Ana Ana – Touffe de poils, drôle d’animal (T19)

Parmi tous les doudous de Ana Ana, j’avoue, j’ai un gros petit faible pour Touffe de poils. Pourquoi ? Pourquoi pas !

Depuis le tout premier album, on suit avec plaisir la vie d’Ana Ana et sa bande de copains doudous tous plus craquants les uns que les autres. Chaque tome est l’occasion d’évoquer, avec tendresse, bienveillance et humour, les moments de la vie quotidienne, les réflexions de l’enfance, la vie qui chatouille et interroge, les relations avec les autres. Une lecture partagée, ou solitaire, qui réchauffe le cœur et invite toujours à la discussion entre parent/passeur et enfants.

Cette fois-ci, coup de projecteur pour l’hilarant et désarmant Touffe de poils, souvent maladroit malgré sa bonne volonté. Pour une fois, Touffe de poils n’est pas avec les autres doudous, il lit un livre sur les animaux dans le canapé, au calme. Voyant défiler différentes espèces, il se pose une question métaphysique : « Les doudous sont tous des animaux, renard, lapin, baleine, mais moi, quel animal suis-je ? » C’est vrai ça tiens !


Étape après étape, il tente de trouver son identité. Touffe de poils est vert, alors quel animal vert peut-il bien être ? Une grenouille ? Booing, aïe, non. Un lézard ? Oups, rien à voir. Une chenille ou une tortue ? Pas gagné non plus. Chaque tentative d’identification est source de catastrophe comme souvent avec ce personnage désopilant. Mais Touffe de poils se sent un peu seul et perdu. Et si partager ses interrogations avec les doudous et Ana Ana pouvaient lui permettre de trouver des réponses ?
Et si finalement, nous étions tous différents, tous des êtres uniques, doudous, animaux et humains, hein Touffe de poils, qu’en penses-tu ?

Continue Reading

Grand silence

Depuis sa sortie en juin dernier, ce livre me hante. Beaucoup d’avis enthousiastes, des libraires, des lecteurs et pourtant un malaise qui persistait.

Une peur, plutôt. La peur de se confronter à un sujet si grave et qu’il ne faut pourtant absolument pas taire : les violences sexuelles commises sur les enfants.

La postface de Théa Rodjzman est édifiante, les chiffres sont insupportables et pourtant ce roman graphique a trouvé la manière d’aborder le sujet sans voyeurisme ni violence. 

« Sur une île inconnue où vivent des humains qui nous ressemblent, une sorte d’usine géante œuvre depuis toujours. Cette étrange usine a pour mission d’avaler les cris rendus muets des enfants. Elle s’appelle Grand Silence… »

Dès les premières pages, le ton est donné, un parti pris chromatique enveloppant, parfois inquiétant, parfois bienveillant, toujours empreint d’intelligence. Ce « conte » tel qu’il a été défini par l’autrice traite ce sujet si délicat et grave sans brutalité ni complaisance.

Un ouvrage puissant qu’il est nécessaire d’ouvrir pour se plonger dans ces douleurs dont on étouffe les cris et nous aider à libérer la parole, la voie/x qui permettra de dire l’indicible, de dénoncer l’insupportable, d’ouvrir les yeux sur une réalité qui ne devrait pas l’être.

Continue Reading

Esther Andersen

Je ne me lasse pas de relire ce grand album depuis sa sortie. Comme pour tous les livres de Timotée de Fombelle, le temps n’a pas de prise sur ces histoires contées avec force sensibilité.

Un grand coup de cœur, forcément, un double, évidement. Ce grand format paysage est une réussite pour s’immerger entièrement dans ce territoire de l’enfance, cher à l’auteur. Le choix du trait fin et si expressif d’Irène Bonacina s’impose comme une évidence.

« C’était les vacances. » Ces mots magiques vous transportent immédiatement dans vos souvenirs d’enfance, comme le narrateur. Chaque année, ce petit bout d’homme se rend en train chez son oncle, pour deux mois de vacances estivales dans une maison perdue dans les champs de maïs. Une maison remplie d’objets récupérés et entassés depuis longtemps, comme une caverne d’Ali Baba. Le jeune garçon retrouve ce vélo rouge maintenant à sa taille qui l’emmène chaque jour faire des spirales autour de la maison, de plus en plus grande chaque année. Un champs de liberté sans limite où presque, le plaisir simple de rouler en harmonie avec la nature, où l’on veut, cheveux aux vents. Le soir amenait une assiette de pâtes au beurre et des histoires fabuleuses contées par l’oncle Angelo. Un goût d’enfance pur.

Continue Reading

Le ciel est à tout le monde

Il est des livres qui vous secouent par surprise, vous ouvrent le cœur et vous laissent sans voix, la gorge serrée et les yeux humides.

Ethan Claudel a 11 ans et c’est lui qui nous raconte son histoire, avec ses mots à lui, simples et directs, d’une manière totalement bouleversante. Dès la première page, le cadre est posé : une famille dysfonctionnelle où les parents démissionnaires abandonnent Ethan et son frère Yaël 16 ans, à leur propre sort. Très vite cette autonomie est rattrapée par la réalité et les deux frères sont placés en foyer, mais séparément.

« La vie n’est pas une ligne continue. »

Ethan souffre, profondément. Malgré les amitiés qu’il noue dans ce centre, notamment avec sa voisine de chambre Medeea toujours prête à l’aider ou Etienne l’éducateur moustachu sympathique, l’absence de Yaël mine Ethan mentalement et physiquement. Pour preuve, ces crises « d’excedemal » si justement nommées qui témoignent sous forme de plaques géographiques sur son corps combien il est mal dans sa peau. Et ce ne sont pas les séjours en famille d’accueil qui peuvent combler ce manque d’amour fraternel.

Continue Reading

Silencieuse

Alice a 11 ans et deux grands frères. Un soir de janvier, sa mère leur apprend qu’ils vont déménager. Les garçons protestent mais Alice ne dit rien.

C’est ainsi, depuis 5 ans, Alice est Silencieuse. Littéralement. Elle ne parle plus ou plutôt elle a arrêté de parler, depuis un bouleversement douloureux dans sa vie familiale. Et ce surnom est resté.

Quand Paul lui demande ce qu’elle pense du déménagement, Alice écrit sur un papier « rien ». Et pourtant, cette maison est pleine de souvenirs, des bons et des mauvais comme le dit Alice avec ses mots, à elle et en elle. Quitter cette maison, celle des moments avec son père qui ne s’occupe plus d’eux depuis le divorce, c’est compliqué.

Exprimer ce qu’on ressent, mettre des mots sur les maux, c’est également très compliqué.

Mois après mois égrainés selon les chapitres, un changement va s’opérer, lentement, jusqu’au déménagement. Enfermée dans son silence, Alice nous raconte ce qu’elle ressent intérieurement étape après étape.

Continue Reading