontière entre l’enfance et le monde des adultes.

Un rythme haletant et une intrigue sensiblement déroutante.

Un ouvrage qui pourrait se trouver en littérature jeunesse, si tant est qu’il y ait une différence avec la littérature vieillesse.

« Chacun de nous abrite-t-il quelque chose d’innommable susceptible de se révéler un jour, comme une encre sale, antipathique, se révélerait sous la chaleur de la flamme ? Chacun de nous dissimule-t-il en lui-même ce démon silencieux capable de mener, pendant des années, une existence de dupe ? « 

——-

Autrice : Delphine de VIGAN
Edition : JC Lattès – 208 pages – 17 euros
Année : Janvier 2018

Continue Reading