Truc de fille ou de garçon ?

(c) edl

Jouer au foot ou conduire un avion, pleurer, danser et faire des découvertes, être président de la république : tout le monde peut le faire ! Filles comme garçons ! C’est tout simple non ? 

Et bien c’est justement ce que ce livre / album / texte illustré tente de nous expliquer, très simplement, en quelques mots et quelques images acidulées qui rafraichiront très certainement les pensées. 🙂

En suivant le chemin d’Aponi et Balthazar, un frère et sa soeur, le jeune lecteur va découvrir différentes situations face auxquelles les deux petits personnages vont être confrontés au cours de leur journée.

Et à chaque fois, c’est un pied de nez aux idées reçues et autres clichés considérant que certaines activités, métiers ou passions seraient réservés soit aux filles, soit aux garçons. 

Continue Reading

Le jour J

Nestor avait peur avant même de naître… Alors forcément affronter la vie n’allait pas être simple pour lui, même pour apprendre la base : voler.

Cet ouvrage, à mi-chemin entre album et BD, est tout simplement GRANDIOSE en termes de narration et les illustrations aux crayons de couleurs sont absolument désopilantes. Courrez tout de suite l’acheter (sinon je boude !)

Pitchons, pitchons un peu  : un parcours initiatique chaotique mais très tendre pour apprendre à affronter ses peurs et vivre les choses en les expérimentant : « la réalité sera toujours plus facile en la vivant ».

C’est drôle, c’est juste, c’est frais, c’est à ne pas rater ! (Enfin ce n’est que mon avis mais courrez dévorer ce bijou, je l’ai déjà dit non ?).

La confiance, ça se gagne, la confiance en soi, ça se cultive dès le plus jeune âge. Alors believe you can fly 😉 et L’aventure, c’est l’aventure, mon poussin !

Continue Reading

Les chiens pirates – Adieu côtelettes !

(c) edl

Nom d’une mouette borgne, il fait faim par ici ! C’est exactement ce que pense la meute des chiens pirates, ce lundi matin, à l’heure où blanchit l’écume des mers du Sud !

Mais il y a un os : la croquette se fait rare à bord et les redoutables molosses à poils drus ont les crocs ! Le cambusier en a ras les babines de trimer pour des mollusques à pattes qui font les loutres sur le pont.

Allez hop, que ça saute, il faut trouver d’urgence un navire à piller pour faire un bon ragoût.

Un trois mâts, sans doute fameux, pointe à l’horizon : à l’abordage, moussaillons !

Mais pas si simple pour ces toutous-flibustiers sans vergogne qui devront faire face aux capitaines du navire, trois petites filles qui n’ont pas du tout l’intention de se faire déranger en plein goûter. Non mais ! 

Pourront-il se contenter d’un simple petit beurre ? Nom d’un chat botté à jambe de bois, cela ne va pas être de la tarte aux pommes !

Un gros coup de coeur pour cet album, à mi chemin entre texte illustré et BD, conçu comme un récit d’aventure haut en couleurs et truffé (ouaf ouaf) d’humour.

Continue Reading

Charlotte

« Charlotte a appris à lire son prénom sur une tombe. »

Un incipit qui se place là. Et qui donne le rythme de la lecture, en recherche permanente d’air tant le sujet vous étrangle et vous asphyxie dès la première page.

« David Foenkinos retrace la vie de Charlotte Salomon, artiste peintre morte à vingt-six ans alors qu’elle était enceinte. Après une enfance à Berlin, Charlotte est exclue par les nazis de toutes les sphères de la société allemande. Elle vit une passion amoureuse fondatrice, avant de devoir tout quitter pour se réfugier en France. Elle y entreprend la composition d’une œuvre picturale autobiographique d’une modernité fascinante. Se sachant en danger, elle confie ses dessins à son médecin en lui disant : «C’est toute ma vie.» »

Un livre fondateur pour l’auteur qui a mis 8 ans à coucher sur le papier les mots pour rendre hommage à la vie tragique de cette artiste peintre sacrifiée.

Un roman en vers libres où sa passion et son admiration est palpable à chaque ligne.

Continue Reading

Le Musée imaginaire de Jane Austen

C’est encore une fois la couverture de ce grand format propre à ces imposants textes illustrés qui m’a fait de l’oeil. Et quelle rencontre !

« Viens te perdre dans l’imaginaire de cette grand autrice romantique, viens de retrouver dans ces évocations d’un monde sublimé et pourtant riche de contrastes » ai-je entendu le livre me murmurer quand j’ai ouvert la première page.

Une très belle surprise car la fluidité de la narration fonctionne comme une discussion, entre le narrateur, le lecteur et les personnages contemporains qui se promènent dans les allées des livres de Jane Austen.

Une bien belle balade que cette flânerie sensorielle entre les « pièces » de ce musée imaginaire. Une lecture comme une promenade en bonne compagnie où les souvenirs évoqués des oeuvres de Jane Austen opèrent selon une mélancolique et touchante confession, et toujours avec une douceur bienveillante. Une déclaration d’amour de Fabrice Colin à cette autrice qu’il admire tant et dont il sait transmettre la passion et le talent.

Un voyage paisible entre amis, à une allure presque nonchalante, dans des paysages aux couleurs vives peints à l’acrylique, notamment ces bleus lumineux et ces roses si chaleureux, que l’artiste peintre a voulu rendre au plus près de la réalité de l’époque.

 

 

 

 

 

 

Continue Reading