La (presque) grande évasion

« Et son prénom c’est Bonnie ». Voilà, comme dans « Bonnie and Clyde » sauf que notre héroïne est fille de gendarme, et ça, c’est pas banal. Justement, banal, ce n’est pas un adjectif qui peut convenir à cette boule d’énergie et d’humour qu’est Bonnie.

La langue bien pendue et avec une sacrée bougeotte, forcément, elle attire les heures de colle. Il faut bien admettre que la vie d’ado n’est pas toute simple pendant cette crise sanitaire, surtout quand on prépare (un peu) le brevet et qu’un nouveau confinement réimpose le couvre-feu. Et pour corser le tout, voilà que la mère de Bonnie disparait du jour au lendemain en ne laissant que deux mots sur le frigo : « Je pars ».

Décidée de se lancer à sa recherche malgré les consignes gouvernementales, Bonnie embarque avec elle ses deux potes, Malo l’hypocondriaque premier de la classe et Jason la grande gueule spécialiste des embrouilles, sans oublier Melting-Pot le champion de la distanciation sociale, son chien détecteur de drogue.

Et c’est parti pour un boat-trip improvisé de 5 jours sur le canot du paternel à remonter le canal de Roanne à Digoin, pendant lequel la petite bande de copains va se retrouver dans des situations hautement rocambolesques. Ils sont loin d’imaginer qu’ils foncent droit vers les problèmes et que leur amitié sera une force vitale pour survivre.

Mais quel grand plaisir de lecture !!! Je vous conseille vivement de vous plonger d’urgence dans ce récit haletant bourré d’humour et totalement addictif. Marine Carteron nous livre ici un roman survitaminé qui réveille les zygomatiques, et ça, ils aiment nos zygomatiques en ce moment !

On suit Bonnie, cette ado hyper attachante un brin mystérieuse (je ne vous dis pas tout…) mais déterminée qui n’a pas froid aux yeux. Une gouaille délicieuse, un courage sans faille face aux épreuves, un discernement très mature, bref, on la kiffe ! La brochette de personnages, avec Malo et Jason, est parfaite, ils se complètent tous les trois. Une grande justesse dans le ton et le rythme c’est écrit à hauteur d’ado et avec brio. Du suspens, une construction narrative finement cousue, des rebondissements en pagaille, et une amitié indéfectible mise à l’honneur : hyper réjouissant !

Marine Carteron explique qu’elle a beaucoup ri en l’écrivant, je confirme que j’ai beaucoup ri en le lisant. Pour l’anecdote, ce roman a été écrit sous forme de feuilleton pour les élèves de Marine pendant le dernier confinement, une manière de les inviter à lire davantage car l’action se déroule dans leur région et est vécue par des collégiens.


Autrice : Marine CARTERON
Edition : Le Rouergue – 304 pages – 14,50 euros
ISBN : 978-2-8126-2270-0
Année : Octobre 2021

De la même autrice :
– Romy et Julius
– Génération K
– Dix (Chroniqué ici)
– Les Autodafeurs

 

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *