Ressac

Comme souvent les livres sont des refuges, des portes ouvertes sur l’ailleurs, le merveilleux, l’intime, l’infini. C’est ainsi que j’aborde la lecture, un voyage immobile, souvent salutaire. L’occasion d’une pause en bord de mer fut idéale pour plonger dans ce récit qui m’intriguait et m’attirait après quelques échos.

Ressac… Le titre interpelle, ses sonorités évoquent ce bruit des vagues qui « caressent » sable comme roche. La contemplation de la mer, cet horizon palpitant, m’a toujours permis de me recentrer. Et forcément, ce texte m’a touché.

L’autrice-illustratrice confie ces quelques jours de retraite choisie dans un monastère en Bretagne, une décision personnelle, nécessaire, vitale. Se retrouver face à soi, en soi. Prendre le temps de s’arrêter sur l’essentiel, loin de la vie trépidante, du quotidien parfois toxique, des tumultes.

5 jours, c’est peu et c’est beaucoup. 5 jours, confiés l’un après l’autre, au rythme de méditations intérieures et de marches aux alentours d’un couvent quasi mutique. L’occasion de s’interroger sur l’essentiel, suite à l’accident de ce beau-père pivot tant aimé qui dérive et la déroute, sur le passé, l’avenir, l’écriture.

Continue Reading

La couleur du vélo

(c) La Palissade

Voici le deuxième titre de la collection Roman des éditions La Palissade, collection que j’ai découvert avec Gustave et Céleste de Séverine Vidal et Anne-Gaëlle Balpe, dont je vous parlerai très bientôt (un petit bijou écrit à 2 mains).

Nous revoici donc ici avec les auteurs de L’Apachyderme, Sandra le Guen (Maman Baobab pour ceux qui la connaissent) et Thanh Portal, mais cette fois-ci pour une toute autre aventure, plus intimiste.

Il s’agit de l’histoire d’une jeune fille, Anaïs, et de son vélo. Je ne pensais lire que les premières lignes, pour prendre la température et gouter un peu pour voir, et puis… je l’ai dévoré. Preuve parfaite de ce qu’est un bon livre, un livre qui vous prend délicatement par les mains et vous emmène au bout d’une belle histoire.

Continue Reading