Tortue-Express

Point ne sert de courir, il faut partir à point ! Tortue-Express le sait bien. Elle guette l’heure et à 4h moins le quart, c’est le départ. « Pas plus tôt, pas plus tard ». Foulard noué sur son cou ridé, elle est prête, c’est parti pour la tournée ! Première étape : récupérer James à la crèche. Une fois le bambin sur les épaules, on prend le temps de regarder autour de soi sur le chemin : un oiseau curieux, une fontaine joyeuse, une fresque sur un mur.

Tic-Tac, il est temps de récupérer Juno à la maternelle. Il ne faut pas être en retard pour Majé. Le garçon est contrarié, car c’est toujours lui le dernier. Allez demain, on inversera l’ordre. Le sourire revient vite, surtout grâce à la perspective d’un goûter dans le jardin. Mais point de précipitation, il faut rester vigilant, la ville est en effervescence. Prudence à l’abord du passage piéton. Ouf, tout ce petit monde est arrivé à bon port et peut déguster les petites douceurs sous les arbres. Encore une fois, Tortue-Express a rempli sa mission !

Après Taxi-Baleine, on relonge dans l’univers tendre ce duo d’autrice-illustratrice pour évoquer ces moments précieux partagés entre enfants et grands-parents. Des instants privilégiés qui nous manquent aujourd’hui.

Avec douceur et bienveillance, le récit teinté de rimes comme un comptine aborde les relations intergénérationnelles, ce temps suspendu où l’on profite d’être ensemble, de flâner, de découvrir les petits bonheurs du quotidien comme le chant d’un oiseau ou les jeux de lumières dans les arbres. Sans doute des secrets sont échangés lors de ces promenades ou ces goûters gourmands, c’est le temps des confidences, des câlins au creux du cou, des lectures partagées. Un espace réservé loin des parents où le goût des tartines à la confiture ne sera jamais le même ailleurs.

Continue Reading

L’Émouvantail (T.3)

Un, deux, trois… Soleil !

❄ Ce troisième opus de l’Émouvantail paraît enfin, il a traversé l’hiver, évoquant un « réveil » d’une certaine manière après une époque dans l’ombre pour beaucoup d’entre nous.

❄ Cet album résonne donc particulièrement. Le nez en l’air notre bonhomme de paille voit les dernières feuilles de son arbre tomber. L’automne finit et la perspective d’un prochain froid, un terrible froid, s’annonce. L’ami-oiseau le sent, l’ami-oiseau lui conseille de trouver au plus vite un abri. Et les voilà qui cheminent ensemble vers un ailleurs meilleur contre le vent glacial.

❄ Mais le blanc manteau neigeux s’abat implacablement sur la nature et ceux qui résistent péniblement aux morsures du gel. Pendant un temps, la nature va se mettre au repos. Notre grand rêveur de paille n’échappe pas aux frimas, une « peau de givre » va le recouvrir et ralentir les battements du coeur qu’on imagine derrière ses brindilles.

« Telle une toile de maître achevée sans avoir été commencée,
s’étendait partout dans le ciel un immense voile immaculé. »

❄ Encore une fois, la poésie de Renaud Dillies fonctionne à merveille. Une histoire douce, contemplative, où le lecteur suit le voyage, toujours un peu initiatique, de ce personnage très attachant. Réflexions sur l’amitié, la méditation, l’essence même du rythme de la nature et le cycle de la vie. Les cadrages sont variés, pour accéder ou ralentir le rythme de la narration. Le souci du détail est d’une justesse folle, c’est fin, tendre, drôle parfois, grave souvent, émouvant toujours.

Un moment de douceur pour le plaisir des yeux et du coeur.


Auteur / Illustrateur : Renaud DILLIEZ
Edition : Editions de la gouttière – 32 pages – 10,70 euros
Année : Mai 2020

Continue Reading

Coco n’est pas zinzin

(c) Nathan

J’ai la mémoire qui flanche, j’me souviens plus très bien… C’est le cas de Colette, dite Coco. Depuis quelques temps, tout ne tourne plus très rond : elle égare ses lunettes, sort avec une tong et une bottine dans le jardin pour arroser ses pivoines sous la pluie, trempe un sachet de thé dans son café et mélange les mots comme les saisons. Souvent, son regard triste se perd dans le lointain…

Son comportement un brin chaotique inquiète ceux qui vivent à ses côtés, ses fidèles animaux de compagnie : Ortie la torture, Cubitus le cocker, Cajou le cacatoès et Van Gogh le chat de gouttière à l’oreille coupée. Mais voilà que Théo, le neveu de Colette, trouve que sa tante ne peut plus vivre seule et pense à la placer d’urgence dans une maison de retraite spécialisée.

Mais si Colette semble vulnérable, elle n’est pas seule ! Branle bas de combat, les animaux décident de contre-attaquer car pour eux, Colette a besoin de rester dans son univers, son petit bout de paradis, entourée de ses habitudes et de ses compagnons à poils et à plumes. Il faut vite trouver une solution pour rester tous ensemble ! 

Ce roman accessible aux jeunes lecteurs parle avec tendresse et sensibilité de la perte de repères des personnes touchées par la maladie d’Alzheimer. Un sujet grave, trop peu traité semble-t-il en littérature jeunesse, et qui tient particulièrement à coeur de la tricoteuse de mots doux, Mymi Doinet.

Continue Reading

Le grizzli virus

(c) A. Piu

« Quand Léonie Bisette éternue, tout le monde s’enfuit ! Pourquoi donc ? Car à chaque éternuement sort de son nez un GRIZZLI ! A… AAA… Tous à l’abri ! » Ahhhh je l’aime moi cette L’eau-au-nez… euh non Léonie 😉

Imaginez un peu que la moindre goutte, le moindre coup de bise, le soupçon de neige vous fasse éternuer… un ours ! Et pas n’importe lequel, un grizzli, un poil compliqué en société non ? Une maladie somme toute bien incommodante (surtout si vous n’avez pas un Dr Chaz à portée de narine). Alors la mignonette Léonie à la goutte qui pendouillette reste au chaud pour éviter de provoquer la panique générale.

Mais dans l’ombre, un certain Jean-Félix Larnac, le directeur de la FOC (la Fabrique des Ours de Compagnie) fomente un plan démoniaque pour récupérer ses grizzlis. Et bientôt, les grizzlis de compagnie sont vendus partout, de New York à Paris.

Et… et bien la suite il faudra aller la découvrir en fonçant au pas de cOURSe chez votre libraire pour aller dévorer cet album cromignon, aux jolis mots doux de la géniale (et divinement barrée) Emilie Chazerand qui riment avec douceur, éclairés par les illustrations tendres et touchantes de l’excellente Amandine Piu.

Je les aime ces deux fées là, oh oui je les aime.

Poétique, drôle et charmant, le meilleur traitement anti-tristoune du moment !

Autrice : Emilie CHAZERAND
Illustratrice : Amandine PIU
Edition : Les éditions de l’élan vert – 32 pages  – 12,70 euros
Année : Janvier 2018

Continue Reading

Valentine ou la belle saison

Coup de coeur pour ce roman haletant, à deux voix, deux narrateurs (intérieur et extérieur) qui se font échos, une soeur et un frère au milieu de leur vie.

Beaucoup de descriptions minutieuses dans ce récit cinématographique empreint de références. Un roman quasiment initiatique où Valentine part en quête d’elle même, en proie à un questionnement intérieur sur le sens de sa vie, et va être confrontée à des bouleversements majeurs jour après jour. Une histoire de famille, une histoire de secrets, une plongée dans l’enfance et ses souvenirs plus ou moins douloureux.

Dévoré en quelques heures… Les personnages, très attachants et empreints de tendresse, évoluent au gré des péripéties auxquelles ils sont confrontés. L’intrigue est finement tissée, avec des rebondissements désarçonnant le lecteur (et quel bonheur !). Le rythme s’accélère progressivement, autour d’un mystère dont la trame se densifie au fur et à mesure que les personnages avancent dans leur « enquête » familiale.

Une touchante histoire de choix de vie comme une ode à la force des liens fraternels.

Esprit de famille, es tu là ?

« À 48 ans et demi, divorcée et sans autre travail que l’écriture d’un manuel sur la sexualité des ados, Valentine décide de s’offrir une parenthèse loin de Paris, dans la vieille demeure familiale. Là-bas, entourée de sa mère Monette et du chat Léon, elle espère faire le point sur sa vie.
Mais à la faveur d’un grand ménage, elle découvre une série de photos de classe barbouillées à coups de marqueur noir. Ce mystère la fait vaciller, et quand son frère Fred débarque, avec son vélo et ses états d’âme, Valentine ne sait vraiment plus où elle en est.
Une seule chose lui semble évidente : elle est arrivée au terme de la première moitié de sa vie.
Il ne lui reste plus qu’à inventer – autrement et joyeusement – la seconde. »

Continue Reading