Alexandrin ou L’art de faire des vers à pied

Une jolie rencontre encore une fois… Au détour d’une table présentant quelques nouveautés à la Médiathèque Marguerite Yourcenar (Paris 15e, ehhh oui je suis une grande voyageuse… 😉 ), mon regard tombe sur ce personnage intrigant.

Un profil cyranesque (si, si, j’ai le droit, si je veux), ce rouge-gorge attentif posé sur cette épaule fatiguée, compagnon de route et d’infortune semble-t-il. Et ce doigt pressant une sonnette… L’action semble comme figée et pourtant j’entends presque le ding dong…

Un titre flamboyant présentant en un mot l’homme et son art… « L’art de faire des vers à pied »… Forcément, j’ai eu envie de pousser la porte de cette histoire… Et j’ai bien fait.

Alexandrin de Vanneville, poète des campagnes et des villes, arpentant les chemins et les villes, de terre ou de bitume, par vent et par la pluie, sans me taire et sans amertume, je survis en proposant ma poésie.

Poète ambulant, Alexandrin survit en faisant commerce des vers qu’il compose. Grand échalat au style aristo et sans le sou, il sonne aux portes, parfois chanceux d’une piécette, parfois chassé d’un coup de pied. Une vie qui ne rime à rien bien qu’il ne puisse pas faire autrement que parler en vers, même pour lui-même.

La chronique d’un vagabond au destin ordinaire ?

Sur sa route chaotique pour survivre, il croise Kévin, un jeune garçon qui vient de fuir sa famille. La faim rapproche les deux vagabonds, puis le dialogue commence, les mots de l’un tentent de soigner les maux de l’autre, ils s’apprivoisent. Une amitié nait doucement : Alexandrin décide d’initier ce jeune fugueur aux arts de la poésie et de la débrouille.

Continue Reading

Les petites victoires

Y. Roy

« Comment dire à son fils tant désiré qu’il est le plus formidable des petits garçons malgré le terrible diagnostic qui tombe comme un couperet : autisme, troubles psychomoteurs, inadaptation sociale… »

Un magnifique témoignage émouvant et encourageant sur l’engagement d’un père et d’une mère, uni malgré leur séparation, pour stimuler leur enfant autiste.

Roman graphique autobiographique de ce père qui n’a jamais relâché ses efforts pour accompagner son enfant sur la voie du développement de soi afin qu’il trouve les clés lui permettant d’avancer.

Un récit rythmé, introspectif mais jamais larmoyant, toujours sur la tension du pas avant et de la confiance en soi qui se construit petit à petit, pour cet enfant, par amour pour lui.

« Transformer ensemble une défaite annoncée en formidables petites victoires. »

Continue Reading

Les secrets de Brune – L’amie parfaite

(c) Sarbacane

Tout d’abord c’est le titre qui m’a intrigué, attiré. Forcément, les secrets d’une Brune (même si elle n’est pas du Lac), cela m’interpelle en tant qu’obscure chevelue que je suis.

Et puis les premiers croquis m’ont séduit et emportée, en douceur et gravité, dans l’univers instable de cette adolescente, qui se cherche.

Une ado, pensive, un brin lascive, un peu à la dérive, vaporeuse… rêveuse. 

Brune change de collège pour une autre vie, choisie, enfin presque. La peur de l’inconnu, bien sûr, mais également l’envie de la découverte la tiraille. Partagée entre l’attirance vers ces autres, ces mêmes autres qu’elle, qui lui ressemblent quelque part et le désir de se pelotonner, de se cacher, au fond des couettes, loin sous les draps, coupée de la réalité si dure et si rêche. Une amitié parfaite, cela existe ?

Continue Reading

Cinémonstres : L’abominable Docteur Mouche

(c) Sarbacane

Ça vous dirait un petit roadtrip dans la « riante Transylvanie » ? Non ? Pourquoi donc ? C’est très revigorant ce climat lugubre et surtout ça vous vivifierait les sangs. Ayez confiance, suivez-moi… En un éclair et deux coups de tonnerre, le décor du 3e tome des Cinémonstres est planté. Revoici notre professeur Pikaboo (chéri, fais-moi peur !) au cœur d’une nouvelle expérience scientifique, plutôt effrayante, et aux prises avec une drosophile un peu trop affectueuse… enfin presque…

C’est justement ce décor grand-guignolesque qu’a choisi le réalisateur Harry Hausen pour tourner son nouveau film « Le retour de la vengeance de Frankenstein ». Tout un programme pour vous « titiller le trouillomètre » !

Il y a embrouillamini en Transylvanie.

Un fiacre macabre surgit dans la nuit obscure et sombre (c’est le minimum) et conduit notre petite troupe, Brooks et son ouistiti Pikwik en tête, vers le Manoir du Professeur. (Je vous conseille une lecture sous la couette, de nuit, dans une maison bien silencieuse, avec lampe torche, histoire de corser un peu l’ambiance, frisson garanti).

Continue Reading

Ecumes

(c) Steinkis
(c) Steinkis

Il y a des livres avec lesquels on a rendez-vous, comme une évidence, des chemins qui doivent se croiser, des histoires qui doivent se confronter. Un sujet qui résonne particulièrement profondément.

J’attendais avec impatience son arrivée et pourtant j’appréhendais la rencontre. Serais-je à la hauteur de cette histoire, de ce terrible et déchirant cri de douleur, de cette si violente coupure d’oxygène, de cette troublante et si émouvante confidence ? 

Elles s’aiment et après des années d’attente, d’espoir et de désespoir, un bébé est annoncé. Mais la grossesse est compliquée et le pire arrive.

Les contrastes de la couverture m’avaient déjà fortement touchés. Le silence, tout d’abord, de cette barque terriblement immobile, cette silhouette stoppée dans l’élan, comme un arrêt sur image forcé pour suspendre le temps. Et puis, le vacarme assourdissant des flots et des vents contraires qui monte crescendo, comme une tempête qui gronde, un voyage chaotique vers un horizon semblant inatteignable. Magnétique. Au centre du tableau, la fragilité d’une vie qui peut basculer. Et pourtant cette lumière vive, ce vert intense, comme une aube, l’espoir d’un temps plus clément…

Continue Reading