La case 144

Je crois que c’est encore une fois la force d’une couverture qui m’a attirée et donné envie de lire cet album. Il est sorti en mars dernier mais c’est une histoire qui se passe en été, alors je vous invite à cheminer avec Lia vers la case 144 pour découvrir ce qui s’y passe.

Lia a huit ans et pour s’occuper pendant l’été, elle voulait une idée amusante : explorer la ville. Mais pour éviter de se perdre, elle décide de dessiner un long jeu de marelle sur les trottoirs. Ainsi, case après case, elle fera le tour de la ville.

Au fil des cases et des jours, Lia s’aventure toujours un peu plus loin, appréciant les vitrines odorantes du fleuriste comme celle de la galerie d’art, ou encore la confiserie. Sautillant de case en case, elle avait l’impression de posséder les trottoirs de son quartier. Mais plus qu’une craie et il faudra attendre pour que sa mère puisse lui en offrir à nouveau.

Pour éviter que son parcours disparaisse, Lia continue jusqu’à la case qui aurait dû porter le numéro 144, mais un vieil homme l’occupe sur un étrange tapis en carton qui ne semble pas volant pourtant. Intriguée, la petite fille décide d’attendre la journée que ce personnage mystérieux sans chaussures et dont la tasse sur le sol ressemble à une lampe de génie s’en aille de sa case à elle. Piquée par la curiosité, elle commence à lui parler même s’il ne semble pas la comprendre. Et si elle pouvait exaucer son vœu d’avoir de nouvelles craies ? Mais comment 
amadouer le génie ?

Continue Reading

Il était une île

Toujours un plaisir de plonger dans les albums concoctés avec tendresse par ce duo d’artistes talentueux.

L’humour laisse ici la place à la poésie et la réflexion philosophique. Une lecture plaisir au cœur de ces illustrations chaleureuses, comme des tableaux qui invitent à un voyage intérieur.

« Je suis né sur une île ».

« Ainsi commence ce récit poignant.
De la naissance à la vieillesse, l’île du début se modifie et subit les assauts de la vie.
Elle se remplit de monde, puis se vide…
Elle se cultive et devient prolifique, puis s’assèche de nouveau…

Tel le ressac des vagues, on se voit par-ci, puis par-là.
Les bons et moins bons moments nous bercent tout au long de ce récit pénétrant.

Qu’adviendra-t-il de notre île, ce rocher qui nous raccroche à nos origines ? »

Continue Reading

Le plus bel été du monde

C’est de saison, alors replongeons dans ce doux album qui sent bon l’enfance.

C’est l’histoire de l’été d’un enfant, dans cette maison de famille avec sa mère, lieu de liens et de souvenirs.

C’est l’histoire de ces petites joies qu’on partage ou qu’on vit tout seul, l’insecte qu’on trouve et qu’on conserve comme un bijou ou ces bonbons oubliés qu’on retrouve dans un placard, la découverte d’un oiseau, la cueillette des mûres, l’araignée dans la salle de bains… 

Ce sont ces moments de passage des membres de la famille, des moments de joie comme des moments plus graves.

C’est l’histoire d’une enfance, génération après génération finalement, de ces découvertes estivales que l’on fait dans un paysage aquarellé qui vous absorbe par la beauté de sa simplicité. De cette éternelle capacité d’émerveillement de l’enfance.

Continue Reading

L’expédition

La couverture de cet album se détache parmi les autres ouvrages tant la composition graphique est captivante.

Bien sûr le choix des couleurs, mais surtout celui du mouvement et de la lumière qui font de cette illustration un véritable tableau qui invite forcément au voyage entre les pages.

Et puis, les mots de Stéphane Servant, plein de poésie et d’émotions pour évoquer le parcours de cette femme pirate éprise de liberté.

Au fil des pages, on la suit dans son voyage incroyable, au rythme des rencontres qu’elle va faire comme celle avec cet enfant dans un port. Un croisement de chemins impromptu à l’origine d’un attachement fort et d’une filiation qui va se créée.
Une relation touchante qui parle de choix de vie, de liberté évidement, d’ouverture d’esprit et de la richesse que représente la rencontre avec l’autre.

C’est une histoire émouvante portée par des images hautes en couleurs qui nous parle de ce que c’est qu’être parent et d’être enfant, de partir loin et de revenir, de vie et de mort, avec beaucoup de sensibilité.

Continue Reading

La Palisse

Un poème chanté de Bernard de La Monnoye (17e siècle) remis en lumière par Andrea Tullio Canobbio et illustré par Sergio Olivotti publié par une maison que je découvre : les éditions Chocolat ! Jeunesse

Le pitch de cet album ovni totalement délicieux aux illustrations pleines de malice :
« Tout le monde connaît les « Vérités de La Palisse », ces déclarations si banalement évidentes qu’elles en sont risibles. Certains savent que ces Lapalissades » viennent du Seigneur de La Palisse, qui fut un maréchal de François Ier. Ce qu’on sait moins, c’est qu’il n’a jamais prononcé une seule lapalissade de toute sa vie, et que le lien entre ce maréchal prestigieux et ces stupides évidences repose sur une ridicule erreur de lecture. Et ce qu’on sait encore moins, c’est que le poète dijonnais Bernard de La Monnoye, au 17e siècle, a nourri cette joyeuse farce avec une chanson en vers, étonnamment moderne et savoureusement drôle. Andrea Tullio Canobbio a exhumé cette vieille chanson, en a sélectionné les meilleurs vers, illustré par Sergio Olivotti. »

Continue Reading