Nora

(c) LM

En un mot : INDISPENSABLE !

Entrevue sur le stand des Editions de la Gouttière lors du dernier SLPJ, la couverture de ce livre m’a littéralement attirée, de manière magnétique.

Une fenêtre éclairée comme une porte ouverte entre deux mondes, celui d’une enfant qui rêve et l’autre monde, l’ailleurs, le bonheur ?

J’ai ouvert cette porte et j’ai fait la connaissance de Nora.

1975 : un été un peu chaud, une voiture sur une route de campagne. Les parents de Nora déménagent. Pour simplifier les choses, la petite fille est confiée à son oncle Lucien, agriculteur. Mais voilà, Nora n’est pas contente, elle boude. Projetée contre sa volonté dans cet univers étrange, brut et inquiétant, Nora s’enferme tout d’abord dans le silence de sa colère.

Vexée d’être un peu abandonnée, elle s’éloigne de la ferme sur un coup de tête et découvre un grand arbre. Un refuge tout d’abord au coeur duquel elle se cache, elle et sa tristesse, se recréant ainsi un univers sécurisant avec la petite chatte qui va bientôt avoir des chatons.

Un perchoir enfin d’où elle peut voir les alentours, dans un sentiment de plénitude, et qui lui permet d’observer une silhouette intrigante : une vielle dame seule attend sur un banc. Et cela, tous les jours.

Cette situation étrange plonge Nora dans une série de questions, lui faisant oublier la raison de sa bouderie et lui donnant un prétexte pour s’échapper, chaque jour. Qu’attend donc cette petite mamie ? Pourquoi est-elle seule ?

(c) LM

Maman, elle m’a dit que tout le monde avait un amoureux ou une amoureuse quelque part, et qu’un jour on le trouve.

Et si ça se trouve, Madame Jeanne, la vieille dame qui attend, elle ne l’a pas trouvé. Où est-il donc cet alter ego, si chacun doit trouver le sien ? La naissance des chatons laisse Nora dans l’expectative : « Où on est avant d’être né ? Peut-on ne pas naître ? Peut-on rester coincé là où on est avant ? 

Le récit prend alors une dimension poétique teinté d’un brin de fantastique, presque spirituel.  

Et si l’amoureux de Madame Jeanne avait oublié de naître ?

Et voilà Nora qui part à la recherche de cet amoureux non né, sans doute entre la terre et le ciel, là où l’amour se niche selon son oncle. Dans la cime de son arbre, elle rencontre toute un petit monde des « oubliés »… Entre fantôme et ami imaginaire.

Un coup de coeur absolu pour ce premier roman graphique.

Projet d’étude intitulé au préalable « L’âge de raison », cette BD naîtra finalement sous le nom de Nora.

Le travail sur la lumière est splendide, d’une sensibilité poétique très touchante. Le choix du ton sépia nous plonge dans l’univers de l’enfance, de ses rêveries et ses combats imaginaires. J’aurai aimé un format encore plus grand pour me perdre davantage dans les méandres des réflexions de Nora, me poser avec elle sur la branche ou contre le tronc de cette arbre nourricier. 

Les cadrages alternant lecture horizontale et verticale, zoom et plan large, impriment au récit un rythme cinématographique qui nous embarque entièrement dans l’univers intime de cette petite fille sensible, très attachante. Beaucoup de l’auteure sans doute dans ce personnage boudeur-rêveur, à la curiosité et à l’imagination débordante. 

L’ouvrage, à travers la puissance des dessins et des mots, aborde des thèmes universels tels que l’amour, la mort, la solitude ou encore la guerre. 

Page après page, au gré des questions métaphysiques, on assiste à l’évolution d’une enfant confrontée à la réalité : un conte initiatique à la lisière du rêve et de la poésie.

 

Un des plus beaux romans graphiques lus cette année, comme quoi, c’est toujours une aventure formidable d’aller au Salon de la Littérature et de la Presse Jeunesse car on y fait des découvertes renversantes…

Il était temps que je tombe sur cet ouvrage qui résonne particulièrement pour moi, quelques jours après le décès de ma grand-mère…

Auteure/Illustratrice : Léa MAZÉ
Edition : Les éditions de la Gouttière – Roman graphique – 72 pages – 16 euros
Année : Avril 2015

———————————-

De la même auteure : 
– La porte des pluie avec Jérémy Semet, Editions La Marmite à mots 

 

 

 

 

 

———————————–

Lire les 16 premières pages : 

Nora de Léa Mazé, éditions Les Éditions de la GouttièrePrésenté par digiBiDi, la BD à la demande – Location de bande dessinée, comics, manga, roman graphique online 

 

 

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *