Cette année j’ai cantine !

« Ok c’est la rentrée, mais quoi, qu’est-ce que j’entends : il faut que j’aille manger à la cantine maintenant ? Parce que je suis un grand ? Mouais, ça sent l’entourloupe ça… Mes parents ne voudraient-ils pas se débarrasser de moi ? Parce que je sais ce que l’on raconte sur le réfectoire, c’est L’HORRRREURRRRRR !

Vous tremblez, vous aussi ?  »

Mais bon, le jeune brin de garçon – héros de ce délicieux et très digeste album – n’est pas un dégonflé, il va accepter sa nouvelle mission : combattre le « monstre mythologique » CANTINOZAURUS TERRIFICUS (ben la cantine quoi…)

Au fil des pages, notre petit aventurier imagine qu’il va être confronté à toutes les pires situations possibles, tout droit véhiculées par un certain imaginaire collectif : on est enfermés dans une salle sombre, on doit avaler des serpents bouillis, on vous force à vider les assiettes, on mange des gratins d’animaux tout bizarre (du dauphin en gratin, oui oui, du gratin dauphinois exactement… terrible)…

 
Continue Reading

Abécébêtes

C’est la rentrée ? Ah oui, il parait… Et tu les connais, toi, toutes les lettres ? Ben, chaipu si y en 22 comme la police, 25 comme l’âge de ma Maminouille ou 32 comme les dents. MEUHNON, Y EN A 26 VOYONS !

Bon, on va réviser ! Et pour ce faire, rien de mieux que ce GRAND Abécédaire très orignal (non ça c’est l’animal !)… euh original où l’on va découvrir des bébêtes un peu extravagantes et particulièrement drôles.

Totalement fan du style des illustrations de Maître Tallec qui nous plongent ici dans un univers loufoque hilarant !

Le format est vraiment GRAND, on a envie de sauter dans les planches de couleurs comme Mary Poppins et de se retrouver auprès des dindons dodelinant pour une danse délurée, de klaxonner avec le kangourou en képi et kimono, de papoter avec des pandas en pantoufles, de yoyoter avec le yucca en yiddish dans sa yourte…

Un super album désopilant pour apprendre des lettres, des mots en famille tout en s’amusant. Ça donne très envie de créer ses propres pages en partant d’une lettre, Chiche ? Fous-rire garantis ! 

Totalement indispensable ! Rendez vous le 4 septembre dans vos librairies.

Merci aux éditions Actes Sud Junior pour cet envoi qui a ravi mes yeux et mes zygomatiques !

 
Continue Reading

L’école ? Ah ! Non merci !

Dring !! DRIIIIIIIIIIING ! La cloche a sonné ! Ça signifie ?

Que c’est la RENTRÉE DES CLASSES !

Mais j’en connais un, Max, qui n’a pas du tout, mais alors pas du tout envie d’aller à l’école, et pour de bonnes raisons, c’est sa mère qui lui a dit d’abord : 
– on y lit des histoires de sorcières et de monstres poilus : terrifiant !
– pendant la récré, on doit faire du toboggan, jouer au ballon ou à chat : berk !
– à la cantine, il faut manger des spaghettis : personne n’aime ça, c’est bien connu !
– on doit apprendre des chansons et faire des spectacles en se déguisant : complètement fou !

– Ah ! Non, je ne veux pas ! dit Max. Je n’irai pas.
– Ah ! Je te comprends, dit maman. L’école c’est terrible, tu n’imagines pas.

Tout ça est bien rebutant non ? On dirait bien que c’est l’horreur de s’amuser autant là-bas ! C’est sûr Ginger va avoir peur, se dit Max…

 
Continue Reading

Nous sommes l’étincelle

« Tu sais, on dit que quitter l’enfance, c’est perdre ses utopies… Devenir raisonnable. Moi je crois que c’est l’inverse. C’est plutôt les choisir. »

Ce n’est pas un livre, c’est un appel d’urgence, un cri du coeur, un électrochoc nécessaire pour les esprits qui pensent que ce n’est pas grave, que la situation n’est pas si catastrophique, que « y a pas morts d’hommes hein »… Si justement, l’avenir de l’homme est en danger, son humanité, ce qui le définit comme faisant partie d’un tout, d’un ensemble où tout est possible du moment qu’on essaye ensemble, cet élan est en danger.

Il était une fois l’espoir… Et cet espoir prend naissance au coeur d’un monde à quelques années de nous où la jeunesse refuse la société que leur laissent les adultes. Autour d’un petit groupe, la sécession s’organise, abandonnant les villes pour reconstruire ailleurs, au coeur de la nature pour réinventer la vie.

C’est l’histoire de conquérants inspirés, Antigone, La Houle, Pibe, Jay, Allis, Adam, Montana, Dan, Judith, ceux avant eux et ceux après eux qui allument le feu d’un autre possible, d’un autre destin. Ils rêvaient d’un monde plus beau, plus pur…

Le récit est haletant, comme un road trip nécessaire, une quête où chaque minute compte, comme chacun des instants clés qui ont construit la genèse de ces personnages. On s’attache à eux en quelques pages, très fortement incarnés, on suit leur parcours sinueux, complexe, parfois dangereux, suspendus à leur courage et à leur foi. On les perd puis on les retrouve à différentes étapes de leurs vies, chacun et ensemble. Une famille. Un souffle puissant. Une énergie révolutionnaire.

La construction narrative est époustouflante, pas une minute Vincent Villeminot ne lâche son lecteur, il le prend pas la main, par l’esprit, par le coeur et il l’emmène dans un voyage qui secoue. Le rythme est intense, la musique des mots envoûtante, les strates de l’histoire judicieusement entremêlées et les sensations décuplées car chaque odeur, chaque couleur, chaque son, chaque matière est subtilement retranscrite pour dire ce monde alarmant. Une écriture poétique et organique, comme dirait Bob & Jean-Michel.

Au fil des pages, l’intrigue se resserre et vous courrez comme eux vers l’essentiel. Tout prendra sens… Hâtez-vous d’ouvrir ce livre car on ne peut résumer une telle expérience de lecture !

 
Continue Reading

Me fais pas rire !

Non mais quelle couverture ! Et quel titre ! Tout invite à tourner les pages pour découvrir pourquoi ces deux armures tapent la discute au coeur d’une salle de musée.

La raison de leur dialogue : l’arrivée d’une nouvelle armure auprès d’eux, qui va être installée au fur et à mesure, au fil des double pages.

Et c’est parti pour une série de railleries, de quolibets de tout acabit envers cette pauvre carcasse métallique en reconstruction. Le nouveau dérange les deux compères, il gêne leur complicité, et surtout il est si ridicule : à chaque morceau assemblé, la tête de turc en prend pour son grade, mais ne peut rien dire (le heaume n’étant pas encore accroché).

Les deux drôles se gaussent de leurs moqueries, toujours plus cruelles, toujours plus acerbes au point de prendre un terrible fou rire…

Plus ils sont méchants, plus ils en rient… Plus ils rient, plus les parties de leurs structures tremblent… « Me fais pas rire ! » s’alarme l’un des deux, hilare des mauvaises blagues balancées par le chevalier de la vanne !

Mais rira bien qui rira le dernier…

 
Continue Reading