Fin d’été

En ce dernier jour d’été, comment ne pas avoir envie de prolonger un peu ces instants de plaisir, et convoquer la douceur et presque insouciance qui nous a bercé ces dernières semaines.

Sur la couverture, le doute plane pour les rêveurs gourmands de délassement : est-elle en train d’ouvrir ou de fermer le parasol ? L’impression l’emporte sur le temps, comme une plongée dans un tableau. Tout reste encore possible tant que le livre n’est pas ouvert. J’aime cette idée qu’à cet instant, le lecteur dans l’expectative peut encore imaginer que les vacances commencent. Tout ici évoque le bonheur de l’enfance, ces petits instants magiques qui nous construisent.

Et puis, forcément, on tourne les pages pour se plonger dans cet univers aquarellé aux teintes lumineuses qui étire les dernières heures des vacances. Et si ce n’était pas encore fini ? Certes, ce sont les derniers instants, il faut ranger, fermer les valises comme les volets, dire au-revoir aux voisins en serrant un peu les dents pour ne pas verser une larme, car on ne sait pas quand on reviendra. Et puis prendre la voiture et la route.

Au fil des pages, entre rêve et réalisme, on se met dans la peau de cette fillette pour qui le retour est douloureux, comme un vide qui se creuse au fil des kilomètres parcourus. Le temps d’une pause, autour d’un pique-nique improvisé, on est avec elle sur le plaid étendu dans l’herbe, en train de savourer un instant de bonheur pur : se remémorer les plus beaux moment des vacances. Et le sourire revient, les rires, un bien-être s’installe. Le temps s’arrête et puis la surprise : une nuit à la belle étoile, pour retarder encore un peu le retour au quotidien. L’occasion de prendre des chemins de traverse, créer des couronnes de fleurs pour célébrer cette pause inattendue et au creux de la nuit, contempler ensemble les étoiles bien au chaud.

Bien sûr, demain arrivera, mais ce sera demain. Pour le moment, et pour quelques minutes encore, déguster ce petit bonheur inespéré au goût sucré de l’enfance.

Un très bel album à feuilleter en famille pour évoquer ces moments précieux.


Autrice : Stéphanie de Massepottier 
Illustratrice : Clarisse Lochmann
Edition : L’étagère du bas – 40 pages – 13,50 euros

ISBN 978-2-490253-37-1
Année : Août 2021

 

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *