Le syndrome du spaghetti

À 16 ans, Léa semble avoir tout pour elle : un talent immense pour le basket, une famille aimante dans un coin tranquille très privilégié, des amis fidèles qui la soutiennent. Entraînée par son père, modèle comme confident, elle avance avec confiance vers cet avenir tout tracé, le Map comme elle aime le définir : être prise à l’INSEP pour un jour pouvoir être sélectionnée en NBA et toucher les étoiles. Très peu de filles ont cette chance et Léa est douée.

Côté étude, ce n’est pas la panacée, mais Amel est là pour l’aider à se maintenir à niveau. Côté cœur, Léa cache secrètement son amour pour son ami Nico, également passionné de basket. Pas simple, mais trop difficile de se livrer. Un jour, ils se marieront, c’est évident, c’est écrit, ça aussi.

Et puis la nouvelle tombe : Léa est prise à l’INSEP, elle uniquement. La première marche vers la réalisation de son rêve.

Mais ce destin soit disant tout tracé va soudainement et tragiquement basculer. La vie n’est pas comme une boîte de spaghettis, tout bien rangés dans la même direction, tout peut s’emmêler ou se casser. Une perte inacceptable. Une douleur insupportable qui déchire la famille. Léa ne sera plus jamais la même.

De l’autre côté de la ville, Anthony, 17 ans, obligé de faire face à l’absence de son père et aux gardes à vue de son frère, ne rêve plus depuis longtemps.

Ils se croisent par hasard, sur un terrain de basket. Ils n’auraient jamais dû se revoir. Et pourtant, alors que la vie de Léa semble s’écrouler, Anthony apparait comme un pivot. Pourra-t-il l’aider à se relever, pourra-t-elle lui avouer son secret, leur passion pour le basket les rapprochera-t-elle ? À vous de lire !

Ce n’est pas souvent qu’une histoire se déroule dans le monde sportif, et notamment dans l’univers du basket. Un levier intéressant pour voir évoluer ces personnages en train de se construire. Le récit est direct, simple, parfois sombre, parfois teinté d’espoir, riche des nuances de la personnalité de Léa, un peu brut de décoffrage mais complètement déboussolée par tous les événements et émotions qu’elle traverse. C’est sa voix qu’on écoute, sa manière à elle de se dire, un style qui m’a étonné au début puis son trouble m’a saisi et la postface de l’autrice a éclairé mes interrogations.  

Un roman sur la résilience, sur la force des liens familiaux, amicaux et amoureux, sur la difficile mais nécessaire capacité à rebondir, sur le courage et la volonté qu’il faut découvrir en soi pour réussir à aller de l’avant.


Autrice : Marie VAREILLE
Edition : Pocket Jeunesse – 288 pages – 17,90 euros
ISBN : 9782266296267
Année : Octobre 2020

 

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *