Tu reverras ton frère

J’aime les formats courts, ces textes intenses portés par une écriture ciselée qui vous prend dès les premières lignes et qui vous embarque immédiatement au plus près de ce que vivent les personnages.

Après « Son héroïne », Séverine Vidal revient dans cette collection de nouvelles percutantes où le récit initiatique raconte un moment charnière dans la vie des protagonistes.

Billie court dans la rue. Elle veut absolument rattraper ce garçon au bonnet vert fluo, ce jeune garçon à l’allure si familière. Mais il monte dans le tram et disparait. Billie, bouleversée, appelle sa jeune sœur Ava. Elle pense avoir retrouvé Jules. Leur frère. Disparu depuis 10 ans.

En 2011, elles avaient alors 13 et 10 ans, leurs parents étaient séparés depuis quelques années déjà, et la vie roulait, avec ce petit goût acidulé du bonheur. Elles avaient même gagné un demi-frère absolument craquant, issu du nouveau ménage de leur père 5 ans auparavant. Un frère tout court. À eux trois ils formaient un tout. Un amour pur, au-delà des problèmes entre adultes.

Et puis la bascule -propre à cette collection – quand ce lien d’amour inconditionnel éclate d’un seul coup comme une fracture violente, le jour où Jules s’est évaporé avec sa mère. Plus de nouvelles. Obligation de vivre avec le poids d’un chagrin monstrueux qui vrille le cœur et tenaille les entrailles. Jusqu’au jour où renait peut-être l’espoir. Cette silhouette dans la foule, est-ce lui, est-ce leur frère tant aimé malgré le silence ? Billie et Ava sont prêtes à tout pour y croire.

« Respirer fort un cou de sœur, ça apaise ».

C’est une histoire d’amour familial, un amour sans limite de temps et d’espace, une histoire pleine d’espoir portée par la musique unique des mots de Séverine Vidal. Un texte impossible à lâcher ! Comme souvent cette autrice trouve la voix juste pour toucher au cœur. La séparation d’une fratrie est une tragédie, particulièrement quand elle est violente et sans explication. La culpabilité et l’incompréhension se mêlent à la colère et au désespoir.

On a pu lire des récits où les parents sont confrontés à la disparition de leur enfant, mais choisir de se mettre au niveau des frères et sœurs apporte une vision inédite de cette douleur déchirante. Et c’est particulièrement bien rendu dans les dialogues entre Billie et Ava, dans leurs ressentis intimes et leur complicité vitale. Elles sont un refuge l’une pour l’autre. Il est difficile d’imaginer cette souffrance, ce vide et cette vie qui doit continuer malgré tout. Avec beaucoup de justesse et de pudeur, Séverine Vidal nous propose d’entrer dans l’intimité de cette famille déstabilisée, de suivre mois après mois à l’aide de flashbacks, la piste vers ce frère absent. Le texte est tendu, très réaliste, empreint d’une sensibilité folle qui nous étreint, forcément.

Alors oui j’ai été profondément touchée par cette histoire émouvante et je vous invite, vous aussi, à respirer au rythme de Billie, Ava et Jules, et de croire aux liens magiques et souvent invisibles qui unissent les frères et sœurs.

Un grand merci à Séverine Vidal pour m’avoir permis de découvrir ce texte vibrant en amont, très touchée !

Enfin pour rappel : dans cette collection, vous avez le choix entre la version papier, la version numérique et la version audio. Et comme je suis gourmande, ma deuxième lecture fut une écoute audio. Encore plus immersive.


Autrice : Séverine VIDAL
Edition : Nathan – Collection Court Toujours, 64 pages, 8 euros
ISBN : 9782092490228
Année : Juin 2021

De la même autrice :
– George Sand Fille du siècle avec Kim Consigny (Delcourt BD) (Chroniqué ici)
– L’été des perséides – Nathan (Chroniqué ici)
– Le plongeon avec Victor Pinel chez Grand Angle (BD) – (Chroniqué ici)
– La maison de la plage avec Victor Pinel ( BD) – (Chroniqué ici)
– Mon héroïne – Collection Court Toujours Nathan (Chroniqué ici)
– Pëppo chez Bayard (Chroniqué ici)
– L’école à l’envers chez Nathan
– Nos coeurs tordus (1 et 2) – Bayard
– Magic Félix chez Jungle
– L’affaire du tag, illustré par Gilles Freluche – Larousse
– Les aventures de Robinson et Crouton, illustré par Vincent Sorel – Auzou
– Frileux, l’ours qui n’aimait pas l’hiver, illustré par Marc Majewski – Sarbacane
– Tandem , illustrations Irène Bonacina – La Joie de Lire
– 16 nuances de première fois – Eyrolles – Collectif
– June et Jo toujours, illustré par Amélie Graux – Gallimard Giboulées
– L’insupportable journée (géniale) de Michel, illustré par Tanguy Loridant – Le Diplodocus
– Les aventures de Tiago, illustré par Laurent Audouin – Magnard Jeunesse
– J’ai  vu un lion ; Je veux un grand frère ;  – Milan
– Gustave et Céleste avec Anne-Gaëlle Balpe, illustré par Terkel Risbjerg – La Palissade
– Sur mon fil – Milan
– Les petites marées avec Victor L. Pinel – Les enfants rouges 
– L’attrape lune avec Barroux – Mango Jeunesse
– La Drôle d’évasion – Sarbacane
– L‘oeil du pigeon, illustré par Guillaume Plantevin – Sarbacane
– La Drôle d’expédition – Sarbacane
– Quelqu’un qu’on aime -Sarbacane
– Ma tête ailleurs avec Pauline Comis – Kilowatt
– Philo mène la danse – Talents Hauts
– Il était deux fois dans l’Ouest – Sarbacane
– Huit saisons et des poussières – illustrations Anne Montel – Les P’tits bérets
– J’aime mes cauchemars – illustré par Amélie Graux – Gallimard Giboulées
– Sale temps pour la tribu avec Sandrine Beau et Anne-Gaëlle Balpe, illustré par Jess Pauwels – Frimousse
– Mon secret rit tout le temps, illustrations Vanessa Hié – Kilowatt
– Billie du Bayou illustré par Ronan Badel – Editions Elan Vert
– Les aventures de Prune !, illustrations Kris di Giacomo – Frimousse

 

Vous aimerez aussi

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *